Comics

My little Pony tome 1 : Le retour de la reine Chrysalis première partie

my little pony logo 55454

Bb6uo95CIAA4bKZTitre : My Little Pony tome 1 : Le retour de la reine Chrysalis Première partie
Auteur : Andy Price (Illustrations), Katie Cook (Scénario), Sibylline Desmazières (Traduction)
Publié en: 2013 (USA) / 2013 (France)
Genre : Comics
Editeur : Urban Comics (Sizarette)
Nombre de pages : 96
Prix : 6.90€
Du même auteur :

Envie de le lire ?

Pas tout comprisBienvenue à Ponyville, havre de paix et terrain de jeux de Twilight Sparkle, Rainbow Dash, Rarity, Fluttershy, Pinkie Pie, Applejack et de tous leurs amis ! Si rien ne semble pouvoir troubler le calme de ses habitants, Twilight et ses amies ne peuvent s’empêcher de remarquer le comportement étrange de certains poneys. Y aurait-il un lien avec le récent retour de la terrible Reine Chrysalis ?

55454Le petit gif à droite du résumé représente bien ma tête après la lecture de ce comics. Une fois la dernière page tournée, une question turlupinante s’est posée : mais comment vais-je faire cette chronique ? Que dire de ce comics qui me laisse une impression de WTF? totale ?

Sauf si vous avez vécu au fond d’un abri anti-nucléaire comme ce gars ou au fond de la grotte la plus reculée du Pérou, vous avez difficilement échappé au phénomène My little Pony dans les années 90 ou à leur revival récent. Ces petits poneys ultra mignons aux couleurs psychédéliques reviennent pour de nouvelles aventures sous le format d’un comics.

My-Little-Pony-p40

Mais à qui est destiné cette série ? Uniquement aux enfants ? Eh bien non. Les nombreuses références à la culture moderne ( Donald Sutherland dans L’invasion des Profanateurs, référence à la chanson Cat People de David Bowie ou encore un clin d’oeil à J.D. Salinger dans Le Secret de l’Archiviste Royale) et l’humour totalement débile toucheront forcément les adultes les plus sains d’esprits.

Là où la pilule coince, en revanche, c’est sur le dessin. Très fouillé, le trait d’Andy Price, on aime ou on aime pas. Et je ne peux pas dire que j’ai super accroché, notamment au découpage, certes dynamique mais quelque peu déroutant.

Les personnages, nombreux, ont tous une personnalité haute en couleur. Impossible de ne pas accrocher à l’un d’eux. Quant aux enfants, ils pourront aisément s’identifier à leur préféré.

1499030_10151746476426783_1902660847_o

Autre défaut, tout petit celui-ci : si l’aventure de nos petits poneys accroche, leurs bla-blas incessants finissent par nous lasser. Pas de quoi nous empêcher de lire la suite cependant, surtout au prix extrêmement attractif de chaque tome (6.90€ pour des éditions couverture dure et papier glacé).

En bref, voilà un bel ovni qui débarque dans nos vertes contrées. Je n’ai pas adoré, mais je n’ai pas détesté non plus. Et, que cela soit la curiosité ou bien la petite fille sommeillant en moi, je pense que je lira de tout manière la suite.

55454

les-tomes

 

55454

Publicités
Comics·Lire en VO

Once Upon a time : Shadow of the Queen : Regina débarque chez Marvel

comics-once-upon-a-timeTitre : Once upon a time : Shadow of the Queen
Auteur: Collectif
Publié en: 2013 (USA) /Non paru en France
Genre : Comic
Editeur : Marvel
Nombre de pages : 112
Prix : 13€

Du même auteur : 

Envie de le lire ?

mitigéThe Evil Queen has, quite literally, captured the Huntsman’s heart — and now he’s her slave. Based on the world of ABC’s hit primetime series ONCE UPON A TIME, this is the never-before-told tale behind their twisted relationship — and what happens when a good man is forced to do bad. When Regina cooks up yet another devious plan to capture Snow White — this time by allying with a pack of power-hungry werewolves — the Huntsman comes face-to-face with his past…and an independent spirit in Red Riding Hood that just may match his own. Can these two break free of the forces that bind them and save Snow White? When put to the test, where will the Huntsman’s loyalties lie? Has the Evil Queen stolen his heart in more ways than one?

detail

Once upon a time (ou OUAT), vous en avez forcément entendu parler. Cette série, faisant revivre les personnages des contes de notre enfance en est à sa troisième saison. Le succès est au rendez-vous, si bien que Marvel vient de sortir un comics dérivé de la série.

comics-once-upon-a-time-graphic-novel-preview-1

Intitulé OUAT : Shadow of the Queen, il met en scène le célèbre Chasseur, connu pour avoir épargné Snow White et dupé la Reine en faisant passer le coeur d’une biche pour celui de la Princesse. Dans ce comics, on y suit donc Régina, toujours désireuse de voir Snow manger les pissenlits par la racine. Afin de la trouver, elle va charger le chasseur d’établir un contact avec l’ancienne meute de loups de Red car Snow est introuvable. Leur flair sera, pour Régina, le meilleur moyen de mettre la main sur son ennemi jurée.

Une seule histoire donc, mais portée par neuf artistes. Chaque chapitre possède donc sa propre ambiance. Un point original qui devient rapidement un défaut. Car les différents graphismes sont inégaux. Et quand on vient de s’habituer à un graphisme, le changement, trop rapide, gâche légèrement le plaisir.

detail (1)Côté scénario, on passe tout de même un bon moment à suivre cette aventure inédite qui se situe entre la première et la deuxième saison. On apprécie également les bonus en fin de volume : sketchs, art process et même une copie de la lettre de Snow que l’on découvre dans l’épisode 18 de la saison 1.

En résumé, pour cette lancée dans l’univers de OUAT, Marvel a mis les moyens. Et le résultat est à la hauteur des attentes des fans de la série. Espérons que cette aventure continue et que l’on puisse bientôt tenir un nouveau comics dans nos mains.

Sans-titre-8

Sans-titre-7

Blackmoon·Comics

Sublimes Creatures, le comics

479963_488015557900339_1972214296_n

Ethan Wate, un lycéen, vit depuis toujours dans une petite ville de Caroline du Sud, une ville tranquille, sans histoire… et à vrai dire ennuyeuse ! Il rêve de partir loin de tout ça, de voyager, de voir d’autres horizons. Mais l’arrivée de Lenna Duchannes dans le manoir reculé de Ravenwood va changer toute sa vie ! Car Lena, 16 ans, appartient à une famille d’enchanteurs et elle devra bientôt affronter la malédiction qui hante sa famille depuis des générations.

Ce roman graphique est une adaptation du roman Beautiful Creatures, publié en France sous le titre 16 Lunes (Black Moon). Cette saga fantastique de Kami Garcia et Margaret Stohl a atteint plus de 350 000 exemplaires vendus en France.

BeautifulCreaturesGraphicNovel_10-1116 Lunes (ou Beautiful Creatures) est un roman dans lequel je suis tombé dès sa sortie. Découvert grâce à Black Moon, j’ai littéralement dévoré les aventures d’Ethan et Lena dans cette petite ville du sud des Etats-Unis. Alors, quand j’ai appris qu’un film et une adaptation graphique sortaient, j’étais aux anges.

Malheureusement, côté film, la déception s’impose. Dans le choix des acteurs, déjà mais aussi dans le choix de faire de ce film, une oeuvre basé approximativement sur le roman d’origine. J’ai donc décidé de boycotter le film au cinéma et d’attendre de le voir chez moi (ne mourrons pas idiote quand même).

3106156075_1_3_P1VUrjpVQuant à l’adaptation graphique, si sa sortie coïncide avec le film, c’est sur l’oeuvre de Kami Garcia et Margaret Stohl qu’elle s’inspire. Pas de mauvaises surprises donc, le graphic novel sera fidèle à ce que l’on connait.

Et je dois dire que j’ai aimé cette lecture. Replongeant, avec plaisir dans cette atmosphère électrique qui m’avait tant plu à la lecture du roman.

Seul point faible, le graphisme. Si la couverture est clairement magnifique, l’intérieur, lui, fera ouvrir de grands yeux aux lecteurs. Brouillon, vide par moment, il faut s’accrocher. Mais, sitôt les premières pages passées, le dessin ne dérange plus et l’on s’adapte aisément au trait si particulier de Cassandra Jean.

Bien qu’épais, ce premier tome se lit vite, trop vite peut-être et l’on ne peut s’empêcher de vouloir la suite. Une suite pour laquelle il faudra se montrer patient puisqu’elle n’est même pas annonce outre-atlantique.

Sans-titre-7

Titre : Sublimes Creatures Tome 1 : Les enchanteurs
Auteur: Margaret Stohl, Kami Garcia & Cassandra Jean 
Publié en: 2013 (USA) / 2013 (France)
Editeur : Pika
Nombre de pages : 248

Nombre de tomes : (Série en cours)

Série liée : 16 Lunes (Black Moon)

Genre : Comics, Adaptation graphique

Anime : Non

Envie de l’acheter ?

Sans-titre-7

Comics

Batman Nöel : Bien plus qu’un comics

album-cover-large-18408

Titre : Batman Nöel
Auteur: Lee Bermejo
Publié en: 2012 (France)
Editeur : Urban Comics
Nombre de pages : 112

Envie de l’acheter ?

6.Coup-de-coeur

La nuit de Noël, Batman traque un petit malfrat à la solde de son pire ennemi. Cette course-poursuite va l’amener à rencontrer trois visions du passé, du présent et de l’avenir, et à s’interroger sur les tenants et aboutissants de sa croisade contre le crime.

Je lis beaucoup de choses, mais des comics, très peu. Mis à part la série des Buffy que j’achète parce que c’est Buffy, je ne m’intéresse pas trop à cet univers. Mais force est de constater que dernièrement, mes habitudes ont changées. Après l’incroyable Seigneurs de Bagdad et l’enchanteur Magicien d’Oz, mes yeux se sont posés sur une nouvelle pépite : Batman Nöel.

timthumb

Ce one-shot de Lee Bermejo est une véritable surprise. Noir, surprenant, impossible de s’en détacher. Tant du côté du scénario que du dessin. Car c’est ce premier qui nous fout une première claque. Détaillé, magnifique, il n’y a pas de mot pour exprimer l’incroyable talent de Lee Bermejo. Tout, des paysages aux personnages, est un plaisir pour l’oeil qui ne s’en lasse pas une seule seconde.

Quant à l’histoire, on apprécie le clin d’oeil à Dickens. Ici, c’est l’histoire d’un certain Scrooge qui nous est conté. Un Scrooge aux habits noirs et à l’âme aussi sombre que ses ennemis. Apparitions surprenantes et inattendues, moments cultes, tout est fait pour que le lecteur passe un agréable moment.

batmannoel2

Que l’on soit fan de Batman ou pas du tout, Batman Nöel saura convaincre. Voilà un petit bijou à se procurer de toute urgence. Quant à Lee Bermejo, on surveillera son travail de très près.

Sans-titre-7

Comics

It’s the circle of liiiiiiiiife… Les Seigneurs de Bagdad

image

55454

Seigneurs-Bagdad-topTitre : Les Seigneurs de Bagdad
Auteur : Brian K. Vaughan & Niko Henrichon
Publié en: 2006 (USA) /2012  (France)
Genre : Comics
Editeur : Urban Comics (France) / Vertigo (USA)
Nombre de pages : 136
Prix : 15 € (Lire ce livre)

Du même auteur : Saga, Y, Noah, Runaways…

(6) Coup de coeur (yo)Bagdad, 2003 : quatre lions emprisonnés dans le zoo, sont libérés suite à un raid aérien de l’armée américaine. Un jeune mâle dominant, deux femelles de deux âges différents et un petit lionceau vont découvrir, en errant dans la ville dévastée, que cette liberté soudaine s’avère plus dangereuse que leur ancienne prison dorée.

55454Aujourd’hui, c’est un coup de cœur que j’ai envie de partager avec vous. Un coup de cœur bien particulier pour uncomics de toute beauté : Les Seigneurs de Bagdad.

Ce titre, écrit par Brian K. Vaughan (dont on connaît déjà, entre autres, les travaux sur la ô combien  étrange saison 8 de Buffy ) et superbement mis en image par Niko Henrichon (Noé) n’est pas une nouveauté. Sorti une première fois il y a quelques années chez Panini dans une édition tronquée et de très mauvaise qualité (les couleurs étaient bien loin d’être celles choisies par Niko Henrichon), Les Seigneurs de Bagdad s’offre une réédition de qualité chez Urban Comics dans la collection Vertigo.

Bagdad-Panini_Urban

A gauche Panini, à droite Urban Comics, il n’y a rien à ajouter…

Première chose qui retient l’attention, la couverture absolument divine qui claque méchamment, il faut le dire. Tiré d’une histoire vraie, ce one shot offre une lecture très plaisante où se mêle confort de lecture (papier de qualité, planches nettes, couverture rigide) et beauté du dessin avec une magnifique mise en couleur.

On suit donc les aventures de quatre lions, libérés du zoo de Bagdad par les bombardements américains qui vont devoir trouver comment survivre dans cette nouvelle jungle. Quatre lions, quatre personnalités différentes mais fortes auxquelles on s’attache très rapidement, non seulement parce qu’elles sont très proches des personnalités humaines mais aussi parce que chaque lion possède sa propre histoire, sa propre force et aussi, son propre destin. Un destin dur, tragique, difficile mais qui rend cette œuvre, de par son scénario tiré de faits réels plus marquante encore.

seigneursdebagdad

Deux moments forts du livre parmis mes préférés.

C’est donc une grande claque que l’on prend à la lecture de ce livre où diverses émotions s’emparent de nous au fur et à mesure de notre avancée dans l’œuvre et de l’évolution des personnages. Quel destin que celui de ces lions lâchés dans une nature plus cruelle encore que celle qu’ils ont jadis connus pour certains. Cette ambiance si violente et pourtant pleine d’espoir nous envoûtent dès les premières cases grâce à un travail très soigné de colorisation (il n’y a d’ailleurs qu’à voir la couverture de folie pour s’en rendre compte).

Vous l’aurez donc compris, cette lecture fût un énorme coup de cœur, un poing dans la figure que j’ai aimé prendre et que je reprendrais volontiers en me replongeant dedans à l’occasion. Que vous soyez habitués du genre comics ou pas, cette plongée, facile, est à tenter absolument sous peine de passer à côté d’un petit chef-d’œuvre

pride-of-bagdad-4

55454