Ados·Fantasy·Jeunesse

Oniria tome 3 : Changement de cap pour Eliott !

aleksi-briclot-oniria-logo-02-whitebackgrd

sans-titre-12

91YDt5SiDDLLa guerre fait rage entre le Royaume des Rêves et la Nouvelle République Cauchemar, mettant Oniria à feu et à sang.

Par ricochet, l’imagination des Terriens s’en trouve tétanisée. Eliott, Katsia et leurs amis essaient tant bien que mal de mener leur mission au milieu de ce chaos.

Mais mensonges et trahison ébranlent bientôt leurs convictions les plus profondes.

Le groupe des rebelles parviendra-t-il à conserver l’unité dont il a besoin pour sauver le père d’Eliott et ramener la paix à Oniria ?

sans-titre-12

Ah Oniria ! Après trois tomes je n’en démords toujours pas. Véritable petit phénomène, cette série fantasy est d’une qualité rare. Impatiente de découvrir cet avant-dernier tome (déjà !), j’ai tout de même fait durer un peu le plaisir. Et quelle surprise à la lecture des premières pages !

Les choses ont bien évoluées depuis le début de l’aventure de notre cher Eliott. Et l’Oniria enchanteur que l’on  a découvert en sa compagnie n’a plus rien à voir avec celui-ci. Bien plus sombre, ce tome met la barre très haute. Pas de place pour l’ennui, le ton est donné rapidement. La fin approche et les événements s’enchaînent, tout comme les révélations attendues ou non. Le temps joue contre Eliott et ce n’est plus seulement son père qu’il doit sauver, mais tout Oniria.

Je ne m’attendais pas, lors de l’ouverture de ce tome, a vivre tant d’émotions. B.F. Parry prouve une nouvelle fois à quel point elle est douée pour emporter son lecteur dans une histoire qui ne le laissera jamais indifférent. Je sais qu’avec elle, je ne serais jamais déçue de l’aventure dans laquelle je m’embarque à chaque fois.

C’est un peu triste, surprise, le coeur brisé pour l’un de nos personnages mais terriblement impatiente que j’attends désormais la conclusion d’une des séries adolescentes que je préfère. Une oeuvre déjà culte qui marquera, comme Harry Potter pour moi à l’époque, toute une génération de lecteurs. Merci B.F. Parry pour tout l’amour de la lecture et pour toutes vos idées incroyables que vous partagez avec nous.

sans-titre-12

logo_267308 9782012043312 91YDt5SiDDL 81psyUzZ-vL

sans-titre-12

sans-titre-12

Jeunesse

Oniria tome 2 : Le Disparu d’Oza-Gora, encore un coup de coeur !

aleksi-briclot-oniria-logo-02-whitebackgrd

sans-titre-12

9782012043312Pour sauver son père, Eliott doit retrouver son double dans le monde fantastique d’Oniria. Eliott est parvenu à rencontrer le Marchand de Sable, dans son Palais de verre enchanteur et futuriste. Mais cette rencontre ne tient pas toutes ses promesses : le Marchand de Sable, aussi bienveillant et ingénieux soit-il, se révèle impuissant à aider Eliott. Il lance néanmoins le jeune Créateur et ses amis sur la piste d’un certain Jabus qui a choisi de mettre ses talents au service du mal. Jabus a disparu quelques mois auparavant, emportant avec lui de quoi faire des expériences terrifiantes… Il semble bien que le père d’Eliott soit celui sur lequel il s’acharne ! Mais où les trouver Jabus dans l’immensité d’Oniria ? Comme si cela ne suffisait pas, Eliott a une autre préoccupation en tête… Libérer Aanor, prisonnière de La Bête, qui veut l’épouser ! Toute l’équipe des rebelles le supplie de ne rien tenter : Eliott doit rester caché, c’est une question de vie ou de mort. Mais Eliott est trop têtu pour renoncer, et ne peut abandonner Aanor à son triste sort…
sans-titre-12

Il est enfin là ! Après quelques mois d’attente, Oniria s’offre enfin une suite. Vous le savez, j’ai eu un énorme coup de cœur pour le premier tome que je n’ai eu de cesse de conseiller (j’en ai vendu une centaine à noël au boulot, j’étais fière!). Alors j’attendais forcément la suite des aventures d’Eliott avec impatience.

Là où le premier tome nous présentait l’univers et les personnages, cette suite va droit au but. Le temps est compté, l’état du père d’Eliott s’étant dégradé. Les médecins ne lui donnent plus longtemps à vivre. Heureusement, le jeune Créateur est sur le point de rencontrer enfin le Marchand de Sable. Mais cette rencontre si attendue ne va pas se passer comme prévu et va lancer Eliott sur une nouvelle route semée d’embûches…

Il avait oublié la chance qu’il avait de pouvoir apprendre. Pour les Oniriens comme Katsia et Farjo, c’était impossible. Leur Mage les créait avec un certain nombre de capacités – dont certaines pouvaient être extraordinaires, comme les facultés au combat de Katsia ou le don de métamorphose de Farjo – mais ils ne pouvaient pas en acquérir de nouvelles.

Moins de Paris, plus d’Oniria, c’est ce que nous propose B.F. Parry. Et une troisième destination enchanteresse : Oza-Gora. On en a tellement entendu parler que c’est avec impatience et émerveillement que je découvre la cité fabuleuse. Ici, tout est fait pour nous faire rêver. Et cela fait du bien ! Car la situation à Oniria s’est horriblement dégradée. La terreur règne et la guerre est sur le point d’être déclarée. La reine Dithilde n’est plus maîtresse de ses émotions et la Bête se révèle plus terrible qu’on aurait pu le croire.

Résolument plus sombre, ce second tome ne laisse pas une minute de répit à son lecteur, tout comme à son héros. Il va falloir un sacré courage à Elliot pour arriver à ses fins. Mais entre raison et sentiments, un choix va être nécessaire. Car une décision hâtive pourrait engendrer de très gros problèmes.

Aujourd’hui, Ephialtis est devenue la plus terrible des prisons pour tous ces gens dont le seul crime est d’exister.

C’est encore une fois un coup de cœur pour ce second tome qui laisse sans voix. Mais où va nous emmener B.F. Parry ? Entre rebondissements et révélations de taille, impossible de lâcher cette suite avant d’avoir tourné la dernière page ! Carton plein pour cette série inventive et merveilleuse !

sans-titre-12

logo_267308 9782012043312 91YDt5SiDDL 81psyUzZ-vL

sans-titre-12

sans-titre-12

Jeunesse

Oniria tome 1 : Le Royaume des rêves

aleksi-briclot-oniria-logo-02-whitebackgrd

55454

logo_267308Titre : Oniria tome 1 : Le Royaume des rêves
Auteur : B.F. Parry 
Publié en: 2014 (France)
Genre : Adolescent, fantasy
Editeur : Hachette / Hildegarde (France)
Nombre de pages : 336
Prix : 16.50€ (Lire ce livre)

Du même auteur :

(6) Coup de coeur (yo)Eliott, 12 ans, est un garçon en apparence comme tous les autres. Jusqu au jour où il découvre un sablier magique qui lui permet de voyager dans un monde aussi merveilleux que dangereux : Oniria, le monde des rêves. Un monde où prennent vie les milliards de personnages, d univers, et toutes les choses les plus folles et les plus effrayantes rêvées chaque nuit par les êtres humains. Collégien ordinaire le jour, Eliott devient la nuit, parmi les rêves et les cauchemars qui peuplent Oniria, un puissant Créateur, qui peut faire apparaître tout ce qu il souhaite par le simple et immense pouvoir de son imagination. En explorant Oniria pour sauver son père, plongé depuis plusieurs mois dans un mystérieux sommeil, Eliott est finalement confronté à son extraordinaire destin. Car Eliott est l « Envoyé » : il doit sauver le Royaume des rêves, menacé par la sanglante révolution des cauchemars.

55454

Je l’avoue, si l’attaché de presse d’Hachette ne m’avait pas conseillé avec autant d’enthousiasme ce titre, je serais passée complétement à côté. Et cela aurait été une honte. Car Oniria est mon coup de coeur du mois. Un coup de coeur qui s’ajoute aux très peu nombreux de cette année.

Original, ce roman, premier de B.F. Parry, une auteure française (fierté !) est une vraie découverte. Dès les premières pages, il est impossible de ne pas craquer pour ce lot de personnages si charismatiques et pour le monde d’Oniria si enchanteur.

3213829651_1_6_SxBzTsMh

Ce n’est pas en tant que lecteur que nous suivons les aventures d’Eliott, mais en tant que compagnon. Cette quête, nous la vivons avec lui, tout comme ses craintes, ses infortunes et ses joies. Oniria est enchanteur mais aussi dangereux. Tout y est pour que notre imagination soit titillé. Tel est le pouvoir de B.F. Parry : rendre son oeuvre si vivante que l’on en oublie que ce n’est qu’une histoire. Une seule auteure m’a donné cette impression il y a des années de cela : J.K. Rowling.

Quelle lecture ! C’est frustrée que j’ai refermé ce tome. Frustrée parce qu’il va falloir attendre pour connaître le fin mot de l’histoire. Déçue aussi parce que je n’avais pas envie de laisser tout ces personnages de côté. Alors vivement le tome 2 parce qu’Oniria me manque déjà !

55454

Quelques citations :

Eliott ne savait plus quoi dire ni quoi faire. Créer une armée ! Le sujet était grave. On était loin des cordes qui se nouent toutes seules et des escargots ! Sans parler du risque de se tromper et d’imaginer des créatures dégénérées et destructrices, qui pourraient se révéler encore plus dangereuses que les cauchemars eux-mêmes

Sans-titre-8

Le dragon avait l’air particulièrement coriace.
La princesse devait donc être particulièrement jolie.

55454

autres-tomes

logo_267308

55454

Ados et Young Adult·Blackmoon·Dystopie

Delirium tome 3 : Voilà, c’est fini…

3146846502_2_2_bG0dqsMq

Titre : Delirium, tome 3
Auteur: Lauren Oliver
Publié en: 2013 (France)
Editeur : Black moon
Nombre de pages : 416

Envie de l’acheter ?

2.-Decevant

Après avoir sauvé Julian d’une condamnation à mort, Lena et ses amis regagnent la Nature. Mais celle-ci n’est plus un lieu sûr, des rebellions ont éclaté partout dans le pays et les Régulateurs sont postés à la frontière, à l’affût de toute transgression. Le gouvernement ne peut plus nier l’existence des Invalides et la menace qu’ils représentent. Tandis que Lena mène la Résistance prenant chaque fois plus de risques, sa meilleure amie Hana vit une vie sans amour au bras du jeune maire de Portland… Leurs récits se déroulent en parallèle, leurs voix alternent : quand les deux amies se retrouveront-elles ?

Ah Delirium ! Il faut le savoir, quand j’ai lu le premier tome de cette saga, je découvrais par la même occasion Lauren Oliver. Le coup de coeur, tant pour l’histoire que pour la plume de l’auteur a été immédiat. Il s’est confirmé lorsque j’ai lu Le Dernier Jour de ma vie.

Mais, il a fallu le reconnaître à la lecture de Pandemonium, la suite de Delirium, le plaisir n’était plus là. Décevant, moins bon que le début, on avait peine à retrouver ce que l’on avait tant aimé dans la plume de Lauren Oliver. Pourtant, pleins d’espoir, on attendait la conclusion avec impatience, persuadés que les réponses à nos questions s’y trouverait et que Lauren Oliver nous offrirait une qualité égale à celle de Delirium.

Dans le miroir, je croise fugitivement le reflet de Lena, qui me fixe. Un souvenir, une vision du passé enterré. Un battement de cils. 
Elle s’évanouit.

Et malheureusement, force est de constater qu’il n’en est rien. Impatiente de découvrir la fin de cette trilogie, je me suis lancée à corps perdu dedans. Mes repères n’étaient plus là, puisque je suivais désormais, non plus Lena seule, mais également Hana, sa meilleure amie. Il m’a fallu du temps pour me rappeler d’elle et je n’étais pas emballée par son apparition. Aujourd’hui, je suis heureuse de ses apparitions, tant celles de Lena se trouvaient fades.

La Lena que l’on aimait tant, celle qui se battait malgré tout, eh bien, je ne l’ai pas retrouvée ici. Trop occupée à se soucier de son dilemme amoureux, ses « chapitres » se sont rapidement révélés sans intérêt. Préférant de ce fait, Hana, qui, elle, se trouvait au coeur des événements. Malgré son côté naif et son opération, elle est la révélation de ce tome.

Un vieux vers, tiré d’un texte interdit, que Raven m’a montré un jour me revient en mémoire. « Celui qui s’élance vers le ciel peut certes tomber. Mais il peut aussi s’envoler. » Le moment est venu de s’élancer. 

A croire que Lauren Oliver délaisse ses personnages principaux : même Julian, que l’on commençait à apprécier s’est vu mis de côté, relégué au rang de personnage secondaire (très secondaire). Même moi, qui est plutôt en faveur d’Alex, ai eu de la pitié pour le traitement que Lena lui inflige.

Seulement voilà, le résultat final, le choix de Lena, la fin de la bataille, bref, la véritable conclusion de la saga, celle que l’on attend depuis la fin du premier tome, nous ne l’avons pas et nous ne l’aurons jamais. Et c’est là que le bas blesse.

– Ça suffit maintenant. Assez. C’est fini, d’accord ? Tout est fini, maintenant.
– Alex, s’il te plaît…
– Stop ! 
Sa voix claque avec autant de violence qu’une gifle. Il me relâche et je titube. 
– Alex est mort, tu m’entends ? Tout ça … nos sentiments, ce qu’ils signifiaient… c’est derrière nous, d’accord ? Enterré. Désintégré.
-Alex ! 
Il s’est déjà détourné et fait volte-face. Le clair de lune jette un éclairage cru et violent sur lui, le rendant semblable au sujet en deux dimensions d’une photo, écrasé par un flash surpuissant.
– Je ne t’aime pas, Lena. Tu comprends ? Je ne t’ai jamais aimée.

Préférant laisser au lecteur la possibilité d’inventer la suite de l’histoire, comme elle aimait le faire petite, Lauren Oliver laisse une porte de sortie béante sur sa série. Laissant une impression de bâclage, un sentiment d’impuissance énorme pour un lecteur qui se sent floué.

C’est donc sur une note amère, très amère que se termine cette saga en demi-teinte. Avec un début prometteur et une fin qui n’en est pas une. Quel dommage.

Roman---Delirium Delirium-2

Sans-titre-7

Seinen

Coup de coeur d’Octobre : Les périples de Voie lactée

periples-de-la-voie-lactee-1-kwari

55454

Les-periples-de-voie-1grandTitre : Les périples de Voie Lactée
Auteur : Sirial 
Publié en: 2011 (Corée) / 2012 (France)
Genre : Manhua, tranche de vie
Editeur : Kwari (France)
Nombre de pages : 240
Prix : 13.90€ (Lire ce livre)

Du même auteur :

(6) Coup de coeur (yo)Selon la légende, à chaque fois qu’un chat voyage il a un nouveau poil gris qui pousse sur son dos. Et notre héros a fait tellement de voyages que tous ses poils gris ont formé le motif de la Voie Lactée, d’où son nom. Il aurait le don d’écouter l’histoire des autres et serait prêt à jouer le jeu pour que les êtres qu’il rencontre puissent réaliser leurs voeux. Entre le petit prince perdu dans le désert et le jeune musicien solitaire devenu un fantôme errant, notre chat  » Voie Lactée  » traverse le temps et l’espace pour nous raconter les histoires les plus tristes, les plus nostalgiques et les plus joyeuses de la vie…

55454C’est au détour d’un rayon que mes yeux se sont posés sur cet ouvrage. Publié par l’éditeur Kwari, nouveau sur le marché du manga, Les périples de Voie lactée est un manwha où règne poésie et dessins magnifiques.

Recueil de 7  histoires toutes plus différentes les unes que les autres, on y suit la chatte Voie lactée qui voyage à travers le monde et le temps. Elle fait la rencontre de nombreuses personnes qui possèdent toute une histoire extraordinaire. C’est ainsi que, dès la première histoire, on suit les aventures d’un chat tellement reconnaissant envers son maître qu’il souhaite, pour une journée ou même pour quelques heures, devenir humain et lui rendre ce qu’il lui a donné en retour. Le thème est donné : vous ne pourrez vous empêcher de sortir des « awwww » et des « ouaaaaah » tout au long de ce premier tome.

Autre surprise également, plutôt jolie d’ailleurs, le lecteur aura la possibilité de lire une version alternative du célèbre livre d’Antoine de St Exupéry: Le Petit Prince. Ici, le Petit Prince ressemble à un adolescent un peu maladroit et dégingandé qui ne comprend pas pourquoi Voie lactée ne peut lui dessiner un mouton. Parmi les univers visités, le lecteur aura l’occasion de s’attacher à un grand nombre de personnages variés : jeune voleuse, enfant perdu, jeune violoncelliste timide, roi machiavélique, chat désirant devenir humain, Oiran au tempérament bien trempé… les possibilités sont nombreuses.

Mais pas que. Si le scénario joue, le dessin également. Et à ce niveau Sirial casse les codes pour prendre possession de tout l’espace disponible. Ici, les cases sont les pages et l’auteur en abuse avec talent. Alliant dessins stylisés avec d’autres parfois plus simplistes, c’est une véritable peinture que le lecteur aura le plaisir de voir. Sirial possède un talent pour les couleurs et joue habilement avec, donnant à son titre, un cachet sans pareil.

En bref, Les Périples de Voie Lactée est un ouvrage de qualité où l’on ressort des étoiles plein les yeux.  Espérons que le second tome paraisse vite !

55454