Ados et Young Adult·Lire en VO·Wiz

Thirteen Reasons Why (Treize raisons) de Jay Asher

ThirteenReasonsWhyTitre : Thirteen Reasons Why (Treize raisons)
Auteur : Jay Asher
Publié en: 2009 (USA) / 2010 (France)
Genre : Young Adult
Editeur : Razorbill (USA) / Albin Michel (Wiz) (France)
Nombre de pages : 304
Prix : 14.57€

Des mêmes auteurs : The Future of us

Envie de le lire ?

yoyo-emoticon-2-023Clay Jensen returns home from school to find a mysterious box with his name on it lying on his porch. Inside he discovers cassette tapes recorded by Hannah Baker—his classmate and crush—who committed suicide two weeks earlier.

On tape, Hannah explains that there are thirteen reasons why she decided to end her life. Clay is one of them. If he listens, he’ll find out how he made the list.

Après plusieurs années d’attente, j’ai enfin décidé de sortir Thirteen Reasons Why de ma PAL. Ce livre, je l’attendais avec impatience. Le résumé était alléchant et les avis que j’avais pu lire sur la toile me le présentait comme une belle surprise.

Mouais. Bof hein.

You don’t know what goes on in anyone’s life but your own. And when you mess with one part of a person’s life, you’re not messing with just that part. Unfortunately, you can’t be that precise and selective. When you mess with one part of a person’s life, you’re messing with their entire life. Everything. . . affects everything.

Au delà de l’histoire plutôt originale et bien foutue et du message important délivré par Jay Asher (que tous les adolescents devraient entendre), il ne se passe pas grand chose dans Thirteen Reasons Why. C’est mou tout ça. Beaucoup trop mou.

Là où je m’attendais à trouver des moments de tensions, de la révélation choc et des histoires à remuer les tripes, j’ai été déçue. Oui, il y a tout ça dans le livre. Mais tout est tellement long à se mettre en place, noyé dans du blabla à outrance qu’il n’y a plus rien de choquant. Hannah ne nous touche plus au bout d’un quart du livre.

I hope you’re ready, because I’m about to tell you the story of my life. More specifically, why my life ended. And if you’re listening to these tapes, you’re one of the reasons why.

Devant tant de platitude, disons le clairement, Thirteen Reasons Why aurait pu être coupé de moitié. Clay se remet trop souvent en question et ses déambulations coupant l’histoire d’Hannah pour nous livrer son point de vue finissent par lasser. Difficile d’ailleurs de s’attacher à ces personnages triturés. Seul un aura trouvé grâce à mes yeux mais aucun des deux héros.

J’ai fini par me demander si j’arriverais au terme de ma lecture. Par respect pour Jay Asher et son histoire je me suis obligée à finir ce livre. Mais je suis sûre d’une chose : je ne le relirai surement pas. J’attends tout de même de voir ce que donnera le film prévu pour 2016, en bonne curieuse que je suis.

Sans-titre-7

Ados et Young Adult·Wiz

Hex Hall tome 1 de Rachel Hawkins: plongée dans une académie pas comme les autres…

HexHall_finalcoverTitre : Hex Hall, tome 1
Auteur : Rachel Hawkins 
Publié en: 2010 (USA) / 2010 (France)
Genre : Young adult, fantastique
Editeur : Albin Michel (Wiz)
Nombre de pages : 304
Prix : 13.70€

Du même auteur : …

Envie de le lire ?

26822093Sophie Mercer, lycéenne et sorcière, use de ses pouvoirs sans discernement. Elle est alors envoyée à Hex Hall, établissement ultra-select pour élèves très spéciaux. Spectres, loups-garous et vampires s’y côtoient. Sophie qui est tout sauf discrète, s’y fait vite quelques amis et beaucoup d’ennemis. Parmi ceux qu’elle juge dignes d’intérêt, il y a un séduisant jeune sorcier. Mais l’heure n’est pas à la romance car un terrible prédateur rôde… Et, Sophie, fille de l’un des enchanteurs les plus puissants au monde est une cible idéale…

Offert par une amie, je n’attendais pas grand chose de ce premier tome. Je ne me souvenais absolument pas du résumé lorsque j’ai commencé ma lecture. Mais la surprise fut au rendez-vous et j’ai adoré Hex Hall au point de vouloir enchaîner rapidement avec le tome 2.

Assez classique au premier abord, on est dans de la YA fantastique, Hex Hall se démarque rapidement du lot grâce à la particularité de son héroïne. Je ne vous en dirais néanmoins pas plus pour ne pas vous gâcher la lecture. Avec un style efficace, frais, Hex Hall se lit facilement et emporte son lecteur.

Après la guerre entre Dieu et Lucifer, les anges qui ont refusé de choisir un camp ont été chassés du paradis. Certains ont alors décidé d’aller se cacher dans les cavernes des collines et sont devenus des elfes. D’autres ont préféré aller habiter au fin fond des forêts, parmi les animaux, et sont devenus des métamorphes. D’autres encore, ont choisis de se mêler aux humains et sont devenus des sorciers.

Rapide à lire, il fait une lecture détente idéale entre deux gros pavés ou, tout simplement pour se changer les idées. Car Hex Hall possède des personnages éclectiques : fées, loups-garous, métamorphes, sorcières, tout ce petit monde se côtoie dans un établissement censé les protéger et leur apprendre à maîtriser leur nature. C’est là que débarque Sophia, notre héroïne. Sorcière, elle a attiré l’attention sur elle en réalisant un enchantement amoureux pour une fille de son lycée. Enchantement tournant à la catastrophe.

Car Sophia est élevée par sa mère, une humaine. Son père, à l’origine de ses pouvoirs, n’a jamais eu de place dans sa vie.

Je tremblais de tout mon corps. Je voulais me boucher les oreilles pour ne plus entendre car elle avait raison. J’avais bien remarqué qu’Alice n’était pas un fantôme comme les autres et je n’avais pas voulu me poser trop de questions à ce sujet parce qu’elle me plaisait. Parce que j’aimais le pouvoir qu’elle m’avait donné.

Ce petit côté à la Percy Jackson avec une once d’Harry Potter, j’ai trouvé ça très sympa. L’ambiance se veut un peu creepy mais j’adore. Je vous le dit, en 24h, j’ai pris plaisir à suivre les aventures de Sophia.

J’ai hâte que la suite arrive pour me jeter dedans ! Une très bonne surprise pour laquelle je remercie mon amie Leslie ! 🙂

HexHall_finalcover 9782226230447_large 9782226242471-j

Sans-titre-7

Ados et Young Adult·Wiz

Percy Jackson tome 1 : Le voleur de foudre de Rick Riordan

623_gTitre : Percy Jackson tome 1, Le voleur de foudre
Auteur: Rick Riordan
Publié en: 2006 (France) / 2005 (USA)
Genre : Jeunesse, fantastique, Mythologie
Editeur : Albin Michel (Wiz)
Nombre de pages : 432
Prix : 13.90€

Du même auteur : Héros de l’Olympe, Série Les 39 clés, Série Tres Navarre, Série Les Chroniques de Kane,…

Envie de l’acheter ?

26822093Percy Jackson n’est pas un garçon comme les autres. Ado perturbé, renvoyé de collège en pension, il découvre un jour le secret de sa naissance et de sa différence : son père, qu’il n’a jamais connu, n’est autre que Poséidon, le dieu de la mer dans la mythologie grecque. Placé pour sa protection dans un camp de vacances pour enfants »sangs mêlés » (mi-humains, mi-divins), Percy se voit injustement accusé d’avoir volé l’éclair de Zeus. Afin d’éviter une guerre fratricide entre les dieux de l’Olympe, il va devoir repartir dans le monde des humains, retrouver l’éclair et démasquer le vrai coupable… au péril de sa vie.

J’ai découvert l’univers de Percy Jackson avec son adaptation cinématographique de 2008. Et si j’avais trouvé le film très bon à l’époque, c’était sans compter la lecture de ce premier tome.

Car, disons le clairement, c’est une tuerie. Le ton employé par Percy est rafraîchissant, proche et fait que l’on s’attache immédiatement à ce garçon, paumé, apprenant du jour au lendemain qu’en fait d’être un looser, il est un demi-dieu parmi les plus puissants de sa génération.

Elle a jeté un coup d’œil à la corne de minotaure entre mes mains, puis elle m’a regardé de nouveau. J’ai cru qu’elle allait s’exclamer « Tu as tué un minotaure ! » ou « la vache, t’es trop fort ! », un commentaire de cette veine. Au lieu de quoi, elle a dit :

– Tu baves dans ton sommeil.

Quelle bonne idée a eu Rick Riordan pour faire (re)découvrir la mythologie grecque à la jeune génération ! Même moi, qui ai pourtant beaucoup lu sur le sujet parmi mes années scolaires, j’ai adoré me replonger dans l’univers des dieux grecs. Et d’ailleurs, je me replongerai bien dans un bon vieux livre sur le sujet !

Il faut dire aussi que Rick Riordan a un sacré don pour accrocher ses lecteurs. Des monstres mythiques, des dieux fourbes, Percy Jackson aurait tout à fait le droit d’être complètement flippé par ce qui lui arrive. Mais sa quête, avec son flegme et son sens de l’humour si particulier est un plaisir à suivre. Insolent, impulsif, il ne se laisse pas démonter et propose facilement de coller une raclée à ses adversaires. Et moi, les héros comme ça, j’adore !

Ses amis ne sont pas en reste. J’avais adoré le personnage de Grover dans le film, je l’ai encore plus aimé dans le livre. Ce personnage est une vraie calamité pleine de courage et prêt à tout pour protéger ses amis. Et c’est ça qu’on aime chez lui.

– Grover !
Il était affalé, un filet de sang coulant au coin de sa bouche. J’ai secoué sa hanche couverte de fourrure en pensant : Non ! Même si tu es à moitié chèvre, tu es mon meilleur ami et je ne veux pas que tu meures !
A ce moment-là il a gémi « Manger », et j’ai su qu’il y avait encore de l’espoir.

Alors que le film a pris énormément de raccourcis par rapport à l’intrigue, j’ai été étonnée par la richesse de l’histoire originale. Ce premier tome est passionnant, prenant de début à la fin. Tellement que l’on est rapidement déçus lorsque la fin se rapproche. Heureusement, il y a les autres tomes pour se satisfaire. Et quelque chose me dit que je ne vais pas tarder à me jeter dedans !

les-tomes

623_g qsqs percy-jackson-tome-3-le-sort-du-titan-408832 PercyJacksonT4 9782226209528-j 9782226220028-j HEROS_DE_L_OLYMPE_T2.indd Les-heros-de-l-Olympe-T3-La-marque-d-Athena

Sans-titre-8

Sans-titre-7

Ados et Young Adult·Wiz

Le coup de coeur de la rentrée ! Rien que nous de Kristin Halbrook

46703_485064771571948_1471955383_nTitre : Rien que nous
Auteur: Kristin Halbrook
Publié en: 2013 (France)
Genre : Romance, Road-trip
Editeur : Albin Michel (Wiz)
Nombre de pages : 336
Prix : 13.90€

Du même auteur :

Envie de l’acheter ?

6.Coup-de-coeurQuand le monde entier est à vos trousses, on ne court jamais assez vite. 

Zoé et Will se connaissent depuis peu mais s’aiment déjà d’un amour puissant. Blessés par la vie, les deux jeunes gens se rapprochent rapidement. Zoé, victime d’un père abusif et Will, orphelin baladé de foyers en foyers n’ont qu’un objectif : Vivre. Tout recommencer à zéro, vivre enfin leurs rêves. Alors, un soir, ils décident de fuir. Mais rien ne se passe comme prévu. Les voilà en cavale. Rêves et espoirs sont rapidement remplacés par une succession de catastrophes. Peut-on encore espérer quand tout semble s’écrouler ?

Avant de commencer cette chronique, j’aimerais remercier les éditions Albin Michel pour m’avoir offert ce livre suite à un concours. J’ai l’honneur de vous le présenter en avant-première et j’en suis fière. Car ce livre est un énorme coup de coeur. Alors merci à eux !

Une soirée. Il m’aura fallu une soirée pour dévorer les 336 pages qui composent Rien que nous. Ce livre, écrit par Kristin  Halbrook, nous fait faire connaissance avec deux âmes que la vie n’a eu de cesse de heurter. Will et Zoé sont deux adolescents qui ont le coup de foudre. Lui, est trimbalé de familles d’accueils en foyers depuis son plus jeune âge, elle, est battue régulièrement par son père, alcoolique. Fatigués de cette vie pourrie, ils décident de s’enfuir, de tout recommencer à zéro. Leur objectif : Vegas.

Will me repose à terre et je grimpe à toute vitesse les trois marches du perron. Le carillon est accroché dans un coin. Il appartenait à ma mère, maintenant il est à moi. Je tire une chaise jusque-là et la pousse contre le mur, monte dessus et me hisse sur la pointe des pieds dans un équilibre périlleux. Le carillon me salue d’un joli tintement cristallin alors que je tends le bras pour l’attraper, les dauphins cliquetant contre les petits tubes d’acier au centre.

Je décroche le mobile d’une main tandis que, de l’autre, j’essaye d’étouffer le frottement des pièces métalliques. Elles font encore beaucoup trop de bruit, mais je l’ai ! Je redescends de la chaise et jette un oeil par la fenêtre du salon. Mon père, qui s’était endormi dans son fauteuil comme presque tous les soirs, puant le whisky et le rance, n’y est plus.

Mais Zoé n’a que 15 ans et Will, qui a atteint ses 18 ans risque gros. Il en a conscience, pas elle. Mais qu’importe. C’est l’espoir qui habite nos deux héros et l’on a envie, tout comme eux, que l’histoire se termine bien. Sauf qu’on le sait bien, Will aussi : il ne peut pas y avoir de happy-end. Recherché pour vol et agression, Will tente de cacher la vérité à Zoé.

Cette histoire à deux voix propose le point de vue des deux personnages. On apprend ainsi à connaitre Will et Zoé, à découvrir leurs espoirs, leurs rêves mais aussi leur côté le plus sombre. Celui qu’ils cherchent à fuir impérativement. Bouleversants, on les aime immédiatement. Impossible de ne pas s’attacher à ces deux êtres. On a peur pour eux, on espère aussi beaucoup que tout ira bien.

Elle se recule d’un centimètre.
Je t’aime, je lui murmure.
Je sais.
Y a des flics devant nous.
J’ai vu.
Tu crois que c’est pour moi ?
Elle hausse les épaules, puis hoche la tête.
– Pour nous.

Road-trip incroyablement captivant, Rien que nous ne se laisse pas refermer si facilement. Impossible de laisser Will et Zoé. Impossible de mettre en pause leur folle cavalcade. Même si, parfois, l’envie de revenir en arrière quand les choses dégénèrent est forte.

Pour un premier roman, Kristin Halbrook nous impressionne. Et Rien que nous s’inscrit d’ors et déjà comme une référence de la Young Adult. Une jolie pépite, une histoire belle et tragique. Ne passez pas à côté !

Sans-titre-7

Ados et Young Adult·Wiz

Les Vampires de Manhattan Tome 1 de Melissa de la Cruz : Attention ça va saigner !

9782226180001-jTitre : Les Vampires de Manhattan, tome 1
Auteur: Melissa de la Cruz
Publié en: 2007 (France)
Genre : Young adult, fantastique
Editeur : Albin Michel (Wiz)
Nombre de pages : 352
Prix : 13.70€

Du même auteur : Un été pour tout changer, Fabuleux bains de minuit, Une saison en bikini, Glamour toujours, Bloody Valentine

Envie de l’acheter ?

4.Bonne-pioche-Theodora Van Alen, une adolescente plus vintage que Prada, est élève au prestigieux lycée Duchesne, où étudient les jeunes gens de bonne famille de New York. Lors de son quinzième anniversaire apparaît sur sa peau un étrange entrelacs de veines. Aussitôt après, elle intègre sur invitation l’étrange groupe des sang-bleu : des vampires qui ne mordent que pour se nourrir sans jamais tuer. Mais quand une élève est retrouvée morte, vidée de son sang, Theodora a des soupçons : elle décide d’en savoir plus sur les sang-bleu, à ses risques et périls…

Ce livre traînait dans ma PAL depuis 2008 ! Allez savoir pourquoi, cela m’agaçait de voir sa tranche violette me narguant à chaque fois que je regardais en direction des livres à lire. J’ai décidé de me lancer dedans pour l’expédier rapidement. Car, disons le honnêtement, je n’en attendais vraiment rien.

Il faut dire que le résumé de quatrième de couverture n’aide pas. Présenté comme une sorte de chick-lit aux dents longues, Les Vampires de Manhattan est en réalité bien plus que ça.

De l’autre côté de la rue, Theodora vit un taxi s’arrêter et un grand blond en sortir.Au moment où il prenair pied pied sur la chaussée, un second taxi surgit en trombe dans le sens inverse .
Il fit une embardée brutale et sembla tout d’abord en mesure de l’éviter, mais au dernier moment le garçon se jeta devant lui et disparut sous ses roues. Le taxi ne s’arrêta même pas et poursuivit sa course folle comme s’il ne s’était rien passé.
-Oh, mon dieu ! hurla Theodora.
Le garçon était touché , elle en était sûre. Il s’était fait renverser, il devait être mort.
-Tu as vu ça ? demanda-t-elle en cherchant frénétiquement des yeux Oliver, qui semblait s’être volatilisé.
Theodora traversa la rue en courant, certaine de trouver un cadavre, mais le garçon était debout face à elle. Sain et sauf.
-Tu devrais être mort, chuchota-t-elle.
-Pardon? demanda-t-il avec un sourire perplexe.

Pour pouvoir savourer réellement ce livre, il faut bien attendre la moitié de l’histoire. Et c’est là, son plus grand défaut.  Si le ton est résolument chick-lit en première partie avec du Prada, du bon chic bon genre et des marques de luxe citées à la pelle (et qu’est-ce qu’on s’en tape), la seconde moitié change du tout au tout.

Plus sombre, plus fantastique, les vampires débarquent et les choses sérieuses commencent. L’occasion de vraiment découvrir les personnages qui composent la série. Et il y en a un bon paquet. Parmi eux, j’ai beaucoup aimé le personnage de Theodora, une jeune fille hors convention. Bien qu’elle fréquente la haute, contre son gré, elle est elle-même, bonne vivante, un peu casse-cou, spéciale.

Il l’attira contre lui, au point qu’elle sentit battre son coeur dans sa pointrine. Elle se sentait étonnamment calme et concentrée…comme si c’était le seul endroit endroit au monde où elle fut à sa place.
Il s’inclina, frottant doucement le nez contre le sien, et elle leva le menton pour se laisser embrasser.
Lorsque leurs lèvres se joingnirent et que leurs langues se touchèrent, ce fut comme s’ils s’embrassaient en cent endroits différents, et leurs sens furent envahis de perceptions nouvelles et de souvenirs anciens. Il l’embrassait, et leurs âmes se fondaient l’une dans l’autre comme une mélodie plus vieille que le temps.
-Charmant tableau.
Theodora et Jack s’éloingnèrent l’un de l’autre.
Debout devant eux, Mimi applaudissait lentement.

C’est, avec Jack et Mimi, le personnage qui sort vraiment du lot dans ce premier tome. On la sait hors du commun, on sent son potentiel et, à elle-seule, elle réussit à nous donner envie de lire la suite.

Suite que je ne pensais même pas lire, je l’avoue. Mais la fin du tome et ses nombreuses révélations m’ont fait changer d’avis. Melissa de la Cruz sait comment harponner ses lecteurs. Et sa vision du vampirisme me plait. Adieu vampire cliché archi-connu. L’auteur réinvente le mythe. Ici, les vampires sont des êtres déchus des cieux. Et ce n’est pas leur enveloppe qui vit éternellement. C’est leur sang. Chaque vampire vit pendant un cycle (environ cent ans). Il peut, soit décider de stopper son cycle et de rester immortel, soit continuer et se reposer (mourir en somme) pendant un temps donné. Son sang est alors récupéré pour pouvoir permettre à sa vie, sa mémoire et ses souvenirs de perdurer et de se réincarner dans une nouvelle enveloppe. Une fois que son cycle recommence, le vampire ne récupère sa mémoire qu’à son adolescence.

Le noir est la couleur de la nuit, mais le blanc est la véritable couleur de la mort.

Avouons-le, moi, un truc comme ça, ça me plait ! Et quand c’est bien amené avec un fait divers américain bien mal connu, celle des Croatan, je ne peux qu’accrocher. J’ai découvert cette histoire dans un épisode de Supernatural. Il existe 13 colonies anglaises, fondatrices des USA. L’une d’elle était connue sous le nom de Colonie de Roanoke. Si elle est connue aujourd’hui, ce n’est pas pour ses accomplissements. Mais parce qu’elle a disparue.

Tout s’est passé en 1587. Le groupe de colons envoyé par la Reine pour établir une colonie en Virginie (actuelle Caroline du Nord), composé de 91 hommes, 17 femmes et 9 enfants débarque sur les terres américaines. Le lieu est nommé Roanoke Island. Les hommes font connaissances avec un groupe d’indigènes, les Croatan. La relation tourne au vinaigre lorsqu’un colon est assassiné par les indiens. 

Un homme, John White, responsable de l’expédition est dépêché pour retourner en Angleterre afin d’avoir des renforts. Il mettra trois ans à revenir. A son retour, il ne trouvera aucune trace de la colonie. Celle-ci a mystérieusement disparue et White ne trouve pour seul indice qu’un mot, gravé sur l’une des palissades du fort : Croatan.

Cette histoire est une des plus mystérieuses du folklore américain et déchaîne, aujourd’hui encore les passions.

C’est sur cette histoire qu’est réellement basée Les Vampires de Manhattan. Et je trouve celle-ci passionnante. Si ce premier tome démarre doucement, il corrige rapidement ses défauts pour offrir un scénario intéressant et prometteur.

J’ai hâte de lire la suite, déjà commandée et de savoir ce qui va se passer pour Théodora et les Sang-Bleus. Tant de questions dont j’attends les réponses. Une très bonne surprise !

SANG_BLEU_indd_800_800.5E1J4H SANG_ARGENT.indd LE_BAISER_DU_VAMPIRE.indd 9782226191892-j 9782226231116-j 9782226242761-j BLOODY_VALENTINE_new.indd

Sans-titre-7