Polar

Quand sort la recluse : Quand la petite bête mange la grande…..

sans-titre-129782081413146 (1)Alors qu’il se ressource en Islande après une enquête particulièrement bouleversante, le commissaire Adamsberg est rappelé à Paris par sa brigade. Sur place, celui-ci découvre une étrange affaire de morts par venin d’araignée recluse. Des décès à priori impossibles quand on connait la bestiole. Adamsberg le sent, il y a quelque chose de pas net dans cette histoire. Ça sent le meurtre tout ça. Mais comment convaincre une brigade qui est déjà éprouvée par la précédente investigation ? Arrivera t-il à monter une équipe ou devra-t-il se lancer à la poursuite de cette recluse seul ?sans-titre-12

Après avoir dévoré Temps Glaciaires, découvrant en même temps la plume de Fred Vargas, cette nouvelle sortie ne pouvait que me réjouir !

Je n’ai donc pas attendu longtemps pour me plonger dedans (ça faisait longtemps que je n’avais pas lu un livre après l’avoir juste reçu, ça fait du bien !) et l’immersion, comme pour le précédent, a été totale !

– Un Béarnais, alors. Comme vous.
-Tout juste.
-On dit que ces gars ont la tête dure, à cause de la montagne. Comme les Bretons, à cause de la mer. Une seule petite erreur et la montagne vous lâche, et la mer vous attrape. Ce sont des éléments trop grands pour l’homme, alors il faut s’endurcir le crâne, quelque chose comme cela je suppose.
-C’est possible.
– Mais là , vous êtes en train de la faire, la petite erreur. Vous vous accrochez à votre rocher, et vous allez l’avoir, votre chute dans l’éboulis.

Moins complexe que Temps Glaciaires dans son écriture et dans son intrigue, Quand sort la recluse amène une enquête passionnante, liée de très près au passé d’Adamsberg. L’homme a entamé une quête personnelle depuis le précédent livre et c’est un plaisir de voir cette sous-intrigue développée un peu plus dans celui-ci.

De quoi offrir une histoire très intense qui met à mal la brigade, en appelant aux émotions primaires de chacun. Jusqu’au bout, Vargas nous emporte dans des rebondissements incroyables.

Les êtres remplis d’une si haute idée d’eux mêmes n’ont jamais envisagé de chuter un jour. Quand cela se produit, ces êtres se vident, effarés, impréparés, leur substance s’évapore dans la stupeur de l’échec. Pas de milieu, pas de nuance, pas d’anticipation. Ainsi sont ils.

Cette lecture fut pour moi un vrai plaisir ! J’en ai adoré chaque mot de la première à la dernière page et je n’ai déjà qu’une hâte : lire le prochain ! Merci Fred Vargas !

sans-titre-12Grand format : Flammarion – 21€ / Poche : Pas encore disponiblesans-titre-12

Publicités

Un commentaire sur “Quand sort la recluse : Quand la petite bête mange la grande…..

  1. Hello tu es génial ! Je viens juste de me créer un blog littéraire
    Pourais tu m’aider ?
    Déjà comment tu fais pour avoir  » se promener dans le blog  »
    et qu’il y a des titrs comme « fantastiques  » et quand on cliqu ben on voit tes livres fantastiques

    Stp aide moi

    Je t’adore

    Bye bye

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s