Polar

Le chandelier d’or

55454

28783849Titre : Le chandelier d’or
Auteur : David Gibbins
Publié en: 2007 (USA) / 2007 (France)
Genre : Thriller historique
Editeur : Pocket
Nombre de pages : 434
Prix : 7.20€

Du même auteur :  AtlantisLe Chandelier d’OrLe dernier EvangileTigres de GuerreLe masque de Troie, Pharaon,…

Envie de l’acheter ?

(5) Ultra génial (yo)Qu’est devenue la grande Menorah, symbole du peuple juif, un gigantesque chandelier d’or massif à sept branches pesant plusieurs centaines de kilos ?
Selon la légende, il a été rapporté de la Terre Sainte comme trophée de guerre par l’empereur romain Vespasien, qui, pris de remords, l’a mis a l’abri des regards dans la cache secrète d’un temple dédié à la paix. Certains pensent que le Chandelier a ensuite été emporté par ses successeurs à Byzance, d’autres l’imaginent définitivement perdu lors du sac de Rome par les Barbares, ou même caché depuis des siècles par le Vatican.

Mais une saga nordique raconte par ailleurs qu’un immense trésor a été conquis à Byzance par le plus grand de tous les guerriers Vikings, pendant la première Croisade, et que ce chef l’a emporté dans le grand Nord… Tout commence avec une fabuleuse découverte en mer, à bord de la Seaventure, à Constantinople : un morceau d’un drakkar datant de l’époque des Croisades. A des kilomètres de là, un bateau identique se trouve entièrement figé dans un iceberg du grand Nord… La saga a-t-elle dit vrai, ce mercenaire Viking a-t-il pris possession de la Menorah ? Jack décide de se lancer sur ses traces…

55454

Quand j’ai eu fini Atlantis, je me suis demandée quel livre allait suivre. Mon choix s’est porté sur Le Chandelier d’Or parce qu’il est du même auteur et qu‘il a la même ambiance. Malgré ça, j’avais peur, en le lisant de ressentir la même chose qu’à la lecture d’Atlantis. Si vous avez lu ma critique vous devez savoir qu’elle a été très pénible à cause des descriptions inutiles de l’auteur sur des armes ou des équipements, sans rapport avec l’archéologie.

Mais là, j’ai été agréablement surprise. David Gibbins a corrigé tous les défauts que je reprochais à son précédent roman. Pas de descriptions inutiles, une plus grande place pour le coté archéologique et un peu de moins de Mac Gyver et de docteur je sais tout.

Bon je dois dire quand même que la lecture à été pénible à certains moments, mais le livre n’y est pour rien. Je pense simplement que ce n’était pas le bon moment pour le lire et l’apprécier à sa juste valeur.

À travers les volutes de fumée qui se dissipaient devant l’arc, il aperçut un trésor comme Rome n’en avait encore jamais vu. Josèphe le lui avait bien décrit, mais il ne s’attendait pas à une telle quantité d’or, à un objet si lourd que pas moins de douze légionnaires le portait sur leurs épaules.

Dans ce livre, j’ai adoré le coté viking, découvrir une légende, un mythe comme une chasse au trésor. On ressent toute l’excitation que les protagonistes ressentent quand ils font une découverte, on se sent transporté dans le temps du peuple au cheveux d‘or. J’ai toujours eu une certaine « fascination » pour la Seconde Guerre mondiale, alors inclure dans le Chandelier d’Or, les nazis, ne pouvait être qu’un plus.

Si le Chandelier d’Or eslargement meilleur qu’Atlantis, il n’en est pas moins exempt de défauts. Je reproche aulivre d’être trop dépendant de son grand frère. En effet, même si c’est un « One shot » (comprenez une histoire finie en un seul tome), il est nécessaire pour mieux comprendre certains éléments d’avoir lu Atlantis auparavant.

En effet, David Gibbins ne prend pas la peine d’expliquer, même brièvement qu’est ce que l’UMI, la découverte d’Atlantis ou encore l’utilité des combinaisons de Costas et Jack. Autrement dit, des éléments importants. Il part malheureusement du principe que tout le monde a lu Atlantis et c’est ce que je considère comme un handicap majeur à la lecture d’un roman qui n’a normalement pas d’attache. On peut donc considérer, même si réellement ce n’est pas le cas que le Chandelier d’Or est la suite d’Atlantis.

Autre problème, même si j’ai préféré ce tome et que j’en ai aimé sa lecture, j’ai eu l’impression tout au long du tome de lire un copié collé d’Atlantis. Encore une fois, on a le droit à une aventure sous l’eau, avec les découvertes majeures sous l’eau, des blessures identiques, etc…. à croire que David Gibbins a repris la trame principale de son premier roman et à changé les lieux et les populations (On passe quand même de la Guerre Froide à la Seconde Guerre Mondiale). Ca gâche pas mal le tout et tant à penser que le romancier manque d’imagination pour changer les univers de ces romans.

Si je ne suis pas sûre de relire Atlantis, il est clair que je relirais Le Chandelier d’Or avec plaisir, tant l’histoire de Harald Hadrada m’a plue.

55454

autres-tomes

9782266164863 28783849 9782266196994 tigres-de-guerre-09 le-masque-de-troie-2081232 61D09HBH2-L._SL500_ 9782365690638WEB

55454

Publicités

4 commentaires sur “Le chandelier d’or

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s