Ados et Young Adult·Blackmoon·Fantastique

Sunshine tome 1 : Potentiel gâché pour titre plat

sans-titre-12

81TNFG5iQ2L

Peu après son seizième anniversaire, Sunshine déménage avec sa mère à Ridgemont, dans l’Etat de Washington.

Pour elle, rien n’est plus effrayant que cette ville, pleine de brouillard sous un ciel gris, même en été. Rien, sauf peut-être leur nouvelle maison.

Il y fait toujours froid, et il s’y passe des choses franchement bizarres.

Sunshine ne croyait pas aux fantômes. Jusqu’à maintenant.sans-titre-12

S’il y a bien un truc que j’adore, ce sont les histoires d’horreur. Livres, films, peu importe le support, je suis une grande consommatrice. Alors quand j’ai entendu que Blackmoon allait nous proposer un livre ayant pour thème une maison hantée, j’étais toute contente.

Mais j’ai très vite déchanté. Sunshine, c’est l’histoire d’une ado tout ce qu’il y a de plus normal (en apparence) et de sa mère adoptive. Les deux déménagent dans une petite ville où, Sunshine le sent, l’atmosphère est lourde et pesante. Il faut dire que la maison choisie par sa mère n’a rien de chaleureux. Sombre, humide, des choses étranges s’y déroulent. Lorsque notre héroïne tente de faire reconnaître le caractère fantomatique de la chose à sa mère, celle-ci la prend pour une fille en pleine phase de rébellion. Même sa meilleure amie qui n’a qu’un seul sujet de discussion (les mecs, très surprenant), la lâche et la prend pour une folle. Heureusement pour Sunshine, un mec plutôt mignon, solitaire et “différent” la croit et décide de l’aider.

Si seulement je pouvais découvrir qui est dans cette maison, avec nous. Si je connaissais le nom de la petite fille, je pourrais y voir plus clair et m’orienter. Si je savais seulement qui elle supplie, je comprendrais peut-être la menace qui plane au-dessus de nos têtes.

Vous avez là, le pitch de Sunshine. Pas bien brillant. Pourtant, tout aurait pu être différent. L’histoire imaginée par les auteures n’est, en soit, pas mauvaise (c’est, à la base, une webserie dispo sur Youtube ici. Faites vous plaisir, moi j’ai lâché l’affaire au bout de 3min). Le potentiel est là. Il est seulement gâché par l’héroïne sans personnalité qui ne cesse de casser l’ambiance par des remarques hors contexte. Quoi de plus agaçant lors d’une scène pleine de tension, qu’une nana qui ne pense qu’au fait que le garçon mignon à côté d’elle, en danger, est trop près d’elle ce qui la fait se sentir mal ? Passons aussi sur le manque d’originalité et la prévisibilité des événements.

J’ai peiné à finir Sunshine. J’ai même pensé à lâcher l’affaire. Mais j’ai tenu bon, pleine d’espoir. Malheureusement pour moi, le miracle n’a pas eu lieu. Sunshine aurait pu être bien meilleur. Si vous cherchez un roman horrifique qui vaut vraiment la peine, tentez plutôt Fille des cauchemars chez le même éditeur. Vous ne serez pas déçus.

sans-titre-12

81TNFG5iQ2L 81Hu1+0wnPL

sans-titre-12

Grand Format : Blackmoon – 15€ / Poche : N’existe passans-titre-12

sans-titre-12

Ados et Young Adult·Blackmoon

La Légion de la Colombe Noire, le nouveau Kami Garcia !

55454

la-legion-de-la-colombe-noire-345619-250-400Titre : La Légion de la Colombe Noire (Unbreakable) tome 1
Auteur : Kami Garcia 
Publié en:  2013 (USA) / 2014 (France)
Genre : Young Adult, Fantastique
Editeur : Blackmoon
Nombre de pages : 360
Prix : 18€

Du même auteur : Beautiful Creatures Saga (16 Lunes), Red Run,..

Envie de le lire ?

(4) Super (yo)À la mort de sa mère, le monde de Kennedy vole en éclats. Mais elle ne se doute pas encore que ce drame est lié à des forces surnaturelles. Ce sont deux frères jumeaux, Jared et Lukas, qui le lui révèlent en la sauvant d’un dangereux esprit envoyé pour la tuer. Kennedy apprend aussi que si elle veut rester en vie, elle va devoir prendre la place de sa mère au sein de la Légion, une société secrète une société de chasseurs de fantômes dont les cinq membres ont été assassinés la même nuit, et dont les enfants sont simultanément devenus les héritiers. Avant cette fameuse nuit, Kennedy ne connaissait rien de la vie parallèle de sa mère. Ses nouveaux amis, Jared, Lukas, Alara et Priest, eux, ont été entraînés depuis leur enfance pour devenir à leur tour membres de la Légion. Mais de quoi a-t-elle hérité, à part du chagrin d’avoir perdu sa mère ? Tout ce que Kennedy sait, c’est qu’il y a un démon sur ses traces…

55454Après avoir écrit la saga Beautiful Creatures (16 lunes) à quatre mains avec Margaret Stohl et en attendant de revenir avec Dangerous Creatures, la seconde saga tirée du même univers, Kami Garcia vole de ses propres ailes avec une série dont elle est l’auteur à part entière.

La légion de la Colombe Noire (Unbreakable en anglais), raconte le parcours de Kennedy, jeune adolescente vivant seule avec sa mère depuis le départ de son père, plusieurs années auparavant. En rentrant un soir, la jeune fille découvre sa mère, morte assassinée par un esprit vengeur. Un mois plus tard, alors qu’elle est sur le point de connaitre le même sort, elle est sauvée par deux jumeaux qui semblent la connaitre. Ils font partis d’une société secrète, La Colombe Noire, dont le but est de chasser les esprits pour contenir le démon Andras qui cherche à les tuer. D’après eux, Kennedy serait le cinquième membre de leur société…

Je me préparais déjà pour le sermon que maman me servait chaque fois que je sortais le soir : « Prends toujours ton portable », « Fais-toi accompagner si tu dois marcher », « Reste dans les endroits bien éclairés » – et son passage préféré : « Hurle d’abord, pose les questions après. » Ce soir-là, j’avais enfreint toutes ses règles.

Disons le clairement, ce livre était attendu depuis un moment par les lecteurs de Beautiful Creatures. Le but était de savoir si ce livre serait aussi bon voire meilleur que la saga écrite avec Margaret Stohl. Et la réponse à la question est : pas vraiment.

Malgré une histoire intéressante et très plaisante, on a du mal sur plusieurs points. A commencer par l’héroïne. Impossible d’avoir de l’empathie pour Kennedy, une fille insupportable tant elle passe son temps à se rabaisser et à tout voir de manière négative. Déprimante,  j’ai eu envie, tout au long de ma lecture, de la prendre par les épaules et de la secouer un bon coup. Il faut attendre le dernier quart du livre avant qu’elle prenne enfin les choses en mains au lieu de se laisser porter comme un boulet.

On ne choisit jamais la personne qui voit clair en vous – celle qui sait ce que vous ressentez sans que vous ayez à lui parler, celle qui, d’un seul regard, peut vous faire rire, pleurer, passer par toutes les émotions. Celle qu’on serait trop heureux d’avoir près de soi, et trop triste de perdre.

Difficile d’accrocher également au triangle amoureux qui se forme entre Lukas, Jared et Kennedy. Notre héroïne passe son temps à les confondre et c’est donc, tout naturellement que j’ai été dans l’incapacité de savoir avec qui elle était ou parlait pendant les trois quart de l’histoire. M’attendant à trouver une histoire sombre, fantastique, limite horrifique par moment, cet espèce de triangle amoureux m’a totalement laissée froide.

Néanmoins, j’ai beaucoup aimé me plonger dans ce roman. Ce côté Supernatural avec cette chasse aux fantômes et les descriptions de lieux hantés m’ont totalement envoûtée. J’aurais aimé en avoir un peu plus. Concernant l’histoire justement, le seul défaut que je pourrais pointer c’est ce côté trop linéaire. Kami Garcia met en place une intrigue au potentiel fort mais sans aucune surprise ou rebondissement pour ce premier tome. On s’attend à tout ce qui arrive et c’est un peu dommage. J’espère beaucoup de la suite qui ne sortira malheureusement pas avant Octobre 2014.

Puisse la colombe noire toujours te porter…

A lire cette chronique, j’ai l’impression de démonter ce roman. Mais pas du tout. Je ne peux que vous conseiller la lecture de La légion de la Colombe Noire, dont le premier tome est une bonne mise en bouche. Les défauts cités ci-dessus devraient être corrigés ou atténués dans la suite puisque, pour la plupart, ils se règlent à la fin de ce tome.

55454

les-tomes

la-legion-de-la-colombe-noire-345619-250-400 12371865

Sans-titre-8

55454

Ados et Young Adult

Fan d’Hunger Games ? Préparez-vous à accueillir Enclave !

Nouveau titre événement à paraître chez Hachette dans la collection Black Moon, Enclave est un roman signé Ann Aguirre. Je vous en parlerais puisque je suis fortement intéressée par cette nouveauté. En attendant sa sortie le 3 juin, je vous laisse avec le résumé et un extrait à découvrir !

image002

La guerre. Les épidémies. En un mot : l’apocalypse. La surface de la terre est devenue inhabitable.

Les rares survivants se sont réfugiés dans le monde d’En-Dessous, à l’abri d’enclaves souterraines reliées par des tunnels. Trèfle a toujours connu la loi de l’enclave. Elle y a toujours obéi sans discuter. Elle est devenue Chasseuse. Le rêve de sa vie. Avec Del, son coéquipier, elle se voit investie d’une nouvelle mission : protéger l’enclave de la menace constante des Monstres anthropophages qui errent En-Dessous. Mais si Trèfle est docile, elle n’est pas aveugle. Et le courage qu’elle mettait au service de la loi qui régit la vie dans son enclave va l’entraîner à se rebeller. Car au nom de cette loi, les Anciens condamnent des innocents. Après le massacre d’une enclave voisine, Trèfle fait une découverte qui lui glace le sang : les Monstres sont devenus intelligents.

Pourtant, les Anciens ignorent ses avertissements. Pire, pour la faire taire, ils s’en prennent à l’un de ses amis. Trèfle n’y tient plus. Elle prend sa défense. Mais en se dénonçant pour un crime que personne n’a commis, elle est bannie avec Del.

Cet exil vaut une condamnation à mort. Malgré cela, Del va lui apprendre que les mensonges des Anciens vont encore plus loin que ce qu’elle croyait, et que l’espoir brille peut-être au bout du tunnel…

Lire un extrait

Ados et Young Adult·Blackmoon

Fleur de Fantôme

fleur-de-fantome-2476132-250-400

Titre : Fleur de Fantôme
Auteur: Michelle Jaffe
Publié en: 2012 (France)
Editeur : Blackmoon
Nombre de pages : 464

Lire un extrait

Envie de l’acheter ?

4.Bonne-pioche-

Eve mène une vie tranquille jusqu’au jour où deux jeunes gens viennent lui proposer un étrange marché. Elle doit se faire passer pour leur cousine Aurora dont elle est le sosie. En contrepartie, elle recevra la moitié de son énorme héritage. Mais avant de travailler dans son café, Eve a déménagé de foyer en foyer. Elle a connu la vie dans la rue. Elle a connu la faim. Hors de question qu’elle y retourne ! La proposition des deux ados est inespérée et elle se glisse facilement dans la peau de cette cousine disparue. Mais elle a en fait signé un pacte avec le Diable. Il y a trois ans, lorsque’Aurora a disparu, sa meilleure amie Lizzie est décédée mystérieusement. Hantée par son fantôme, Eve comprend que sa propre vie est en danger. Et pour s’en sortir, elle devra découvrir la vérité sur cette nuit où tout a basculé.

Tout d’abord, merci aux éditions Blackmoon pour l’envoi de ce livre qui m’a fortement intrigué à la lecture de son résumé et dont la couverture, ne le nions pas, est très belle.

De Michelle Jaffe, je n’avais lu qu’Hantise et cette lecture avait été mitigée. Heureusement, celle de Fleur de Fantôme s’est révélée plus accrocheuse que son précédent titre. Il faut dire que le scénario a de quoi intéresser. Prendre l’identité de quelqu’un d’autre, se faire passe pour elle, voilà un sujet peu banal dans la young adult.

« J’escamotai rapidement le papier dans la poche de mon tablier, consciente du regard de Bridgette posé sur moi. Son expression avait quelque chose d’indéchiffrable, quelque chose que je n’arrivais pas à définir mais qui n’était pas bienveillant. Elle tripotait la bague à son doigt.

A la pause, je sortis la feuille de ma poche. D’un côté, une sorte de liste écrite au crayon. De l’autre, au style, des chiffres. Un numéro de téléphone, et « 100 000 $, cash ». »

Et Michelle Jaffe réussit son pari. Fleur de Fantôme est un livre qu’on prend plaisir à lire tant la qualité est là. Personnages fouillés, héroïne attachante et pleine de mystères, un décor très visuel dans lequel on se plonge très facilement et des touches de paranormal par-ci par-là, voilà une recette bien alléchante (recette qu’on avait déjà pu découvrir dans Hantise).

Le récit est bien construit, et, contrairement à beaucoup de livres du genre, le langage se veut adulte et bien amené. De quoi permettre à un public plus âgé d’apprécier l’écriture de l’auteur. Mais Fleur de Fantôme n’est pas non plus exempt de défauts. Le plus grand étant l’identité d’Eve que l’on devine très rapidement (et ce malgré les nombreuses fausses pistes insérées ici et là par l’auteure).

« Coralee Gold avait engagé une voyante pour sa soirée. Je dus étouffer un éclat de rire. C’était au choix la pire ou la meilleure chose qui pouvait m’arriver. 

En tendant l’oreille, je distinguai les mots  » Laquelle de vous deux est là ? Je vous vois toutes les deux, mais je ne peux en entendre qu’une. Laquelle es-tu ? ».

Il y eut un instant de silence, celui qui n’existe que lorsque cent personnes retiennent leur souffle en même temps, un silence qui s’accroche à vous, qui transforme un groupe en un seul organisme vivant tendu vers le même but. J’avais de bonnes raisons de ne pas croire aux fantômes ou aux médiums, mais lorsque le silence dura, je me sentis happée. Désireuse de croire, impatiente de voir ce qui allait se passer. La tension s’enroula autour de nous jusqu’à en être presque suffocante. A cet instant, la femme aux cheveux sombres ouvrit la bouche et, d’une voix faible et flûtée complètement différente de la sienne, dit : « Je suis Aurora. »

Un frisson parcourut l’assistance. Tout le monde se rapprocha pour écouter. Mais un charabia indistinct suivit cette première révélation. De sa propre voix, la médium demanda :

– Peux-tu répéter ça ? Nous ne t’avons pas bien entendue, Aurora.

Silence.

– Je l’avais, mais je la sens s’éloigner, soupira la voyante en secouant la tête, les yeux fermés comme si elle se parlait à elle-même autant qu’à nous. 

Inspirant profondément, elle posa les doigts sur ses tempes et entonna :

– Aurora ou Elizabeth, si l’une de vous est encore là, pouvez-vous sonner la cloche ?

Encore un long silence poisseux. Puis, faiblement, la cloche se mit à sonner. Les gens autour de moi se redressèrent brusquement, comme s’ils ressentaient tous le même frisson que moi, et un murmure parcourut la foule. Je m’adressai à la personne à côté de moi.

– Cool, non ? » 

On trouvera ça dommage même si du coup, notre perception des évènements donnera une nouvelle dimension à l’intrigue. Malgré ce manque de suspens autour d’Eve, l’histoire offre suffisamment de nouvelles pistes pour jouer au mini détective concernant notamment le meurtre de sa meilleure amie. Les antipathiques et gens dont la disparition d’Aurora aurait été bénéfique sont nombreux, suffisamment pour avoir une petite liste de suspects en tête.

En clair, Fleur de Fantôme bien que décevant concernant le mystère autour d’Aurora que l’on devine très vite dans le premier quart du roman, reste plus abouti qu’Hantise et se révèle également une très agréable lecture que l’on prendra plaisir à relire.

Sans-titre-7

Ados et Young Adult·Blackmoon·Dystopie

Delirium tome 2 : Pandémonium

delirium

55454

Delirium-2Titre : Pandemonium
Auteur : Lauren Olivier
Publié en: 2012 (USA) /2012 (France)
Genre : Young Adult, Dystopie
Editeur : Hachette (Blackmoon) (France) / HarperTeen (USA)
Nombre de pages : 456
Prix : 16,00€ (Lire ce livre)

Du même auteur : Le dernier jour de ma vie, Delirium, Requiem, Lily & Po, Panic,…

(4) Super (yo)Lena a découvert avec Alex ce sentiment interdit qu’est l’amour. Ensemble ils se sont enfuis, déterminés à gagner la Nature pour vivre leur passion. Mais seule Lena est parvenue à franchir la frontière. Sans savoir si Alex est encore vivant. Aujourd’hui Lena a rejoint la résistance. Elle se voit confier une mission qui pourrait bien lui coûter la vie. Mais une nouvelle rencontre vient remettre en question tous ses principes. Se battre pour avoir le droit d’aimer : cela a-t-il vraiment un sens ? Imaginez qu’on vous prive de tout sentiment. Que la liberté ne soit plus qu’un vieux souvenir dénué de sens. Jusqu’où iriez-vous pour garder le droit d’aimer ?

55454

Après un an d’attente, voici enfin le second tome de Delirium. Après avoir laissé ses lecteurs sur une fin haletante et terriblement frustrante, Lauren Olivier revient pour nous offrir la suite des aventures de Lena.

Pandemonium, tel est le titre de ce second opus, reprend toutes les bonnes recettes de Delirium et dépayse totalement son héroïne et ses lecteurs. Adieu Portland, bonjour la Nature, Lena se retrouve seule, confrontée à d’innombrables dangers.

Le lecteur, tout comme Lena, aura bien du mal à se faire à ce nouveau cadre bien différent de Portland et de ses murs froids. Ici, tout est éclatant et dur à la fois, les vestiges du passé se mêlent à la végétation si rare dans les villes. La vie reprend son cours mais chaque chose à un prix qu’il faut payer sous peine de ne pas survivre. Lena, tout comme nous, le comprendra très vite même si son rôle dans cette résistance que l’on découvre en même temps qu’elle, n’est pas encore bien défini, lui semble bien dérisoire.

Si les débuts surprennent mais envoûtent toujours autant grâce à cette ambiance si spéciale propre à la série, on trouvera dommage que Lauren Olivier reprenne le même schéma que dans son premier tome. Ici, Lena n’est plus celle qui est sauvée, mais celle qui sauve et le personnage masculin est celui qui doit être sauvé. Le déroulement des événements est similaire à celui de Delirium et ce Julian, jeune homme du camp des méchant aura bien du mal à nous plaire…

Partie spoiler à surligner pour les plus curieux !

Surtout parce que l’on sait qu’Alex n’est pas mort. On s’en doute, c’est même évident que ce personnage si apprécié dans Delirium ne peut avoir trouver une fin aussi brutale. Du coup, il est dommage de voir que l’auteure bascule sur un banal triangle amoureux que l’on sent venir très longtemps à l’avance. Certes, si on fini par apprécier Julian vers la fin du tome, on reste très attachés à Alex que l’on redécouvre. Car oui, si son retour n’a rien de surprenant, Lauren Olivier nous impressionne par un changement important concernant Alex. Changement qui promet de bons moments dans le troisième tome. Peut-être aurait-il été intéressant de proposer un scénario où Lena, sûre qu’Alex a survécu, tente tout pour lui venir en aide. Le schéma aurait été plus en accord avec l’histoire et le triangle amoureux aurait pu être épargné au lecteur.

J’ai tout de même été un peu déçue par ce second tome qui n’a clairement pas le même niveau que Delirium. Et cette sensation de réchauffé n’a pas arrangé les choses. Ceci-dit, de bons éléments ont été posés et j’attends impatiemment de voir ce que nous réserve l’auteur pour la suite.

En bref, Pandemonium est une bonne lecture certes, mais sans réelle surprise et légèrement de moins bonne qualité que Delirium. On restera toujours aussi fidèle à la belle plume de Lauren Olivier même si cette fois, cela ne suffit pas. Heureusement, l’intérêt pour cette série reste intacte et c’est avec plaisir qu’on lira la suite.

55454

Quelques citations :

« Ce genre de femme aurait terrorisé la Lena d’autrefois. Vieille et méchante, elle tient du croisement entre la grenouille et le pitbull. Les personnes de son acabit me donnent le sentiment que le remède est superflu : impossible d’imaginer qu’elle soit capable d’aimer, même sans opération.
Mais la Lena d’autrefois est morte, elle aussi.
Je l’ai enterrée.
Je l’ai abandonnée derrière une clôture, derrière un mur de flammes et de fumée. » – p11

Sans-titre-8

«  Je ne renais pas en une seule fois.
Pas après pas. Puis centimètre après centimètre.
Mes organes tombent en cendres, le goût de la fumée tapisse ma bouche. Ongle après ongle, comme un ver de terre anneau après anneau.
Ainsi vient-elle au monde, la nouvelle Lena. » – p14

Sans-titre-8

« Mais pour l’heure, le futur comme le passé ne signifient plus rien. Pour l’heure, il n’y a qu’un abri fait de bric et de broc, à la lisière d’une ville en ruine, derrière une décharge imposante. Où nous arrivons, affamés et transis de froid, où nous trouvons de la nourriture, de l’eau et des murs nous protégeant des vents brutaux.

Pour nous, c’est ça, le paradis. » – p292

55454

autres-tomes

Roman---Delirium Delirium-2 3146846502_2_2_bG0dqsMq

55454