Disney·Films

La Reine des Neiges

la-reine-des-neiges_logo-titre

55454

20394501_20130705103427214.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxTitre : La reine des neiges (Frozen)
Réalisateur : Chris Buck & Jennifer Lee
Année : 2013
Genre : Dessin animé, Conte
Origine : USA
Acteurs principaux : Anaïs Delva, Dany Boon, Emmylou Homs, Donald Reignoux,…

6.Coup-de-coeurAnna, une jeune fille aussi audacieuse qu’optimiste, se lance dans un incroyable voyage en compagnie de Kristoff, un montagnard expérimenté, et de son fidèle renne, Sven à la recherche de sa sœur, Elsa, la Reine des Neiges qui a plongé le royaume d’Arendelle dans un hiver éternel…  En chemin, ils vont rencontrer de mystérieux trolls et un drôle de bonhomme de neige nommé Olaf, braver les conditions extrêmes des sommets escarpés et glacés, et affronter la magie qui les guette à chaque pas.

55454C’est le film événement de cette fin d’année 2013, La reine des neiges succède à Raiponce et Brave. Adaptation d’un conte traditionnel de Hans Christian Andersen publié en 1844, il met en scène les aventures d’Anna et Elsa, deux soeurs, très proches. Mais un accident va les séparer.

Car Elsa possède de grands pouvoirs et est capable de produire neige et glace. Un pouvoir qu’on lui a appris à cacher depuis sa plus tendre enfance. Mais quand un pouvoir est aussi puissant, il devient difficile de le maîtriser…

21047955_20131009152518799.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Rythmé, La Reine des neiges fait passer un excellent moment que l’on soit petit ou grand. Contrairement aux autres Disney qui proposaient des séquences chantées, entrecoupant l’histoire principale, La Reine des neiges incruste ses chansons. Plus de temps mort, tout est plus fluide et si cela peut surprendre au début, on s’y fait très vite.

Des chansons drôles, touchantes, entraînantes, La Reine des neiges en possède une large gamme. Impossible de ne pas accrocher à Libérée, Délivrée ou à Je voudrais un bonhomme de neige. Ces deux chansons possèdent ce petit quelque chose qui nous fait chantonner dans la salle de cinéma.

21047968_20131009153145716.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Mais, au delà des chansons et même de l’histoire finalement classique de lutte entre le bien et le mal avec sa sempiternelle leçon sur l’amour, ce sont les personnages qui font la force du film.

Si Elsa nous est présentée de manière distante à cause de ses pouvoirs, Anna est une jeune fille que l’on trouvera agaçante au début et finalement extrêmement touchante à la fin. Malgré tout, les deux héroïnes se voient largement éclipsées par deux autres personnages inattendus mais qui nous volent le coeur en moins de temps qu’il n’en faut. Je parle bien évidemment de Sven et Kristoff. Quel duo que cet homme et son rêne, paire comique et maladroite mais tellement chaleureuse. Olaf plaira également, mais surtout aux enfants.

21013306_201306180936179.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Oui, voilà un excellent film qui nous envoûte et nous émerveille du début à la fin. Disney réussit son pari pour les fêtes et le succès déjà bien au rendez-vous s’explique largement. Je suis complètement accro !

55454

Sans-titre-8

55454

Disney·Films

Le monde fantastique d’Oz, un film magique !

PHOTO-Changement-de-cap-pour-Le-monde-fantastique-d-Oz-de-Sam-Raimi_portrait_w532Titre : Le monde fantastique d’Oz (Oz, the Great Powerful)
Réalisateur : Sam Raimi
Année : 2013
Genre : Fantastique, Aventure
Origine : USA
Acteurs principaux : James Franco, Mila Kunis, Michelle Williams,…

Envie de le voir ?

Lorsque Oscar Diggs, un petit magicien de cirque sans envergure à la moralité douteuse, est emporté à bord de sa montgolfière depuis le Kansas poussiéreux jusqu’à l’extravagant Pays d’Oz, il y voit la chance de sa vie. Tout semble tellement possible dans cet endroit stupéfiant composé de paysages luxuriants, de peuples étonnants et de créatures singulières ! Même la fortune et la gloire ! Celles-ci semblent d’autant plus simples à acquérir qu’il peut facilement se faire passer pour le grand magicien dont tout le monde espère la venue. Seules trois sorcières, Théodora, Evanora et Glinda semblent réellement douter de ses compétences…
Grâce à ses talents d’illusionniste, à son ingéniosité et à une touche de sorcellerie, Oscar va très vite se retrouver impliqué malgré lui dans les problèmes qu’affrontent Oz et ses habitants. Qui sait désormais si un destin hors du commun ne l’attend pas au bout de la route ?

Grande amatrice du film Le Magicien d’Oz, je ne pouvais pas passer à côté de cette nouvelle adaptation signée Disney. Adaptation ? Prequel plutôt puisque l’on suit, non pas Dorothy mais Oz lui-même. Une jolie idée qui permet d’en apprendre plus sur le magicien et sur son arrivée à Oz.

france-monde-fantastique-oz

Difficile de croire que personne n’a jamais pensé à raconter son histoire avant, pas même L. Frank Baum. C’est donc partant d’une idée originale que l’on découvre enfin comment tout a commencé. Ce qui marque, dès le début, c’est à quel point le film de Sam Raimi s’inspire de l’ambiance du film de 39. Avec une première partie en noir et blanc, le spectateur se sent dépaysé et plongé dans un film de l’époque.

Le monde fantastique d’Oz possède une candeur et une naïveté rappelant celles du film original. Un point qui pourra rebuter un certain public, peu habitué à ce style, mais qui fera sourire les amateurs.  Les références sont nombreuses et tout est fait pour développer une forte envie de voir Le Magicien d’Oz sitôt l’adaptation de Disney terminée.

Le-Monde-fantastique-dOz1

Côté acteur, on notera la prestation de Mila Kunis, véritable révélation du film. Jouant merveilleusement un personnage si complexe que celui de Theodora, elle est LE personnage principal du film. Volant, de ce fait, la vedette à James Franco, qui livre un travail correct mais quelque peu entaché par un personnage tapant rapidement sur les nerfs.

Mais le coup de coeur du film, c’est bien entendu sous les traits de l’adorable China Doll que nous le trouvons. Touchante, espiègle, elle insuffle une part d’humour non négligeable au film. Nul doute que toutes les petites filles, comme les grandes, voudront s’approprier une représentation réelle du personnage.

Box-office-US-du-17-mars-le-succes-fantastique-d-Oz-et-de-James-Franco_portrait_w532

Si le suspens concernant la fin du film vole en fumée (normal puisque c’est un prequel), on reste captivé du début à la fin par Le monde fantastique d’Oz. Un divertissement de qualité que nous offre Disney et qu’on aura plaisir à voir. Espérons que le studio ne nous laissera pas sur notre fin et nous offrira d’autres films autour de l’oeuvre de L. Frank Baum. Avec 16 livres, Oz n’a pas fini d’inspirer et d’offrir des possibilités cinématographiques.

En attendant, c’est vers les supports papiers que nous nous tournerons avec le livre bien sûr, mais également le très bon comics de Scottie Young chez Marvel que je vous recommande chaudement. L’année 2013 est sous le signe du magicien d’Oz. Une année…. magique !

Sans-titre-8

Sans-titre-7

Disney·Films

Il était une fois… ou la princesse cruche par excellence !

enchanted-504301272fbd5 (1)

55454

imageTitre : Il était une fois (Enchanted) (Voir ce film)
Réalisateur : Kevin Lima
Année : 2007
Genre : Comédie, Romance, Conte de fées
Origine : USA
Acteurs principaux : Amy Adams, Patrick Dempsey, James Marsden,…

(6) Coup de coeur (yo)La très belle princesse Giselle est bannie de son royaume magique de dessin animé et de musique par la méchante reine. Elle se retrouve à Manhattan… Déroutée par ce nouvel environnement étrange qui ne fonctionne pas selon le principe « ils vécurent heureux à tout jamais », Giselle découvre un monde qui a désespérément besoin de magie et d’enchantements…  Elle va faire la connaissance d’un séduisant avocat spécialiste du divorce, qui est venu à son aide et dont elle tombe amoureuse. Le problème, c’est qu’elle est déjà fiancée au parfait prince de conte de fées. La question est : un amour de conte de fées peut-il survivre dans le monde réel ?

55454

Ils étaient devenus rares les films mêlant prises de vue réelles et animation. Depuis Mary Poppins et Mélodie du Sud (interdit en France), Disney n’avait pas réalisé de film marquant. C’est désormais chose faite avec Il était une fois (ou Enchanted, titre que je préfère largement).

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’au premier visionnage, j’ai détesté Enchanted. Héroïne cruche, évènements kitsch tout comme le prince ridicule, je n’avais pas accroché à l’humour. Et pourtant, allez savoir pourquoi, j’ai voulu le revoir quelques semaines plus tard. Ai-je retrouvé mon humour en ce court laps de temps ? Il semblerait, car je n’ai pu m’empêcher d’aller acheter le DVD.

Plus qu’un énième film de princesse, Enchanted est une parodie moderne qui use des codes du genre et des moeurs de la société actuelle. De quoi faire une recette explosive où l’on rit de tout et de rien pendant plus d’une heure et demi. Repérée dans des séries comme Smallville, Ami Adams était clairement faite pour le rôle. Avec son visage poupon et ses expressions naïve qu’elle tient si bien, elle fait une Giselle parfaite.

Mais l’un des points forts du film (si ce n’est le premier), c’est bien évidemment le très charmant Patrick Dempsey qui fait un anti-prince charmant parfait. Avouons-le les filles, c’est surtout pour lui qu’on regarde Il était une fois ! (Ce n’est pas pour rien que son surnom dans Grey’s Anatomy est Mc Dreamy).

Seul point négatif, la méchante, tenue par Susan Sarandon ne convainc pas totalement, sorte de mix raté entre la sorcière de Blanche Neige et Maléfique. Clairement, si Enchanted est un hommage aux contes de fées, il aurait été préfèrable de faire une méchante moins grotesque dans sa transformation finale. Car à part cela, Susan Sarandon offre un personnage cocasse dont l’humour noir est un petit bonheur.

Comme tout film Disney, Enchanted tient son lot de chansons plus ou moins cruches mais entrainantes. Ma préfère reste bien sûr So Close, qui passe lors d’une des plus belles scènes du film.

Parlons de Giselle, puisque nous ne l’avons pas encore fait et de sa surprenante capacité à apporter de la cocasserie au quotidien New-Yorkais. Parmi ses manies que je préfère, on a bien sûr : la robe faite en rideaux et le poisson rouge recraché dans le verre de la secrétaire de Patrick Dempsey. Les plus ardus se seront aussi aperçu de la référence à La Petite Sirène lorsque Giselle est devant l’aquarium. On entend en effet le thème du film.

Vous cherchez une comédie rigolote qui se moquent des contes de votre enfance ? Alors ne cherchez plus ! Enchanted est fait pour vous !

55454

55454

Disney·Films

Rebelle un bon Pixar ? Pas vraiment….

BRAVE_VideoGame_FRA1

55454

110168_B_FRA-FR_120x160.inddTitre : Rebelle (Voir ce film)
Réalisateur : Mark Andrews & Brenda Chapman
Année : 2012
Genre : Aventure, Fantastique
Origine : USA
Acteurs principaux : Kelly Macdonald, Billy Connolly, Emma Thompson

(3) mmmmh (yo)Depuis la nuit des temps, au cœur des terres sauvages et mystérieuses des Highlands d’Ecosse, récits de batailles épiques et légendes mythiques se transmettent de génération en génération. Merida, l’impétueuse fille du roi Fergus et de la reine Elinor, a un problème… Elle est la seule fille au monde à ne pas vouloir devenir princesse ! Maniant l’arc comme personne, Merida refuse de se plier aux règles de la cour et défie une tradition millénaire sacrée aux yeux de tous et particulièrement de sa mère. Dans sa quête de liberté, Merida va involontairement voir se réaliser un vœu bien malheureux et précipiter le royaume dans le chaos. Sa détermination va lui être cruciale pour déjouer cette terrible malédiction.

55454

 Samedi dernier, avec beaucoup de retard, je me suis enfin décidée à aller voir Rebelle au cinéma. Si le film me tentait pas mal quelques temps avant sa sortie, j’ai été plutôt refroidie par les nombreux avis négatifs entendus dans mon entourage.

Avant tout, et il faut le savoir, j’ai été voir Rebelle en V.O. On ne le dira jamais assez, mais si vous avez l’occasion de voir un film dans sa version originale, c’est mieux. Pour Rebelle, je dirai carrément que c’est vital ne serait-ce que, parce qu’en français vous perdez toute l’âme du film. Car, eh oui, les doubleurs originaux ont tous un accent écossais et c’est cette accent si particulier qui donne toute son identité au film. D’ailleurs, concernant les points originaux du film, je dirais que le titre anglais : Brave correspond bien plus au personnage de Mérida que Rebelle. Tout simplement parce que ce film est sur le courage, pas forcément de Mérida mais de tous les personnages et non pas sur sa capacité à se rebeller. Beaucoup se font avoir et donne un avis négatif là-dessus, mais si l’on regarde le titre original, on comprend mieux le message principal du film.

Si il y a beaucoup de choses que je n’ai pas aimé comme vous le verrez plus bas, il y en a certaines que j’ai beaucoup apprécié comme la musique. Quelle belle B.O. que celle de Brave. J’ai toujours apprécié la musique celtique et Pixar a le mérite de nous contenter largement de ce côté-là. Tout comme sur les paysages sublimes.

Mais, malheureusement, pour un Pixar, Brave est très très décevant. Largement moins bon que Raiponce qui n’est pourtant « qu’un Disney », on se rend vite compte du manque d’originalité du scénario. Ceux ayant vu Frère des Ours ne s’y tromperont pas, le nouveau bébé de Pixar n’en est qu’une pâle copie. On remarquera aussi beaucoup les ressemblances avec Robin des bois mais c’est vraiment sur ce premier que l’on tiltera immédiatement.

Autre soucis majeur sur Brave, beaucoup de bons éléments ne sont pas suffisamment exploités. Ainsi, on adorera les pitreries des trois frères et le personnage de la sorcière que l’on voit trop peu et qui possèdent pourtant énormément de potentiel. Idem pour la servante qui nous aura marquée par ses nombreuses crises de panique.

Même Mérida n’est pas suffisamment étoffée. Plutôt plate, sans personnalité, l’héroïne n’a rien d’un personnage de poids comme le sont beaucoup de héros Pixar. Totalement à l’ouest, la jeune fille n’est finalement qu’une adolescente parmi tant d’autres en pleine crise existentielle. Et c’est sur ce point que le titre du film et sa traduction laisse à désirer. Loin d’être Rebelle, Mérida se révèle courageuse (Brave en anglais) à de nombreux moments du film. Mais cela est trop peu pour réellement apprécier cette héroïne fade de Pixar.

Le film manque cruellement de surprise. On devine trop facilement la suite des évènements. Pas de suspense donc, pour un film qui aurait pu être largement meilleur avec un scénario un poil plus corsé. J’ai même trouvé que l’animation laissait à désirer sur certains plans, notamment les plans larges où le cheval de Mérida galope.

Finalement, Brave fait passer un bon moment, mais sans plus. Tandis que l’on reverra avec plaisir les autres Pixar, ne voir qu’une fois le nouveau bébé de l’entreprise ne nous gênera pas plus que ça. Dommage d’autant que l’on ne peut que constater ce fait : Brave est un mauvais Pixar et Raiponce, simple Disney se révèle dix fois meilleur. Un constat douloureux.

55454

55454