Les Carnets de Cerise tome 2 : Pour l’amour des livres

Carnets-de-Cerise-logo-titre-T4

55454

CCT02-C1Cerise est une petite fille âgée de onze ans, qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière, et a même déjà commencé à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement, les adultes. Ils sont si compliqués qu’elle souhaiterait mieux les comprendre. Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent… Prenez Elisabeth… toutes les semaines, depuis vingt ans, cette vieille dame emprunte le même livre à la bibliothèque. Pourquoi ? Que contient-il de si important pour elle ? Quel secret cache-t-il qu’elle n’aurait toujours pas découvert ? Une nouvelle énigme pour Cerise, prête à tout pour la résoudre, quitte à détruire ce qu’elle a de plus cher.

55454

Après un si bon premier tome, on était en droit de se demander si cette suite serait à la hauteur. Il est souvent difficile de faire aussi bien voire mieux que le début. Mais Aurélie Neyret et Joris Chamblain font encore un sans-faute.

dds

La première enquête de Cerise n’a pas été de tout repos et la jeune fille, motivée par ce succès et dont la curiosité ne s’est pas calmée pour autant, est sur le point de se lancer à nouveau dans une recherche à la vérité. Mais si elle est motivée, ce n’est plus forcément le cas de son entourage qu’elle se met à dos. Pourquoi ? Et qui est cette vieille dame qui emprunte le même livre, toutes les semaines, depuis des années ?

Si le zoo nous avait profondément touchés, l’histoire de cette vieille dame et de son livre est bouleversante. Tellement réaliste que l’on pourrait aisément croire que cette histoire est vraie. Une histoire comme tant d’autre, anonyme mais digne d’être contée. Sublime.

1387_P8

Avec ce second tome, Les Carnets de Cerise s’inscrit comme un must et un classique de la BD jeunesse. La série n’a pas volée son prix à Angoulême. A lire et à faire découvrir de toute urgence !

55454

les-carnets-de-cerise,-tome-1---le-zoo-petrifie-3584553 CCT02-C1 10712997_884533451566097_4992433172715945549_n 512c8Z0-R5L 81vpOsuy4TL

55454

Grand Format : Soleil (Métamorphoses) – 15,95€ / Poche : N’existe pas

55454

Publicités

Les Carnets de Cerise tome 1 : Sherlock Holmes au féminin

Carnets-de-Cerise-logo-titre-T4

55454

les-carnets-de-cerise,-tome-1---le-zoo-petrifie-3584553Cerise est une petite fille âgée de 11 ans, qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière, et a même déjà commencé à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement, les adultes. Ils sont si compliqués qu’elle souhaiterait mieux les comprendre. Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent au fond d’eux. Prenez Michel… Tous les dimanches, ce vieil homme s’engouffre dans la forêt avec de gros pots de peinture à la main. Qu’y fait-il donc toute la journée ? Repeint-il une vieille maison ? Décore-t-il des arbres ? Et pourquoi a-t-il l’air si triste quand il rentre le soir ? Suivez Cerise, pas à pas, dans sa première enquête qui vous mènera au coeur de la forêt, à la découverte d’un lieu fabuleux !…

55454

33232Elles sont rares, ces histoires qui vous prennent aux tripes dès les premières pages. Celles où vous le savez, rien qu’en regardant la couverture : que vous tenez entre vos mains, une BD qui va changer votre vie, vous chambouler de la première à la dernière page.

Les Carnets de Cerise sont de celles-ci. Ce premier tome d’une série qui en compte déjà trois, est un véritable bijou. Comme toutes les sorties de la collection Métamorphose, cette BD possède un plus que l’on ne retrouve nul part ailleurs.

33232Idéal pour les petits, comme pour les grands, Cerise raconte l’histoire d’une jeune fille plutôt curieuse, bien décidée à savoir ce que fait cet étrange vieux monsieur qui passe près de chez elle, des pots de peintures à la mains, tous les dimanches sans exception. Pour cela, elle va se lancer, à l’aide de ses deux amies, dans une véritable enquête…

J’ai aimé découvrir cette histoire, belle et douce, avec un brin de nostalgie. Les Carnets de Cerise mérite bien son prix d’Angoulême !

Touchant, beau, Les Carnets de Cerise est une BD à découvrir et faire découvrir. Poétique, l’histoire ne pourra vous laisser indifférent.

55454

les-carnets-de-cerise,-tome-1---le-zoo-petrifie-3584553 CCT02-C1 10712997_884533451566097_4992433172715945549_n 512c8Z0-R5L 81vpOsuy4TL

55454

Grand Format : Métamorphoses – 15,95€ / Poche :  N’existe pas

55454

Eco tome 3 : la princesse des nuages

55454

91BmjlylX1L._SL1500_Victime d’une effroyable malédiction, Eco a quitté le foyer natal en compagnie de ses quatre compagnons de chiffon Diogène, Épictète, Ésope et Socrate afin d’aller quérir de l’aide auprès de la légendaire Princesse des Nuages… Le chemin a été long et semé d’embûches. Ils ont même dû traverser le territoire de la mystérieuse et effrayante Bête sans visage… Mais ce n’était pas vain, Eco s’apprête dans cet ultime opus à relever les dernières épreuves qui la mèneront enfin jusqu’à La Princesse des Nuages. Mais qui est-elle vraiment ? Et parviendra-t-elle à conjurer le sort dont Eco est victime ?

55454

40066Voilà enfin le dernier tome d’Eco. Ce petit conte fantastique, signé Guillaume Bianco et Jérémie Almanza touche finalement à sa fin. Et quand bien même on aimerait suivre les aventures d’Eco un peu plus longtemps, il faut savoir dire au revoir lorsqu’il est temps.

Rien ne nous aura préparés à la conclusion offerte ici. De nouveau plongés dans l’univers féerique de la jeune fille, le lecteur découvrira une nouvelle étape du parcours d’Eco. Une nouvelle étape de la vie.

Tout en poésie, les auteurs mettent en scène le dernier chapitre de l’existence. Si le premier tome était consacré à l’enfance et le second à l’adolescence jusqu’au tout début de l’état adulte, ce troisième opus met en avant l’étape la plus importante : l’acceptation du temps qui passe, la vieillesse.

40069Les regrets, le manque, la nostalgie, l’acceptation d’une perte de soi, des autres. Le passage du flambeau. L’aventure de l’après. Tant de thèmes magistralement mis en scène.

Le trait de Jérémie Almanza nous envoûte encore une fois avec ses dessins d’une beauté absolue. Quant à Guillaume Bianco, sa plume fait encore une fois mouche. On se demande vraiment où l’auteur va chercher toute cette incroyable inspiration.

Eco est déjà terminé et c’est avec un petit pincement au coeur qu’il faut lui dire au revoir. Est-ce vraiment la fin de l’aventure ? Ou le début ?

55454

eco-t1 ECO II 91BmjlylX1L._SL1500_

55454

Grand format : Soleil – 15.95€ / Poche : N’existe pas

55454

Billy Brouillard, Les Comptines Malfaisantes coffret 2, C’est reparti pour un tour…

55454 Couv_186207

Fantaisistes et angoissantes, quatre nouvelles comptines malfaisantes aujourd’hui dévoilées dans ce second coffret ! 

Rangées sur l’étagère de Billy Brouillard, les comptines malfaisantes sont au nombre de treize. Leurs origines demeurent mystérieuses, mais certains prétendent qu’elles auraient été écrites par le Diable lui-même afin de punir les enfants dissipés.

55454

9782302024649_pgGuillaume Bianco nous fait le plaisir, en ce mois d’Avril, de nous livrer quatre nouvelles comptines malfaisantes.

Si j’avais bien aimé le premier coffret, ce second volume est, je trouve, bien meilleur. Toujours dans la même veine, à savoir une comptine avec une morale mettant en scène des enfants pas sages, cette suite propose des histoires plus sombres, plus attractives.

Le Bonhomme de la pluie : Un conte assez moralisateur sur la façon de traiter plus faible que soi. Bien faite, c’est pourtant celle qui m’a le moins accrochée.

Angoisse nocturne : Ce qui est assez drôle avec ce conte, c’est qu’il m’a rappelé deux autres histoires. Le début m’a d’abord fait penser à Aristide Broie du Noir car le sujet est le même. Un petit garçon a peur du noir et ne peut dormir. Puis, rapidement, c’est à un conte, lu pendant mon enfance dans la collection Contes et Légendes (plus précisément dans Contes et Légendes de la peur écrit par Gudule),  qu’il m’a fait penser.

2677_p3 Dans ce conte, les enfants qui ne dormaient pas lorsque minuit sonnait était emportés par un ogre qui toquait à toutes les maisons pour faire sa tournée. Ces enfants-là subissaient un sort terrible. Je me suis aussi souvenue de mes propres terreurs d’enfant et de ces première nuits dans l’obscurité. Voilà un conte qui a su réveiller l’enfant qui dormait en moi.

Le Nez qui dépasse : Plus incongru, plus surprenant, ce conte a une morale assez abstraite mais je le trouve plutôt rigolo. La curiosité est un vilain défaut et cela se paye d’une manière fort peu glorieuse.

L’heure dernière : Ce conte ci, c’est mon grand coup de coeur. Différent des autres puisque nous avons là, pour une fois, un enfant gentil, il a su me toucher et m’esquisser un sourire. Mignon, triste mais joli, j’ai adoré sa lecture. Et, même si, de toute manière, Les comptines malfaisantes sont absolument à posséder dans votre bibliothèque parce qu’elles en valent clairement la peine, ce conte suffit largement à en justifier l’achat.

Lecture courte, mais très plaisante, Les comptines malfaisantes permettent de prolonger le plaisir de plonger dans l’univers si surprenant de Billy Brouillard. Un incontournable à dévorer d’urgence !

55454

175 BillyBrouillard3-C1_10cm billy-brouillard-671x815 untitled     

55454

Grand Format : Métamorphoses (Soleil) – 29.95€ / Poche : N’existe pas

55454

Quand Benjamin Lacombe revisite Notre-Dame de Paris de Victor Hugo

notredame

Titre : Notre-Dame de Paris
Auteur: Victor Hugo (Texte) / Benjamin Lacombe (Illustrations)
Publié en: 2011 & 2012 (France)
Editeur : Soleil (collection Métamorphose)
Nombre de pages : 720

Envie de l’acheter ?

6.Coup-de-coeurAprès le succès des Contes Macabres, Benjamin Lacombe – auteur et illustrateur phare de la nouvelle génération – a succombé au chef d’oeuvre de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, un récit entre drame et épopée, pittoresque et poésie, porté par l’extraordinaire sensibilité parisienne de son auteur. Une sensibilité partagée par Benjamin, qui explore ici l’époque médiévale et se délecte à offrir son interprétation d’un imaginaire qui dresse, au milieu des grouillements et des clameurs, trois figures de légende : Esméralda, jeune femme pure ; Frollo, moine maudit ; et Quasimodo, bossu au grand coeur – en toile de fond, une cathédrale d’épouvante. Exceptionnelle dans son format (un grand format de 240 pages) et sa fabrication de prestige, cette édition agrémentée d’une cinquantaine d’illustrations devrait ravir les grands lecteurs, sensibles aux beaux ouvrages.

Benjamin Lacombe est un auteur que j’ai découvert avec le magnifique Les Contes Macabres et le livre Blanche-Neige (dont le dessin m’a, disons-le clairement, laissé sur le cul). Remarqué pour son talent exceptionnel et ses dessins fabuleux, l’artiste enchaîne les titres tous plus poétiques les uns que les autres.

Avec Notre-Dame de Paris, c’est une oeuvre d’art qui s’ajoute à notre bibliothèque. Déjà parce que ce livre est un classique de la littérature. De deux parce que ce travail de titan qui aura pris tout de même trois ans à Benjamin Lacombe se traduit par une centaine de dessins disséminés dans les deux tomes et une maquette somptueuse qui ne peut qu’attirer l’oeil.

0_7de5f_3753ede_XXXL

Lire est une passion que j’ai depuis l’enfance. Mais je n’ai jamais été fan des classique de la littérature. La faute sans doute aux cours de français et aux lectures imposées que je n’arrivais pas à lire. Mon premier vrai classique fut Orgueil et Préjugés. Le second, celui-ci.

Il faut dire qu’avec une édition pareille, difficile de ne pas sy’ mettre, surtout quand la collection est Métamorphose. Vous le savez, je vous en ai déjà parlé, je suis une accro à cette collection dirigée par Barbara Canepa. Alors forcément !

Mais parlons un peu plus du contenu de ces deux tomes. Le texte d’Hugo est présenté en version intégrale. Pas de retravaillage, pas de version abregé. De quoi profiter pleinement de la plume si romantique et poétique de l’auteur.

3065473190

Ce qui surprendra et marquera le plus à l’appréciation de Notre-Dame, ce sont surtout les illustrations sur page double. Imaginez. Vous lisez tranquillement et d’un coup, d’une page à une autre vous tombez sur une des merveilleuses peintures de Benjamin Lacombe. Magique, il n’y a pas d’autres mots. Ce jeu de couleurs et ce souci du détail est incroyable.

On apprécie également les « bonus » présents en fin d’ouvrage (aussi bien dans le tome 1 que dans le 2). Des notes, mais aussi des biographies et bibliographies des deux auteurs. De quoi prolongez quelques temps la lecture encadrée par une mise en page digne des livres d’antan (et c’est dommage que l’on en fasse plus aujourd’hui, c’est magnifique !).

Avec son papier de haute qualité et son travail monumental d’édition, Notre-Dame de Paris est un titre à posséder dans sa bibliothèque. Un cadeau luxueux que l’on se fait à soi-même et aux autres. Indispensable !

Sans-titre-7