Shôjo

Life : un manga choc contre les brimades à l’école

55454

e968f4bf2fe72f6d9d62cfce58736e08

Au collège, Ayumu et Shii ne se quittaient jamais. Quand la première, d´ordinaire assez médiocre en cours, réussit à intégrer un prestigieux lycée alors que la seconde, pourtant très travailleuse, échoue, c´est le drame. Shii décide alors de rompre toute amitié avec sa meilleure amie. Profondément touchée par cette rupture, Ayumu commence à se mutiler trouvant dans cette pratique une échappatoire à son mal être. Ayumu se retrouve donc seule dans son nouveau lycée où elle peine à se faire de nouvelles amies, craignant de les perdre à nouveau. Mais elle fait la connaissance de Manami qui lui redonne une lueur d’espoir.

55454

Créée par Keiko Suenobu en 2002 et paru chez Kodansha, Life  est un shôjo choc qui n’hésite pas à parler d’un sujet ultra tabou au Japon : l’ijimé. L’ijimé est le nom donné aux violences scolaires subies par les écoliers japonais. Brimades, violences, rackets, menaces, elles sont si nombreuses que l’on pourrait penser qu’elles ne passent pas inaperçues. Et pourtant ! Life montre une terrible vérité : l’ijimé est très courant dans les écoles et, même si le corps enseignant est au courant de ce qui se passe, il n’est pas sévèrement réprimandé. Au contraire, parce que l’on n’ose pas admettre ce qui s’y passe, on laisse faire.

Par honneur, par dignité, parce que l’on ne veut pas reconnaître que son lycée est en proie à la violence, on fait comme si tout était en ordre. Un scandale qui ne passerait nul part ailleurs. Keiko Suenobu, elle, n’hésite pas une seconde à dévoiler le tabou de toute une société, partageant ainsi aux lecteurs étrangers une vision moins idyllique d’un pays rêvé par beaucoup. Ce n’est d’ailleurs pas là son premier essai. Avec VitamineOne shot paru en 2001 dans le Bessatsu Friend, magazine de prépublication consacré au shôjo, la mangaka avait déjà chamboulé l’ordre établi.

Précisons-le, Life n’est pas une série à mettre entre toutes les mains. Dure, violente, la série n’omet rien et enfonce ses personnages dans une ambiance de plus en plus noire au fil des 20 tomes qui compose cette série, achevée en 2009.

Si à première vue, ce manga, avec son titre et sa couverture peu équivoques ne m’attirait pas tant que ça, je me suis décidée à le lire, attirée par l’originalité de son pitch.
Life est un manga qui transporte, dans un univers que l’on ne connaît que trop bien: la réalité. Pas de fleurs, de petites étoiles pleins les yeux, pas de fanfreluches, mais de la souffrance, du sang, et de la scarification.
Il est impossible en lisant Life de ne pas ressentir quelque chose. Certains se reconnaîtront sûrement chez Ayumu, l’héroïne Oh combien malchanceuse. Car même si la mangaka a un style qui peut sembler à certains moments assez inexpérimenté, elle retranscrit avec talent la douleur et les sentiments de ses personnages.

Je comprend mieux, l’engouement de Kurokawa pour ce manga, qui au premier abord peut sembler banal. Car il est loin de l’être, et on tient entre ses mains, quelque chose d’énorme.

Je vous conseille d’ailleurs chaudement le Drama tiré du manga. Fidèle à ce dernier, on accroche très vite face à l’excellence de son adaptation.

55454

Mangaka : Keiko Suenobu / Nombre de tomes : 20 (Plus édité – Fini) / Anime : Non (Existe en Drama)

55454

Publicités

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s