Pocket·Polar

La prophétie Charlemagne de Steve Berry : Comment Cotton Malone m’a charmée

9782749115702Titre : La prophétie Charlemagne
Auteur: Steve Berry
Publié en: 2010 (France)
Genre : Thriller, Historique
Editeur : Le Cherche Midi
Nombre de pages : 660
Prix : 27.90€

Du même auteur : Le musée perdu, Le complot Romanov, Le mystère Napoléon,…

Envie de l’acheter ?

5.EmoustillantAn 1000. Aix-La-Chapelle. Othon III, roi de Germanie, pénètre dans le tombeau de Charlemagne, inviolé depuis 814. Parmi de nombreuses reliques, il y découvre un étrange manuscrit, couvert de symboles inconnus. 
1935. Allemagne. Himmler crée un groupe spécial d’archéologues et d’ésotéristes chargés de se pencher sur les racines de la race allemande, des Aryens aux chevaliers teutoniques. Dans la sépulture d’un proche de Charlemagne, ceux-ci trouvent un manuscrit montrant les mêmes symboles que ceux découverts neuf siècles plus tôt à Aix-la-Chapelle. 
2008. Afin d’élucider la mort mystérieuse de son père, Cotton Malone va devoir déchiffrer les énigmes entourant ces deux manuscrits. Du coeur de l’Allemagne aux glaces de l’Antarctique, en passant par un monastère de la région de Toulouse, c’est un puzzle passionnant qui l’attend, à travers l’histoire, les cultures et les civilisations.

J’ai découvert Steve Berry il y a deux ans avec Le Musée Perdu. Une lecture que j’ai appréciée et qui m’a fait découvrir une plume fort captivante. Déjà fan du travail de David Gibbins, Steve Berry vient s’ajouter, avec La prophétie Charlemagne, à la liste de mes auteurs de thrillers historiques préférés.

Faisant partie de la série des Cotton Malone, le personnage phare de l’auteur (un peu comme le Jack Howard de Gibbins), La prophétie Charlemagne en est le quatrième épisode. C’est pourtant ma première découverte de Malone.

La pression exercée sur sa gorge était intense, autant que la clef de bras. Mais Newton avait raison. « A toute action est associée une réaction égale et opposée. »

Personnage complexe, ancien agent de terrain des USA devenu libraire à Copenhague, Cotton Malone est un homme blessé par la vie. Dans La Prophétie Charlemagne, il part à la recherche de la vérité autour de la mort de son père, survenue 38 ans plus tôt. Un père aimant, absent, disparu mystérieusement en mer. Et ce qu’il va découvrir va le mettre hors de lui.

C’est, comme pour Le Musée Perdu, une quête extraordinaire dans laquelle se lance le héros de Berry. Encore une fois, comme c’est le cas souvent dans le genre, cette chasse au trésor met indirectement en scène les nazis. A croire que les légendes sur leurs recherches jouissent de plusieurs oreilles attentives et d’esprits créatifs. Un point qui me plait énormément. Captivant.

J’ai appris avec l’expérience que le passé finit toujours par nous rattraper. 
Ceux qui ne s’en souviennent pas, sont condamnés à répéter leurs erreurs…

Une quête, deux routes différentes, c’est ce que met en scène Berry ici. Chasse au trésor et chasse à l’homme vont mettre à jour un des secrets les plus extraordinaires de l’Histoire. Imaginez que nous ne soyons pas les premiers à avoir évoluer technologiquement. Qu’il ait pu exister une civilisation avancée, mille ans avant la nôtre. Que c’est même elle qui nous a enseigné la roue, nous a poussée à nous développer. Incroyable non ? Eh pourtant, c’est ce que Cotton Malone va tenter de mettre à jour entre Aix-La-Chapelle, Copenhague et l’Antarctique.

Fluide, prenante, l’écriture de l’auteur entraîne le lecteur dans une aventure riche en rebondissements. Malgré ses 660 pages, La Prophétie Charlemagne se dévore rapidement. Impossible en effet, de détacher le regard et notre intérêt des événements qui se déroulent sous nos yeux.

 » Les anciens étaient subtils, mystérieux, profonds et avisés.
La profondeur de leurs connaissances est inestimable.
Parce qu’elle est inestimable, on ne peut que décrire leur apparence.
Ils étaient prudents, tels des hommes traversants une rivière gelée en hiver. Alertes,tels des hommes conscients du danger.
Courtois, tels des hôtes de passage. Accommodants, telle la glace sur le point de fondre.
Simples, tels de grossiers blocs de bois. « 

Différent et pourtant proche de celui de Gibbins, le style de Steve Berry m’a rapidement conquise. J’avais eu l’occasion de m’y intéresser avec Le Musée Perdu, une histoire mettant en scène un autre personnage que Cotton Malone. Mais c’est pourtant ce dernier qui me convainc de lire la suite et le début de ses aventures.

Si jamais vous vous lancez, il n’est pas obligatoire de lire L’Héritage des Templiers, premier tome de la saga Malone pour comprendre. Je n’ai eu aucun mal à me familiariser avec l’univers et l’histoire de Cotton, malgré les références à ses précédentes aventures.

Avec La Prophétie Charlemagne, Steve Berry se fait une place d’honneur dans ma bibliothèque et dans mon top auteur. Vivement les prochaines aventures de Cotton Malone !

les-tomes

01 02 03 9782749115702 05 06 07

Sans-titre-7

Publicités

7 commentaires sur “La prophétie Charlemagne de Steve Berry : Comment Cotton Malone m’a charmée

  1. Je dois avoué que je n’ai pas fini ce livre !
    Autant j’ai terminé en 3 jours l’héritage des Templiers autant celui-ci trône toujours dans ma bibliothèque …
    Je n’ai pas réussi a accrocher avec celui-ci à cause de cette histoire de sous-marin et de tout les détails donné sur celui-ci. Je n’ai toujours pas compris l’intérêt d’intégrer autant de personnage (méchants, gentils ?)dès le début du livre. Du coup je ne comprends ce qu’ils font là et du coup j’accroche toujours pas. Je reprendrais peut être ma lecture un jour.
    En attendant si tu aimes bien le style de Steve Berry tu aimeras certainement Le secret des glaces de Philip Carter !

  2. J’avais aussi beaucoup aimé ce livre. C’était par contre pour ma part avec ce livre que j’ai découvert Steve Berry. Depuis j’ai aussi eu l’occasion de lire L’Héritage des Templiers et L’énigme Alexandrie que je te conseille car ils sont tout aussi bien voire meilleurs. Après je pense que l’affinité avec chaque livre dépend de l’intérêt qu’on peut avoir avec les sujets et les thèses abordés. Et le plus c’est vraiment à la fin quand l’auteur dévoile ce qui entre dans le domaine de la fiction et du réel. Et puis comme tu le dis si bien le fait que chaque livre est indépendant les uns des autres malgré un personnage récurrent c’est vraiment très sympa. Ravie de voir une nouvelle lectrice convaincue par Steve Berry :).

  3. Tiens, mais j’ai ce livre chez moi! Je ne sais même plus comment il a atterri là ^^
    Mais je ne savais pas que le personnage principal était un personnage récurrent de plusieurs livres! J’aime bien les histoires de chasses au trésor! Quand j’aurais l’occasion, je le lirais! Merci de m’avoir rappelé que ce livre existait 🙂

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s