Ados et Young Adult

Les Eveilleurs, tome 1: Salicande de Pauline Alphen

untitledTitre : Les Eveilleurs, tome 1 : Salicande
Auteur : Pauline Alphen
Publié en: 2010 (France)
Genre : Fantasy, Dystopie
Editeur : Hachette
Nombre de pages : 528
Prix : 14.20€

Du même auteur : Gabriel et Gabriel, l’Arbre à l’envers

Envie de le lire ?

5.EmoustillantClaris a 12 ans et vit avec son père, Eben, et son frère jumeau, Jad, dans une vallée reculée et protégée par des montagnes d’accès difficile. Malgré la disparition précoce de leur mère et la mélancolie de leur père, malgré le handicap de son jumeau, Claris est une jeune fille enjouée, téméraire, qui rêve d’aventures. Des aventures comme celles qu’elle lit dans les livres de la tour interdite où s’est réfugié son père depuis la disparition de sa femme, des aventures comme celle que lui lisait sa mère, des aventures comme celles que son jumeau, handicapé, ne peut pas vivre. Mais Claris est persuadée que les aventures n’arrivent jamais aux filles. L’avenir va lui montrer qu’elle ne peut pas se tromper davantage…

Ce livre trainait depuis 3 ans dans ma PAL. Et je le regrette amplement ! Débuté il y a une semaine, j’ai immédiatement voyagé à Salicande en compagnie de Claris et Jad.

Il ne m’aura pas fallu longtemps avant de trouver dans ce livre, le plaisir d’une lecture agréable, envoûtante et enrichissante.

La légende disait que c’était à cause du phare que Jors le Fondateur avait établi sa petite communauté dans la vallée reculée de Salicande, cinquante et un ans auparavant. Parce que la vue de ce monument maritime mangé de lierre rouge échoué parmi les montagnes l’avait fait rire, lui qui ne riait pas. Ce fut un rire formidable, un rire qui fit jaillir les larmes pendant si longtemps que ses compagnons crurent que son esprit s’était enrayé pour de bon.
Avec ce rire dément, Jors avait évacué les horreurs de la Grande Catastrophe qu’ils venaient tous de vivre. Les spasmes qui agitaient son ventre et les larmes qui coulaient à flots de ses yeux avaient chassé de son corps, sinon de sa mémoire, les enfants disparus, les Élémentaux sacrifiés, l’avenir brutalement éteint comme l’on mouche une bougie. Ce fut la dernière fois qu’on le vit rire. Au moins, cette partie de la légende est vraie, pensa le Mandarin.

A priori, on tient dans nos mains un livre de fantasy, cela ne fait aucun doute. Mais Pauline Alphen réussit un étrange tour de magie que personne n’avait jusqu’alors tenté : mélanger fantasy et dystopie.

Ainsi, si le monde de Salicande nous semble si enchanteur, si dépaysant, on apprend rapidement qu’il s’agit de notre monde, plusieurs centaines d’années dans le futur. Nous n’avons pas appris de nos erreurs et nous avons épuisés toutes les ressources de la Terre. Avant qu’il ne soit trop tard, notre société , possédant une technologie ultra développée au point de nous avoir rendu dépendants,  à réimplanter de nouvelles espèces. Mais le mal étant déjà fait, il ne restait plus qu’une solution : quitter la Terre. Tandis que les plus riches prenaient les voiles, la population plus modeste s’est vue abandonnée, seule, sans technologie, sans médicaments. Un retour à la nature forcée qui a décimé une forte partie de la population mondiale.

Je ne suis pas “avant tout” une mère. Il n’y a pas de “avant tout”. Il y a “tout”. Une femme, une mère, une fille, une sœur, une maîtresse, une cuisinière, une intendante,… Tout à la fois..

C’est quelques décennies seulement après ce cataclysme que sont nés nos héros. Petits enfants du fondateur de Salicande, une cité protégée par les remparts naturels des montagnes, Claris et Jad sont jumeaux. Si l’un est calme, l’autre est une vraie boule de nerfs.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Jad qui mûrit rapidement suite à sa condition. Mais c’est surtout le personnage de Claris que j’ai apprécié. Une vraie bourrique, naturelle, courageuse, têtue, adorant lire. Son parcours m’a touché et son besoin de vivre aussi. Claris a soif d’indépendance, tandis que Jad, est son contraire.

Lire est un voyage.
On ne peut pas arriver avant d’être parti.
On ne peut pas partir sans avoir envie d’arriver.
Mais: être entre!
Là, réside le vrai délice: le parcours.
La lecture.

Ce premier tome, destiné à mettre en place l’univers et les personnages de la série se révèle un peu long, un peu lent. Mais il n’en reste pas moins captivant. Rares sont les livres qui vous emportent aussi rapidement que celui-ci. Dès les premiers mots, je me suis retrouvée aux côtés de Claris. J’ai vécu ses peurs, ses envies, ses rêves, ses cauchemars, ses espoirs.

Autre particularité de ce livre que j’ai adoré : Claris lit énormément, et pas n’importe quels livres : Harry Potter, A la croisée des mondes, cela ne vous rappelle rien ? Eh oui, voilà une héroïne qui lit les mêmes livres que nous. Qui savoure, dévore les mêmes histoires qui nous ont transportées. Comment ne pas s’identifier à elle ?

Le Vrai Lecteur écrit le livre en le lisant.
Le Vrai Lecteur est à la fois l’auteur, les personnages et l’histoire.
Le Vrai lecteur est le livre.
La Guilde se trompe.
Le Vrai Lecteur n’est pas celui qui comprend ce que l’auteur a voulu dire.
Le Vrai lecteur est celui qui, en lisant, réinvente le livre.
Et s’il lit autre chose que ce qu’a écrit l’auteur, alors celui-ci a gagné son pari, il a fait son travail.
Le Vrai Lecteur court tous les risques.
Celui de savoir ce que les personnages ne savent pas.
Celui de ne pas savoir ce que savent les personnages.
Celui de comprendre autre chose que ce que voulait l’auteur.

Le Vrai Lecteur s’en fiche, il voyage…

Pauline Alphen sait comment attirer et garder son lecteur. Tout au long de ce premier tome, l’auteur n’hésite pas à distiller quelques phrases éparses qui nous laissent entrevoir que certains événements vont avoir de terribles conséquences. Des phrases posées là, pendant un moment doux où rien ne pourrait venir gâcher les instants de bonheurs de nos héros, ou presque.

Même la fin ne laissera personne indifférent. Préférant jouer la carte du cliffangher, Pauline Alphen donne un bon coup de sang à ses lecteurs.Impossible de ne pas vouloir enchaîner avec la suite.

Avec ce premier tome, Pauline Alphen a su me charmer et m’offrir une lecture surprenante et tellement agréable. Vivement que mon tome 2 arrive pour que je puisse retrouver Claris et Jad ! Merci madame Alphen pour ce remarquable livre ! Je suis conquise !

untitled logo_12301 logo_12392 logo_151560

Sans-titre-7

Publicités

7 commentaires sur “Les Eveilleurs, tome 1: Salicande de Pauline Alphen

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s