Bragelonne·Fantasy

Métamorphoses : Enorme coup de coeur pour ce roman envoûtant !

sans-titre-12

1411-metamorphoses_orgDans la cité de Lyneroy, les commerces éclatants cohabitent avec les plus sombres marchés noirs…
Sonax a treize ans lorsque sa vie bascule. Jeune garçon androgyne destiné à suivre une voie dans la banque, il quitte tout pour le théâtre solaire, un lieu où il se découvre une nouvelle famille. Mais derrière la scène, entre faux-semblants et jeux de pouvoir, la réalité d’Hélderion n’a rien à envier aux drames qui se jouent sur les planches. Il ignore alors à quel point il va devoir apprendre à jouer un rôle en permanence, en découvrant les dangereuses coulisses de la cité la plus riche du royaume.
Entraîné dans des intrigues politiques qui le dépassent, il sera changé en polymorphe, un être capable de modifier son apparence à volonté…
Car quel acteur n’a jamais rêvé de contrôler l’histoire au gré de ses métamorphoses ?
sans-titre-12

J’ai connu la plume de Samantha Bailly via les albums de Nobi-Nobi, puis avec son roman Les Stagiaires. Métamorphoses est ma première plongée dans son style fantasy. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, juste charmée par la couverture et les nombreuses aventures que promettait ce roman. Et, dès le début, lorsque j’ai fait connaissance avec les personnages, j’ai su que je tenais là, une véritable merveille. Métamorphoses nous conte le parcours du jeune Sonax, ce garçon, fils de banquier, à la situation confortable. Malgré une mère plutôt autoritaire, il vit des jours paisibles en compagnie de sa soeur, Perle, aveugle de naissance. Mais tout change lorsque, un jour, Sonax décide d’emmener celle-ci à une représentation du nouveau théâtre de la ville. Un choix qui scellera son destin…

Métamorphoses est mon premier coup de coeur de l’année 2015 (mais pas le dernier j’espère). Dès les premières pages, j’ai été touchée par la plume de Samantha Bailly, plaçant, définitivement l’auteure parmi mes incontournables. L’histoire, palpitante mais bouleversante de Sonax a su me toucher, me transporter. Car, Métamorphoses offre une belle particularité : c’est sur plusieurs années que nous suivons les personnages de ce roman. Leur évolution, leur vie, les chemins empruntés volontairement ou non, les bonnes et les mauvaises périodes.

Les premières journées furent chaotiques, terribles. Il était resté pelotonné comme un animal traqué, dominé par un seul désir: disparaître. Ne plus être, trop effrayé par ce corps devenu étranger. La noirceur avait refermé ses tenailles sur lui, happé la lumière.
Et quand vous êtes dans la nuit la plus noire, une lune paraît être un soleil.
Chaque jour, Nwinver était venue lui rendre visite. Les douces paroles de son bourreau avaient diminué son angoisse. Elle savait se montrer patiente, à l’écoute. Une douceur vénéneuse.

Les changements d’un monde également. Je ne le savais pas, mais ce roman fait parti du même univers que Oraisons, déjà paru chez Bragelonne. Si Métamorphoses se lit très bien sans avoir lu ce premier, on se rend compte que certains passages sont très rapidement passés, des événements importants, un peu squizzés. Et j’avais trouvé cela dommage. Mais je comprends désormais mieux pourquoi. 🙂

Oui, Métamorphoses a été une véritable découverte et j’ai eu du mal à tourner la dernière page. Heureuse pour tous ces personnages que j’ai appris à aimer, mais triste aussi de les quitter eux et l’univers imaginé par l’auteure. Je pense me tourner rapidement vers Oraisons qui est dans ma PAL mais qui ne va pas y rester bien longtemps.

Si, arrivés à cette partie de ma chronique, vous n’avez toujours pas décidé sérieusement d’acheter ce livre, je ne peux rien faire pour vous, vous êtes perdus. Laisser ce roman extraordinaire plus longtemps perdu au fin fond de votre librairie préférée est un sacrilège que je ne saurais tolérer. Donnez sa chance à Métamorphoses, accueillez-le chez vous, découvrez-le, vous ne le regretterez pas. 🙂

sans-titre-12

1303-oraisons-i

sans-titre-12

Grand Format : Bragelonne – 25€ / Poche : N’existe passans-titre-12

Publicités
Bragelonne·Fantastique

New Victoria : Zombies, Ambiance Victorienne et compagnie…

sans-titre-12

51Fx0s5MrHLNora Dearly, jeune fille de la haute société de New Victoria, est plus intéressée par l’histoire militaire de son pays que par les bals et les jolies robes. Elle n’imaginait pas que la mort de son père, le docteur Dearly, la projetterait au cœur des conflits qui menacent les frontières du pays… Kidnappée par une faction rebelle, Nora doit combattre ses préjugés pour comprendre leurs motivations. Bram Griswold, un jeune soldat courageux et séduisant, entend bien lui ouvrir les yeux sur la véritable menace qui pèse sur les vivants… comme sur les morts.

sans-titre-12

Ah New Victoria ! Je vous ai déjà dit que j’aimais les zombies ? Je suis une grande fan depuis un moment déjà de tout ce qui est gore, cadavre ambulant et mangeur de chair pourrissant. Quand j’ai débuté ce roman pourtant, je n’avais du tout en tête que je tenais là, une histoire aussi particulière que celle-ci. Car contrairement à ce que cette couverture laisse paraître, New Victoria n’est en aucun cas issu de l’univers steampunk.

On aurait pu le croire pourtant. Mais il s’agit en fait…. d’une dystopie ! Et vous savez à quel point j’aime les dystopies ! Pour le coup, celle-ci s’éloigne des clichés du genre maintes et maintes fois utilisés pour développer un univers futuriste où la société est revenue à l’époque victorienne. Ou plutôt, Néo-victorienne. Quelle bonne idée !

EVERYTHING IS SO FANCY

On y suit Nora, jeune fille plutôt sympathique, à laquelle on accroche très vite. Manque de bol pour elle, son père est mort et sa tante, avec qui elle vit, dépense sa fortune à tout va. Résultat des courses, Nora n’a plus le choix, sa tante est bien décidée à lui trouver un bon parti au portefeuille bien florissant.

J’avais une terrible envie de lever les yeux au ciel, mais on nous déconseillait de le faire. Les muscles qui entouraient les yeux étaient toujours parmi les premiers à lâcher.

Un projet très rapidement entravé par un concurrent plus très frais, mais assez mignon. Nora est enlevée par une meute de zombies et ceux-ci, contrairement aux apparences, n’en ont pas après sa chair fraiche. Nora va devoir ouvrir son esprit et découvrir que son monde est en train de changer à jamais…

N’empêche, quand on y pense, c’est plutôt effrayant. Vous êtes là, tranquillement chez vous, à siroter un thé dans votre belle tenue de soie, dans un style très british, quand tout à coup, vous découvrez que vous avez le choix entre suivre un mec étrange, à l’air plus mort que vivant et vous faire embarquer par un groupe de cadavres peu commodes.

Heureusement pour Nora (et pour nous), celle-ci a un sacré caractère ! New Victoria est assez dense. Il y a largement de quoi faire avec ses 576 pages. Mais on ne s’ennuie pas une seule minute. Lia Habel a une imagination débordante et nous en fait profiter pour notre plus grand plaisir offrant un roman original, ne ressemblant à aucun autre.

J’ai aimé ce premier tome et cette héroïne à forte tête. New Victoria est à découvrir pour qui souhaite se divertir et se plonger dans une histoire ne ressemblant à aucune autre !

sans-titre-12

51Fx0s5MrHL 1304-victoria2_org new-victoria-integrale-couverture

sans-titre-12

Grand Format : Castelmore (T1 disponible / T2 manquant) – 17,20€ / Bragelonne – Plus édité / Poche : N’existe passans-titre-12