Ados et Young Adult·Blackmoon·Lire en VO

Shiver (frisson) de Maggie Stiefvater

55454

shiver-final-coverTitre : Shiver (frisson)
Auteur : Maggie Stiefvater
Publié en: 2009 (USA) / 2009 (France) 
Genre : Young Adult, Romance, Fantastique
Editeur : Scholastic Press (USA) / Hachette (Blackmoon) (France)
Nombre de pages : 400 (USA) / 480 (France)
Prix : 15.10$ / 18€

Du même auteur : Sous le signe du scorpion, La prophétie de Glendower,…

Découvrez-le !

(6) Coup de coeur (yo)Grace, 17 ans, vit dans une petite ville du Minnesota, aux abords d’une forêt. A 11 ans, elle s’est faite attaquée par une horde de loups mais a survécu malgré les morsures, sauvée par un des loups de la bande. Les années ont passé, et un lien étrange s’est créé entre la jeune fille et ce loup, souvent présent autour de la maison, comme pour veiller sur elle. Lorsque Jack, un élève de son lycée, est retrouvé mort suite à une attaque identique à celle de Grace, la ville lance des chasseurs à travers la forêt. La plupart des loups parviennent à échapper aux balles, mais pas celui de Grace. Grace trouve alors devant chez elle un jeune homme blessé au regard étrangement familier…

55454Frisson est le nouvel événement de la collection Blackmoon d’Hachette. Avec une histoire intrigante et des personnages captivants on comprend, au fil de la lecture toute la beauté de ce titre.

Frisson propose deux particularités étonnantes: utiliser de vrais loups comme « créatures fantastiques » et donner au lecteur le point de vue d’un couple aussi touchant qu’émouvant.
Maggie Stiefvater nous offre une histoire qui sent bon l’hiver, la forêt et le sirop d’érable. Car si l’intrigue se déroule au nord des États-Unis, à la frontière canadienne, c’est bien l’ambiance si particulière du Canada que l’on ressent. L’utilisation des loups amène une part de réalité dans le fantastique le rendant de ce fait, plus attrayant encore.

Mais ce qui plaira le plus au lecteur c’est l’histoire d’amour si belle entre Sam et Grace. Menacée de finir aussi vite qu’elle a commencée, c’est une course contre la montre et un combat contre le temps que mènent nos deux âmes sœurs. Toute la tension amenée par les dangers qui les entourent font battre le cœur à cent à l’heure. Prévoyez d’ailleurs une boite de kleenex pour la fin forte en émotion que nous réserve l’auteure.

J’avais soulevé dans ma critique de 16 Lunes le fait que Blackmoon tenait là son meilleur titre. Mais depuis ma lecture de Frisson, il est clair que je me trompais. Bien que 16 Lunes reste inégalable, le nouveau roman de Maggie Stiefvater n’est vraiment pas loin derrière et un duel entre ces deux séries, certes très différentes, se tiendra pour la meilleure place lors de la sortie de leurs suites respectives.

Suite d’ailleurs qui se fait languir pour Frisson face à sa fin haletante. Mais, malheureusement pour nous, il nous faudra montrer une grande patience. Car Linger, ou fièvre pour le titre français ne sort que cet été aux États-Unis. On pourra tout de même se satisfaire de deux informations pour le moins excitantes: le troisième tome annoncé pour Juillet 2011 aux USA dont le titre VO sera Forever et la future adaptation cinématographique du premier opus.

Laissez-vous donc prendre au jeu et goûter à l’histoire d’amour extraordinaire de Sam et Grace. Il se pourrait bien que cela soit votre nouveau coup de cœur…

55454Quelques citations :

«J’aurais pu crier, mais je ne l’ai pas fait. J’aurais pu me débattre, lutter, mais non. Allongée là, je me suis abandonnée, en regardant au dessus de ma tête le ciel blanc d’hiver virer au gris. » – p9

«J’étais tout près d’elle à présent. Elle gisait, face à l’immensité du ciel qu’elle fixait d’un air détaché, morte peut-être. J’enfonçais la truffe dans la paume de sa main ; elle sentait bon le sucre, le beurre et le sel, me renvoyant à une autre existence.
Puis je vis ses yeux.
Eveillés. vivants.
Elle les plongea au fond des miens et me dévisagea avec une atroce franchise.
Je reculai, frissonnant encore – mais, cette fois, ce n’était pas la colère qui ébranlait ma carcasse.
Ses yeux dans les miens. Son sang sur mon museau.
Je me sentais écartelé, au-dedans comme au dehors.
Sa vie.
Ma vie.
La meute, méfiante, me céda la place. Ils grognèrent contre moi, qui n’était plus des leurs, et retroussèrent leurs babines en direction de leur proie. Je songeai que c’était la plus belle des enfants, un tout petit ange ensanglanté dans la neige, et qu’ils allaient la détruire.
Je le vis. Je la vis, elle, comme je n’avais encore jamais rien vu.
Et j’y mis fin. » – p12 -13

Sans-titre-8

«Dans ma tête, les mains qui m’enfoncèrent dans la baignoire sentaient l’enfance et le familier, les câlins et les draps propres, tout ce que j’avais connu jusqu’alors ; elles me poussèrent dans l’eau tiède, à la température de mon corps, et les voix récitèrent ensemble les chiffres, sans prononcer mon nom. Coupe. Coupe. Coupe. Coupe. On me perçait la peau, on me répandait au-dehors ; l’eau se teintait de petits tourbillons rouges, je me débattais, je haletais, je criais ; ils ne disaient rien ; la femme me maintenait en pleurant dans l’eau. Je suis Sam! Je gardais mon visage au-dessus de la surface rouge et je leur disais: Je suis Sam. Je suis Sam. Je suis…
– Sam!
La fille m’arracha à la porte et, s’interposant entre le mur et moi, m’en éloigna d’une poussée. Je fis un pas vers la baignoire et trébuchai. Je tentais de retrouver mon équilibre quand elle me propulsa violemment en avant. Ma tête heurta de plein fouet le carrelage, je m’écroulai dans l’eau brûlante.» – p180

55454

autres-tomes

shiver-final-cover 6654313 9409458

55454

Publicités

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s