Ados et Young Adult·Gallimard jeunesse

Max de Sarah Cohen-Scali : Au coeur de l’horreur du nazisme…

001432529Titre : Max
Auteur : Sarah Cohen-Scali
Publié en: 2012 (France)
Genre : Jeunesse, Histoire, Nazisme
Editeur : Gallimard (Scripto)
Nombre de pages : 480
Prix : 15.90€

Du même auteur : Les dents de la nuit, La Rose écarlate (roman), La Puce détective privée,…

Envie de le lire ?

6.Coup-de-coeur

«19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Fürher. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l’on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l’enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans loi. Sans rien d’autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d’aimer. Heil Hitler!» Max est le prototype parfait du programme «Lebensborn» initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l’Allemagne puis l’Europe occupée par le Reich.

Attention, ce livre ne convient pas aux jeunes lecteurs. A partir de 15 ans

Ce roman a beaucoup fait parler de lui sur le net. Beaucoup de blogs en ont vantés les mérites. C’est donc, tout naturellement que ma curiosité a été piquée au vif. J’ai donc profité d’une commande France Loisirs pour me le procurer.

Et après avoir fini ma lecture, je comprend tous ces coups de coeur qui lui ont été attribué, et j’ajoute également le mien. Jamais sujet n’aura été aussi bien maîtrisé et bien traité que celui des lebensborn.

Je suis l’enfant du futur. L’enfant conçu sans amour. Sans Dieu. Sans loi. Sans rien d’autre que la force et la rage.
Heil Hitler !

En 1935, alors qu’Hitler est au pouvoir, sont créés des institutions spéciales dans le plus grand secret. Au bout d’une sélection acharnée, les allemandes élues sont présentées à des allemands aryens afin de créer la future génération. De parfaits individus de la race aryenne. C’est l’histoire de l’un de ces bébés, le tout premier d’entre eux, que nous conte Sarah Cohen-Scali.

On suit donc Max, de sa naissance le jour de l’anniversaire du Führer à la chute du pouvoir de l’Allemagne nazie. Avec un langage parfois cru, parfois vulgaire, Max nous met devant le fait accompli. Le but : faire prendre conscience au lecteur de la réalité des choses : La Seconde Guerre Mondiale n’a pas eu lieu que dans les camps, les victimes n’étaient pas seulement des juifs, des handicapés ou des tziganes. Mais aussi des allemands, des enfants innocents qui n’avaient rien demandés et dont l’origine est une tragédie à elle toute seule.

S’il est le spécimen parfait au début, Max va vivre la guerre d’une drôle de façon. Ayant une confiance aveugle envers Hitler et sa politique, sa vision des choses va peu à peu s’en trouver bouleversée. De son enlèvement, au meurtre de celle qu’il considérait presque comme une mère, de sa collaboration au kidnapping d’enfants polonais à sa rencontre avec Lukas, Max va vivre des choses qui vont marquer sa vie à jamais. De l’horreur de la guerre, rien ne sera caché au lecteur.

Elles désirent adopter un nouvel enfant dans l’espoir d’obtenir la croix de bronze, d’argent ou d’or. (Des croix sont décernées aux mères allemandes les plus méritantes lors d’une cérémonie officielle qui a lieu une fois par an, le 12 août, jour anniversaire de la mère du Führer. Les femmes qui ont quatre enfants reçoivent la croix de bronze, celles qui en ont six, la croix d’argent, et les plus vaillantes, qui en ont huit ou plus, la croix d’or. Les croix donnent droit à de nombreux avantages : des primes, des allocations, l’attribution d’une bonne à tout faire prise dans le lot des prisonnières qui peuplent les camps, etc.)

Intelligemment raconté et documenté, Max est une oeuvre majeure à destination des adolescents mais aussi du public adulte souhaitant lire une autre vision de la Seconde Guerre Mondiale. Une lecture choc au style fluide, parfois tranchant et un coup de coeur véritable. Bouleversant, Max ne pourra vous laisser indifférent.

Sans-titre-7

Publicités

9 commentaires sur “Max de Sarah Cohen-Scali : Au coeur de l’horreur du nazisme…

  1. Il n’est pas le genre que je lie d’habitude et comme tout le monde j’étais curieuse de voir pourquoi il avait autant de succès. Au final, un super livre qui a frôlé le coup de coeur !

  2. Il figure dans ma wish list depuis bien longtemps maintenant… ta chronique ne fait que confirmer les avis que j’avais déjà lus : il me le faut 🙂

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s