Claudine ou la difficulté d’être transgenre au début du XXe siècle

91zpfMdsclL

France, début du XXe siècle. Claudine est né dans un corps assigné femme qui ne reflète pas l’homme qu’il est. Ce one-shot suit sa vie et ses nombreux amours tragiques tandis qu’il tente d’être aimé et accepté pour ce qu’il est vraiment : un homme dans un corps imparfait.

55454

081g2zec

J’ai toujours aimé les oeuvres de Riyoko Ikeda. La mangaka est très connue en France pour La Rose de Versailles (ou Lady Oscar chez nous) dont l’anime était diffusé dans le club Dorothé. Malheureusement, les éditeurs français sont un peu frileux lorsqu’il s’agit de sortir des oeuvres vintages, ce qui fait que l’on a peu de titres de la mangaka en France (La Rose de Versailles et Très cher frère qui était publié chez Asuka, ex-Kazé il y a plusieurs années mais qui est depuis, en arrêt de commercialisation).

Publié aux US, chez Seven Seas, Claudine est un one-shot paru en 1978. Riyoko Ikeda y met en avant un héros transgenre. Né dans un corps de femme au début du XXe siècle, Claudine a du mal à se faire accepter tel qu’il est. Aucune des femmes qu’il aime n’arrive à le voir comme un homme, sa mère tente de le faire soigner par un psychiatre…. Seul son père l’accepte pour ce qu’il est et l’élève comme un fils. Mais pour Claudine, cela ne suffit pas. Et la route qu’il emprunte se teinte de tragédie.

lhghu6oqJ’ai beaucoup aimé ce one-shot. Riyoko Ikeda a un talent certain pour dépeindre des personnages incroyables au destin toujours épique. Les sujets qu’elle développe, comme la sexualité féminine, la représentation d’une femme masculine (La Rose de Versailles), l’homosexualité, ou encore la transidenté, sont toujours en avance sur leur temps et pourtant trop peu présents, au grand dam d’un public varié, en mal de représentation dans un genre qui devient de plus en plus lisse.

Je ne sais pas si nous verrons Claudine traduit en français un jour mais si votre niveau en anglais vous le permet, je vous recommande chaudement ce titre. J’en ai adoré la lecture du début à la fin. Mon coeur a vibré pour son héros. Seven Seas a fait du bon travail dessus. Un petit bémol néanmoins : du début à la fin, Claudine est genré au féminin. Choix de la mangaka ? de l’éditeur ? Je ne sais pas, mais cela fait tâche dans un manga qui met en scène un personnage transgenre…. Cela ne doit pas, néanmoins, vous empêcher d’y jeter un oeil.

55454

Mangaka : Riyoko Ikeda / Nombre de tomes : 1 (EN) – 1 (JP – Fini) – Anime : Non

55454

Publicités

Un commentaire sur « Claudine ou la difficulté d’être transgenre au début du XXe siècle »

Laisser un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s