Les 18 mangas du moment à lire absolument !

Je suis tombée dans l’univers du manga quand j’étais toute petite. Je n’ai eu de cesse depuis, d’en dévorer. Mais pour les personnes voulant découvrir le genre, il peut être parfois difficile de s’y retrouver parmi la pléthore de titres disponibles. Comme partout, il y a du bon et du moins bon.

Voici un top 18 (parce que j’ai pas pu réduire plus haha) des plus belles pépites du moment avec pleins d’extraits ! Il y en a pour tous les goûts : de la romance, de l’aventure, de l’action, du mystère….

N°1 : Arte –  Kei Ôkubo – Komikku éditions (6 tomes – en cours)

arte-1-komikkuFlorence, début du 16e siècle. Dans ce berceau de la Renaissance, qui vit l’art s’épanouir dans toute sa splendeur, une jeune aristocrate prénommée Arte rêve de devenir artiste peintre et aspire à entrer en apprentissage dans un des nombreux ateliers de la ville… Hélas ! Cette époque de foisonnement culturel était aussi celle de la misogynie, et il n’était pas concevable qu’une jeune femme ambitionne de vivre de son art et de son travail. Les nombreux obstacles qui se dresseront sur le chemin d’Arte auront-ils raison de la folle énergie de cette aristo déjantée ?

Pourquoi c’est bien ?

Tout comme Tonkam, Komikku, c’est avant tout une librairie, située du côté d’Opéra à Paris. Et depuis leurs début dans le domaine de l’édition, je n’ai pas été déçue une seule fois par le choix des séries publiées.

Quand Arte est sortie, il y a quelques temps déjà, j’ai tout de suite su que cette série avait un petit quelque chose en plus qui la démarquait des autres publications. Originale, soignée, touchante et passionnante, cette oeuvre racontant les aventures d’une jeune femme bien décidée à faire de l’art, un domaine réservé aux hommes, son métier m’a immédiatement charmée.

Arte, c’est une série tout public, à faire découvrir même aux lecteurs ne lisant jamais de manga. Parce que tout en fait un indispensable : ses personnages attachants, ses nombreuses explications sur les méthodes d’art vénitien et son dessin incroyable où l’on sent tout de suite le soin apporté par l’auteur aux plus petits détails.

Pour vous faire une idée, vous pouvez en lire un extrait ici !

N°2 : Kasane, la voleuse de visage – Daruma Matsuura – Ki-oon éditions (10 tomes, en cours)

kasane-voleuse-visage-1-ki-oonKasane est une fillette au visage repoussant, presque difforme, régulièrement moquée et maltraitée par ses camarades de classe. Sa mère, actrice de premier plan célèbre pour son immense beauté, lui a laissé pour seul souvenir un tube de rouge à lèvres, et une consigne mystérieuse : « Si un jour ta vie devient trop insupportable, maquille tes lèvres, approche l’objet de ta convoitise, et embrasse-le. » Le jour où, au bord du désespoir, Kasane s’exécute, elle fait une découverte incroyable : le rouge à lèvres légué par sa mère lui permet de s’approprier le visage de ses victimes ! À la fois malédiction et bénédiction, cet héritage va offrir à la jeune femme un avenir auquel elle n’osait rêver jusqu’à maintenant… « La beauté est une bénédiction : elle permet de tout obtenir… même quand elle n’est qu’illusion.»

Pourquoi c’est bien ?

Il y a quelque chose dans Kasane qui vous prend aux tripes. L’histoire, originale et fascinante, le personnage de Kasane auquel on s’attache immédiatement et qu’on aime suivre au fur et à mesure qu’elle s’affirme, l’ambiance torturée. Ce seinen (manga pour adulte), est un petit bijou qui rend addictif. J’ai rarement lu de série aussi bonne ! Si vous décidez de vous lancer, attendez-vous à enchaîner les tomes !

Lire un extrait !

N°3 : Yona, Princesse de l’aube – Mizuho Kusanagi – Pika éditions (20 tomes, en cours)

91TmASOi0ZLYona, princesse du royaume de Kôka, a grandi dans l’insouciance, choyée par le roi et protégée par son garde du corps et ami d’enfance, le puissant guerrier, Hak. À l’approche de ses 16 ans, Yona est heureuse : son cousin et amour secret, Soo-won, vient lui rendre visite pour célébrer son anniversaire. Mais ce soir-là, une terrible tragédie survient et sa vie va être bouleversée à jamais !

Pourquoi c’est bien ?

Grande fan de Fushigi Yugi de l’incroyable Yuu Watase, je cherchais depuis plusieurs années, une série qui pourrait lui arriver à la cheville. Ma recherche est désormais terminée, Yona comblant tous mes espoirs.

Yona Princesse de l’aube prouve que le shôjo (littéralement jeune fille ou petite fille, c’est la classification japonaise pour les manga pour filles), ce n’est pas que de la romance gnan-gnan mais qu’on peut aussi trouver dans le genre, des histoires plus poussées, avec des personnages forts et pas stéréotypés. Mélangeant action, fantasy, aventure, humour et romance, cette série vous emporte dès les premières pages et ne relâche plus son emprise. Malgré sa longueur, on ne trouve chez Yona, aucune baisse de qualité. Chaque nouvelle sortie est pour moi un petit événement tant j’ai hâte de retrouver mes personnages préférés et cette ambiance si particulière. Si vous cherchez une série de qualité, qui change des histoires d’amour à l’eau de rose qui inondent le marché, alors Yona est fait pour vous !

Lire un extrait !

N°4 : Takane & Hana – Yuki Shiwasu – Kazé éditions (7 tomes, en cours)

takane-hana-1-kazeHana, lycéenne de 16 ans, est contrainte de prendre la place de sa soeur lors d’une rencontre arrangée ! Présentée à l’héritier du grand groupe Takaba, le très séduisant Takane Saibara, la jeune fille déchante vite face à son arrogance. N’y tenant plus, elle lui jette ses quatre vérités à la figure, croyant se débarrasser ainsi de lui. Pourtant, dès le lendemain, Takane lui propose un nouveau rendez-vous, à croire qu’il en redemande ! Elle a un sacré caractère et il aime ça !

Pourquoi c’est bien ?

Vous cherchez une série humoristique ? Des personnages au tempérament fort et ultra attachants ? Une romance inhabituelle à laquelle vous serez scotchés jusqu’à la fin ? Ne cherchez plus ! Takane et Hana, c’est une série totalement atypique qui marque dès les premières pages. Totalement improbable, on accroche rapidement au duo vedette. D’un côté, une jeune lycéenne à qui on a pas vraiment demandé son avis, fière et qui n’a pas la langue dans sa poche. De l’autre, un homme solitaire, imbu de lui même, complètement immature, persuadé que l’argent et le luxe sont la solution à tous les soucis. Leur rencontre explosive va amener Takane à changer profondément.

Bourré d’humour grâce à une Hana taquine et un Takane aux réactions hilarantes, cette série feel good, publiée chez Kazé, nous en rappelle une autre : Dengeki Daisy (disponible uniquement en occasion), par la relation si spéciale entre deux personnages ayant une grande différence d’âge. Parce que le plus mature des deux n’est pas le plus vieux, cette série réchauffe le coeur et offre un excellent moment de détente.

Lire un extrait !

N°5 : Pillow Bear – Kagiji Kumanomata – Akata (3 tomes, série finie)

pillow-bear-1Wataru est un lycéen introverti, et pour ne rien arranger, il a une passion peu avouable : il est littéralement dingue de peluches ! Il les collectionne, les affectionne… sans vergogne ! Jusqu’au jour où, pris pour cible par des camarades de classe, il s’enfonce dans les tréfonds d’une salle de jeux. Il se retrouve alors nez à nez avec une vieille machine abandonnée. Mais dans ce distributeur-là, se trouve une peluche unique en son genre : l’homme-peluche-ours, Mofutarô !!! Ce dernier, en tant que peluche digne de ce nom, ne veut qu’une seule chose : être câliné par Wataru ! Mais le pauvre lycéen, déjà mal dans sa peau, n’a pas très envie de faire des free hugs avec un homme à moitié dénudé… Son quotidien en sera profondément bouleversé, surtout que Mofutarô n’est pas le seul homme-peluche à débarquer dans le monde des humains.

Pourquoi c’est bien ?

Non cette série n’est pas interdite aux moins de 18 ans ! Pillow Bear, c’est un manga en trois tomes totalement barré comme seuls les japonais savent en faire. L’homme que vous voyez sur la couverture n’en est pas un ! C’est une peluche ! Oui oui !

Ne cherchez aucune logique dans Pillow Bear. Le mangaka joue sur l’absurde et le tendancieux grâce à la grande naïveté de Mofutarô. C’est drôle, surprenant, jamais vu. Akata nous comble depuis un moment grâce à ce genre de titres qu’ils sont les seuls à publier (hormis une exception chez Kurokawa avec l’excellent Jésus et Bouddha). Si vous aimez les histoires improbables et le comique de situation, alors Pillow Bear devrait vous plaire !

Lire un extrait !

N°6 : Orange – Ichigo Takano – Akata (5 tomes, série finie + 2 tomes indépendants)

orange-1-akataUn matin, alors qu’elle se rend au lycée, Naho reçoit une drôle de lettre… une lettre du futur ! La jeune femme qu’elle est devenue dix ans plus tard, rongée par de nombreux remords, souhaite aider celle qu’elle était autrefois à ne pas faire les mêmes erreurs qu’elle. Aussi, elle a décrit, dans un long courrier, les évènements qui vont se dérouler dans la vie de Naho lors des prochains mois, lui indiquant même comment elle doit se comporter. Mais Naho, a bien du mal à y croire, à cette histoire… Et de toute façon, elle manque bien trop d’assurance en elle pour suivre certaines directives indiquées dans ce curieux courrier. Pour le moment, la seule chose dont elle est sûre, c’est que Kakeru, le nouvel élève de la classe, ne la laisse pas indifférent…

Pourquoi c’est bien ?

Ah Orange ! Sans doute un des meilleurs shôjo que j’ai pu lire dans ma vie ! Cette série, par son sujet, ses personnages, son dessin, vous chamboule. Impossible de rester indifférent lors de la lecture.

Si vous désirez vous mettre au manga, je ne peux que vous conseiller de débuter par Orange. A peine sortie, cette série s’est hissée au rang de culte. C’est beau, touchant, poétique ! Un must, vraiment !

Lire un extrait !

N°7 : Coeur de Hérisson – Nao Hinachi – Kazé (5 tomes, série finie)

coeur-de-herisson-1-kazeHozuki est le mauvais garçon du lycée, connu pour être bagarreur et insociable… Seule Kii, une fille de sa classe, le voyant comme un hérisson sur la défensive, se prend d’affection pour lui et lui adresse la parole. Une amitié naît entre eux, évoluant rapidement en amour du côté de la jeune fille. Mais, face à Hozuki qui n’arrive pas à faire la différence entre ces deux sentiments, leur relation s’annonce compliquée…

Pourquoi c’est bien ?

Coeur de Hérisson, c’est l’un de mes derniers coups de coeur. Toute mignonne, cette petite série en 5 tomes à peine, met en scène une relation ultra touchante entre une jeune fille sociable et appréciée de ses camarades de classe et un garçon renfermé que personne n’ose approcher. C’est tout doux, adorable, le duo fonctionne parfaitement et me fait totalement fondre !

C’est loin d’être original, surtout en ce moment où la romance inonde le marché, mais le titre se démarque des autres par sa qualité et une fin qui s’éloigne des clichés. A mettre entre toutes les mains !

Lire un extrait !

N°8 : Le Couvent des Damnés – Minoru Takeyoshi (4 tomes, série en cours)

couvent-des-damnes-1-glenatHérétique et incorruptible ! Au XVIe siècle, dans le Saint-Empire romain, l’inquisition condamnait de nombreux innocents au bûcher. Privée de sa famille, Ella se retrouve envoyée dans un couvent qui rééduque les filles de sorcières . Tortures et miracles viendront-ils à bout de la flamme de vengeance qui brûle en elle ?

Pourquoi c’est bien ?

La couverture met directement dans le bain. Le Couvent des Damnés est une série assez sombre mettant en scène une jeune fille prête à tout pour accomplir sa vengeance. C’est assez différent de ce qui se fait en ce moment, l’héroïne est charismatique et l’histoire plutôt intrigante.

Lire un extrait !

N°9 : Reine d’Egypte – Chie Inudoh – Ki-oon (3 tomes, série en cours)

reine-egypte-1-ki-oonHatchepsout, ou le combat d’une reine au temps des Pharaons ! C’est le début d’une nouvelle ère dans l’Égypte des Pharaons : le mariage de la jeune Hatchepsout et de son demi-frère Séthi fait de ce dernier l’héritier légitime du trône, sous le nom de Thoutmôsis II. Représentants des dieux sur terre, ils resplendissent sous leurs parures, et forment à première vue un couple parfait. Mais sous ses airs d’épouse idéale, Hatchepsout cache une colère profonde… Elle ne veut pas être simple reine, mais plutôt devenir pharaon elle-même, comme son guerrier de père ! Enfant, elle n’a cessé d’humilier Séthi au combat à l’épée, et elle est imbattable au tir à l’arc. Pourquoi ne serait-elle pas digne d’accéder au rang suprême, juste parce qu’elle est née femme ? Pour Hatchepsout, c’est le début d’un combat pour s’affranchir des conventions ancestrales d’une des plus grandes civilisations du monde !

Pourquoi c’est bien ?

C’est LA série ultra badass du moment, Reine d’Egypte met en avant le girl power. J’aime beaucoup ce titre qui, en trois tomes parus pour le moment, enchaîne les rebondissements à la pelle. Pas le temps de s’ennuyer et impossible de se fier aux personnages. Hatchepsout ne peut compter que sur elle-même. C’est assez inattendu comme sujet de manga, l’égypte étant peu mise en avant. Et ça fonctionne plutôt bien ! Reine d’Egypte est qualitatif, le dessin est superbe, on sent que la mangaka a fait de nombreuses recherches pour rendre son manga le plus fidèle possible à la culture de l’ancienne égypte.

Attention toutefois, le titre n’est pas à mettre dans les mains les plus jeunes.

Lire un extrait !

N°10 : La Maison du Soleil – Taamo – Pika éditions (6 tomes, série en cours)

maison-du-soleil-1-pikaPetite, Mao passait ses journées dans la famille d’Hiro, son voisin d’en face. La vie y était joyeuse et insouciante et comblait le vide qui était en elle. Plusieurs années ont passé… Le père de Mao s’est remarié et la jeune fille se sent étrangère sous son propre toit. Hiro, lui, vit seul dans la maison familiale depuis le décès de ses parents. Il propose alors à Mao d’emménager chez lui…

Pourquoi c’est bien ?

La maison du soleil est un shôjo comme on aimerait en voir plus souvent. Ayant pour thème la reconstruction, cette série charme dès les premières pages grâce à ses personnages.

Mao, jeune fille rejetée par son père, vivotant, trouve refuge chez son ami d’enfance, Hiro. ce dernier vit dans la maison de ses parents, décédés plusieurs années auparavant. Les deux vont tenter de recréer un vrai cocon familial en soignant les blessures de l’autre. Impossible de ne pas craquer pour ce duo si craquant. Mao surtout, à cause de sa fragilité et de sa maturité.

Si romance il y a (on est dans un shôjo tout de même), elle reste discrète et bien amenée. L’accent est vraiment mis sur le côté « famille » et « protection » et laisse les sentiments amoureux en second plan. La Maison du soleil est une série vraiment bouleversante qui a su rapidement trouver son rythme. Chaque tome est un plaisir à découvrir.

Lire un extrait !

N°11 : Promesses en rose – Kaho Miyasaka – Panini (2 tomes, série en cours)

promesse-en-rose-1-paniniIroha, une jeune fille de 16 ans, vient de perdre son père et vit désormais avec sa belle-mère qui a dilapidé l’héritage familial. Un jour qu’Iroha se recueille dans son jardin, elle surprend un jeune homme en train de sentir ses roses. Pensant qu’il s’agit d’un voleur, elle tente d’appeler au secours, mais tombe accidentellement dans les bras du bel inconnu. La jeune fille ne sait pas encore que cette rencontre va bouleverser sa vie…

Pourquoi c’est bien ?

Kaho Miyasaka est une mangaka qui s’est fait connaître dans les années 2000 en France grâce à l’excellent Kare First Love. Mais depuis la fin de la série, elle n’avait plus fait parler d’elle. Jusqu’à récemment.

Promesses en rose est à mille lieues de sa précédente série. Exit la relation amoureuse lycéenne classique, la mangaka nous offre une série originale et fascinante se déroulant dans une ambiance noble et traditionnelle. Le premier tome, lors de sa sortie, ne m’a pas laissée indifférente. Peu mise en avant, cette série mérite pourtant le coup d’oeil ! Seul bémol, les tomes sont longs à sortir, la sortie française étant à jour sur la japonaise. Mais l’attente en vaut totalement la peine !

N°12 : En Scène – CUVIE – Kurokawa (5 tomes, série en cours)

En-scene-T1-kurokawaLa vie de la petite Kanade Ariya bascule le jour où elle assiste au spectacle de danse de sa voisine Lisa. Fascinée par la grâce de la jeune fille, Kanade n’a plus qu’un rêve en tête : devenir ballerine ! Mais la danse est une école difficile, surtout quand on n’a pas de prédispositions particulières. Cependant, malgré les obstacles et les déceptions, Kanade s’accroche. Et elle découvre vite que même les plus douées sont confrontées à l’échec…

Pourquoi c’est bien ?

Vous aimez la danse ? Vous souhaitez en savoir plus ? Alors je vous conseille chaudement la lecture d’En Scène ! Cette petite série ne paye pas de mine mais propose une histoire passionnante où l’on apprend énormément de choses sur la danse, que ce soit classique ou moderne et, notamment, sur la difficulté pour une danseuse japonaise d’entrer dans le cercle très fermée des écoles de danse occidentales. Le plus d’En scène : son héroïne. Imparfaite, mais motivée, Kanade apprend de ses erreurs, tout comme le lecteur. Idéal pour toutes les jeunes filles à partir de 8 ans passionnées par la danse !

N°13 : Le 3e Gédeon – Tarô Nogisaka – Glénat (3 tomes, série en cours)

3e-gedeon-1-glenatÀ la veille de la Révolution, Gédéon rêve de représenter le Tiers-État aux états généraux pour sauver la France de la misère. Georges, duc de Loire, n’aspire quant à lui qu’à détruire l’ordre établi. Quel avenir la rencontre de ces deux hommes apportera-t-elle à la France ?

Pourquoi c’est bien ?

Je suis passionnée par l’Histoire et, notamment, par tout ce qui concerne Louis XVI, Marie-Antoinette, la Révolution, la Terreur…. Quand j’ai découvert Le 3e Gédéon et son thème, j’ai su que cette série était faite pour me plaire ! Et je ne me suis pas trompée !

Divertissante, elle se démarque par son originalité et cette vision, parfois tronquée et romancée, de cette période de l’Histoire de France qui passionne tant les japonais depuis La Rose de Versailles. Seul bémol, le personnage de Marie-Antoinette, cruche, sexualisée à outrance, ne me plait pas du tout. Contrairement à la figure de Louis XVI, intéressante car à l’inverse de ce que l’on a pu apprendre du personnage. En dehors de ça, la série est chouette et j’attends toujours chaque tome avec beaucoup d’impatience !

Lire un extrait !

N°14 : Innocent Rouge – Shinichi Sakamoto – Delcourt (3 tomes, série en cours)

innocent-Rouge-1-delcourtÀ l’aube de la Révolution, Charles-Henri Sanson, maître des hautes œuvres de Paris, règne sur la famille des exécuteurs de France. Sa jeune sœur Marie-Josèphe, en charge de l’office de Versailles, devient incontrôlable à la mort d’Alain, son premier amour. Elle se jure de le venger en éliminant son assassin et ne recule devant rien pour renverser le système injuste qui lui a coûté la vie.

Pourquoi c’est bien?

Autre titre se déroulant à l’époque de la Révolution, Innocent Rouge est un spin-off du manga Innocent. Alors que ce dernier se concentre sur Charles-Henri Sanson, Rouge met en avant sa soeur Marie-Josèphe, un personnage sans limite qui fascine. Vous pouvez tout à fait découvrir cette série sans avoir lu l’autre, c’est ce que j’ai fait. Et j’ai tellement été charmée, que je compte bien me mettre à Innocent rapidement !

Au delà de l’histoire, les dessins sont également à souligner. Magnifiques, fins, précis, c’est un plaisir pour les yeux. J’avais déjà eu l’occasion d’admirer le talent de Shinichi Sakamoto avec Ascension, je suis ravie de le retrouver avec cette série !

Attention toutefois, ce manga est assez sanglant, il ne convient donc pas aux plus jeunes ou aux plus sensibles.

N°15 : Man in the Window – Masatoki & Anajiro – Ki-oon (2 tomes, série en cours)

man-in-the-window-1-ki-oonQuel est le prix à payer pour sauver son propre futur ?
Quand Shuhei, 17 ans, reçoit un mot de la fille qu’il aime en secret, il n’en croit pas ses yeux. Sans se faire trop d’espoir, il se rend au lieu de rendez-vous, une ruelle sordide finissant en cul-de-sac. Comme indiqué, il frappe à la dernière fenêtre… et c’est une voix masculine qui lui répond ! Shuhei s’enfuit, mais lorsque l’inconnu l’appelle par son nom, il se retourne, interloqué. L’homme connaît son identité, ainsi que toutes sortes de détails intimes sur sa vie. Et pour cause : c’est son moi de 20 ans qui se tient devant lui !

Pourquoi c’est bien ?

J’aime les manga mystérieux, un peu fantastique. Alors forcément, quand j’ai découvert Man in the Window sur la table des nouveautés, j’ai été intriguée. Sans attendre, j’ai dévoré le premier tome qui a su combler toutes mes espérances !

Man in the Window, c’est un peu Orange mais en plus sombre. C’est dur, psychologique, totalement addictif. On est aussi perdus que Shuhei dont la vie se retrouve totalement chamboulée. Et la question se pose : Que ferions-nous si nous nous trouvions dans la même situation ?

Si vous cherchez un bon thriller psychologique, alors Man in the Window devrait vous plaire !

Lire un extrait !

N°16 : Le journal de Kanoko – Ririko Tsujita – Pika (3 tomes, série finie – saison 2 en cours)

journal-kanoko-1-pikaKanoko Naédoko, collégienne en classe de 3e, ne cherche absolument pas à se faire des amis. Elle préfère la solitude qui lui permet de scruter puis d’analyser froidement le monde que l’entoure : triangles amoureux, intrigues entre un professeur et son élève, clubs de filles dépressives… Rien ni personne n’échappe à son regard acéré ! Kanoko observe inlassablement la comédie humaine et son déferlement d’émotions contradictoires. Mais sous la carapace cynique se cache peut-être un cœur tendre…

Pourquoi c’est bien ?

Voilà un shôjo très particulier qui se démarque totalement des histoires de romances au lycée. Ici, le personnage principal est une jeune fille dont le passe-temps favori est d’observer les autres et d’analyser le moindre de leurs réactions et de leurs interactions. Froide en apparence (que en apparence ?), Kanoko est un personnage auquel on s’attache très vite. A trop observer les autres, on en oublie de regarder autour de soi. Ce qui donne des situations assez drôles.

Assez fourni en texte, Kanoko se savoure.  Peu mis en avant par Pika sur les réseaux sociaux, cette série mérite vraiment que l’on s’y attarde. Il existe deux saisons de Kanoko : la première, celle que je vous présente, est terminée en trois tomes. La seconde, suite directe, se déroule au lycée. Très honnêtement, je dois vous avouer que, si j’aime toujours autant l’ambiance et les personnages, je suis moins fan de celle-ci. J’attends de voir ce que Ririko Tsujita nous réserve pour la suite.

Lire un extrait !

N°17 : Telle que tu es – Kaname Hirama – Kana (7 tomes, série en cours)

telle-que-tu-es-1-kanaSumugi est une adolescente douce et attentionnée. Ce qui la différencie des autres filles, ce sont ses quelques kilos en plus qu’elle porte sans complexe. Elle a subi autrefois quelques brimades… mais au lieu de se laisser abattre ,elle a décidé un jour de continuer à s’aimer elle-même quoi qu’en disent les autres. C’est attiré par cet optimisme que Yukiya, un beau garçon, lui demande de devenir sa petite amie.Tsumugi hésite, assez incrédule qu’un garçon s’intéresse sincèrement à elle. Mais cette attirance de Yukiya pour elle va générer de la jalousie chez les autres filles…

Pourquoi c’est bien ?

Cette petite série est chère à mon coeur. Parce que, pour une fois, elle met en avant une héroïne aux formes généreuses. Telle que tu es montre que l’on peut être ronde et être aimée. Que notre différence n’est pas une faiblesse mais une force.

Le duo formé par Tsumugi et Yukiya est adorable et l’on aime les suivre à chaque tome. A faire découvrir à toutes les jeunes filles qui ont du mal à s’accepter comme elles sont, Telle que tu es met en avant de belles valeurs et aide à faire changer les esprits.

Voir la bande annonce !

N°18 : Le Mari de mon frère – Gengoroh Tagame – Akata (4 tomes, série finie)

mari-frere-1-akataYaichi élève seul sa fille. Mais un jour, son quotidien va être perturbé… Perturbé par l’arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce Canadien n’est autre que le mari de son frère jumeau… Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l’homme qu’il aimait. Yaichi n’a pas alors d’autre choix que d’accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter. Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses…

Pourquoi c’est bien ?

Comment est perçue l’homosexualité au Japon ? Que ce soit par les adultes ou par les enfants. Comment réagir au regard des autres ? Quel impact l’arrivée d’un parfait étranger, pourtant si proche, peut elle avoir sur sa vision de l’amour entre personnes du même sexe ?

Ce sont toutes ces questions auquel va répondre Le mari de mon frère. Via le personnage de Yaichi, un japonais comme les autres, qui n’a jamais vraiment su comment se comporter avec son frère et sa « différence », celui de sa fille, Kana, ouverte, accueillant chaleureusement Mike, cet oncle sorti de nulle part, désirant tisser des liens avec cette belle-famille qui n’a jamais eu vent de son existence.

Ce que j’aime dans cette série, c’est toute cette réflexion sur la vision japonaise de l’homosexualité. Peu abordée dans ce pays à la fois moderne, traditionnel et conservateur (hormis de manière peu réaliste dans les yaoi), il est vraiment intéressant de découvrir l’impact d’une situation comme celle vécue par nos héros.

En quatre tomes seulement, Le mari de mon frère nous chamboule le coeur. Une belle série, vraiment surprenante et originale qui mérite le coup d’oeil. Akata a vraiment un don pour nous trouver de si jolies pépites.

Lire un extrait !

Publicités

Pourquoi, selon moi, Yuu Watase est la meilleure mangaka shôjo (et pas que) au monde…

55454

C’est un article que je n’avais pas prévu de faire, auquel je n’aurais jamais pensé si la très sympathique Carolus ne m’avait pas contacté pour me parler d’un événement organisé sur Club Shôjo : la semaine du shôjo. Le principe : les blogueurs inscrits (vous trouverez les articles des autres participants en bas de l’article) doivent, du 21 au 27 avril, publier un article sur leur blog pour développer sur le sujet de cette seconde édition : « qui est la meilleure mangaka shôjo et pourquoi ?« .

Yuu_WataseQuand j’ai lu le sujet, je m’y suis tout de suite intéressée avec un nom en tête : Yuu Watase. Pour ceux qui ne la connaissent pas (hérétiques !), Yuu Watase est une des reines du shôjo depuis plus de 20 ans. Née à Kishiwada (province d’Ôsaka) en 1970, elle débute sa carrière à 18 ans en proposant une de ses nouvelles à l’éditeur shôjo comic (je remercie mon très cher ami Wikipédia pour toutes les informations que je vous livre via cette très courte biographie).

couverture01Après la publication du très médiocre Contes d’adolescence (on l’excuse, oeuvre de jeunesse toussa) c’est avec l’excellentissime, que dis-je, le monumental classique Fushigi Yugi que sa carrière décolle réellement. C’est également sa première série longue (18 tomes de pur bonheur).

Le succès est  immédiat (c’est normal !). Nous sommes en 1992, Yuu Watase a donc 22 ans. Parmi ses plus grands succès, on compte également le très émouvant Ayashi no Ceres (qui a boosté les ventes de Kleenex), Lui ou Rien ! (responsable de nombreuses crises cardiaques et chagrins d’amour) et, plus récemment, le préquel de Fushigi Yugi : Fushigi Yugi la légende de Gembu (une publication qui aura pris 10 ans !).

En comparaison, il n’en aura fallu que 6 pour FY et 4 pour Ayashi qui fait 14 tomes. N’oublions pas non plus le surprenant Sakura Gari. Véritable touche à tout, elle s’occupe actuellement de son premier shônen : Arata.

Voilà, je vous l’avais dit que ce serait court (Ahem !).

Yuu Watase donc, est pour moi la meilleure mangaka shôjo mais aussi tout genre confondu. Nombreuses sont celles qui ont fait le shôjo et sont devenus des légendes. Je pense notamment à Yumiko Igarashi (Candy, Joséphine Impératrice,…), Riyoko Ikeda (La Rose de VersaillesAaaaah Oscar !), CLAMP (Card Captor Sakura, X, Tsubasa Reservoir Chronicles), Ai Yazawa (Nana, Paradise Kiss, Last Quarter…) et Kaori Yuki (Angel Sanctuary, Devil lost soul, Comte Cain / God Child, Ludwig Revolution…).

Mais Yuu Watase est la seule à avoir gardé une qualité scénaristique constante au fil des années. Elle est restée productive et fidèle à elle-même quand certaines partaient totalement en vrille. C’est le cas de CLAMP dont on a constaté une dégradation de la qualité dès la dernière partie de TRC.

Depuis, le studio enchaîne les bides (Gate 7, beau mais où on ne comprend rien ; Kobato dont la fin s’est montré très décevante,…), tout comme Kaori Yuki dont l’âge d’or d’Angel Sanctuary est fini depuis longtemps. Quant à Ai Yazawa dont Nana est en suspend depuis plusieurs années (à une phase critique du manga), on a plus aucune nouvelle de la mangaka dont l’état de santé s’était dégradé sérieusement.

sg06Hormis la déception de ses oeuvres de jeunesse, Yuu Watase arrive toujours à nous émouvoir et nous surprendre, n’hésitant pas à se mettre en position de faiblesse en testant de nouveaux styles.

On a ainsi pu la voir s’éloigner du shôjo où elle excelle pour tenter l’aventure du Yaoi avec Sakura-Gari (une vraie claque visuelle !) et celle du shônen avec Arata. Si le premier nous a soufflé, montrant une maîtrise parfaite du genre et un trait sublimé, Yuu Watase montre quelques difficultés avec Arata à se débarrasser des codes du shôjo. On retrouve ainsi une patte très féminine dans cette série vraiment sympathique mais où elle peine cependant à se lâcher complètement. Néanmoins, Arata reste une sacrée bonne découverte où, encore une fois, on ne s’ennuie pas une minute. (D’ailleurs, on a appris récemment que l’auteure avait changé d’éditeur, son précédent l’ayant contrainte à changer d’importantes choses sur Arata au point de prendre une direction totalement différente de la vision originelle. Watase a mis la série en pause et retouche, dans une nouvelle édition, les tomes concernés par ce problème).

fygk08Yuu Watase sait aussi écouter ses lecteurs. Quand ceux-ci ont émis le désir de lire les aventures des deux premières prêtresses de l’univers de Fushigi Yugi (celles de Gembu et Byakko), Yuu Watase ne voulait pas, ne sachant pas comment réaliser ces deux séries. Et puis, en 2003, fut annoncé l’arrivé d’un spin-off tiré de sa série à succès. Revenant sur son refus,  la mangaka s’est plongée dans le projet et a réalisé le rêve de ses fans.

Voilà donc pourquoi, pour moi, Yuu Watase est la meilleure mangaka de tous les temps. Jamais déçue, toujours surprise, toujours émue.

55454

Ils parlent aussi de leur mangaka shôjo préférée !

AfterMangaverse.net, Manga Shôjo, Hana, Andimagine, Le monde du Boy’s Love, Paoru, Heaven Manga, Chronique d’un Newbie, Nuits Sans Sommeil, L’Antre de la Louve

55454

La Fleur Millénaire, la nouvelle bombe shôjo de Kazé

fleurmillenaire_logo_400x200

55454

FLEURMILLENAIRE13_3D_0x600

Fille de la reine officielle du pays de Â, Aki n’a de princesse que le titre. Seule pour s’occuper de sa mère malade et délaissée par le roi, elle doit supporter fièrement les mesquineries de la seconde reine. Un jour, elle croise le chemin de Hakusei, un jeune esclave aux yeux bleus qui décide de lier son destin au sien. Destin qui la mène à rencontrer Seitetsu, un commerçant qui la prend sous son aile et la forme aux “six arts” indispensables à une princesse. Mais ces nouvelles compétences se révèlent dangereuses lorsqu’elle ridiculise son demi-frère, le jeune prince, à l’occasion d’une partie de chasse, attirant sur elle et les siens la rancœur du couple royal. Une rancœur mortelle…

55454

joou-no-hana-3411177Quatrième série de Kaneyoshi Izumi (100% Doubt, Seiho Men’s School), La Fleur Millénaire est un shôjo comme on n’en attendait plus. Marre des histoires d’amour fleurs bleues ? Envie d’une aventure épique ? Alors ce titre est fait pour vous.

Proche de L’arcane de l’aube pour son héroïne farouche, combattante et son fidèle serviteur toujours là pour veiller sur elle, La Fleur Millénaire fera également penser à Fushigi Yugi pour son décor s’inspirant de la Chine ancienne. Ils sont rares ces shôjo où l’on sait, rien qu’en les feuilletant, que l’on va les aimer. La Fleur Millénaire est l’un d’eux.

joou-no-hana-3411357Prenant, le titre propose un scénario épique et de qualité. Se démarquant réellement des autres sorties actuelles par son univers riche, La Fleur Millénaire possède une véritable identité. Notamment grâce à l’utilisation d’ellipses s’étalant sur plusieurs années et d’une narration inédite dans le genre. En effet, la mangaka choisit volontairement de donner des informations importantes sur le futur de l’histoire, cassant de ce fait le suspens sur beaucoup de situations, mais ouvrant ainsi de nombreuses autres questions. Et, surtout, une impatience chez le lecteur qui ne pourra s’empêcher de compter les tomes avant le dénouement de l’histoire.

Une qualité qui fait oublier le dessin un poil trop épuré. Dynamique, beau, il manque cependant de profondeur et de détail. Trop d’espace, trop de blanc, un point qui, s’il est compréhensible dans les classic shôjo, se révèle un poil décevant dans un scénario d’aventure.

On ne l’attendait pas, mais La Fleur Millénaire a su rapidement s’imposer comme l’un des meilleurs shôjo de ce début d’année 2013 !

55454

Mangaka : Kaneyoshi Izumi / Nombre de tomes : 15 (6,79€ – En cours) / Anime : Non

Si vous avez aimé, vous aimerez aussi Fushigi Yugi, L’arcane de l’aube

55454

 

Fushigi Yugi La légende de Gembu : un préquel de qualité

55454

Watasegkwallpaper08

Lorsqu’elle ouvre Les Écrits des quatre Dieux du Ciel et de la Terre, Takiko est transportée dans un univers parallèle : celui du livre ! Et dans cet étrange univers, elle découvre qu’elle a un rôle à jouer, celui de la prêtresse de Gembu. La légende raconte que lorsque le pays sera en péril, une prêtresse viendra d’un autre monde. Accompagnée de ses 7 étoiles protectrices, elle invoquera Gembu qui lui accordera un vœu, et le pays sera sauvé… 

55454

En 2003, alors qu’elle vient juste d’achever Appare Jipangu et Alice 19th, Yuu Watase décide de réaliser un projet longuement mûri : Fushigi Yuugi : La légende de Genbu (Fushigi Yuugi Genbu Kaiden). Bien qu’il porte le même nom, ce nouveau manga n’est pas une suite du célèbre Fushigi Yuugi mais un préquel racontant les aventures de la prêtresse de Genbu, dont on a pu entendre parler dans la série originelle. On a donc la chance de découvrir les origines du livre  » Les Ecrits des Quatre dieux du Ciel et de la Terre« .

Ce projet n’est pas né par hasard. Soufflé par les fans, Fushigi Yuugi Genbu Kaiden n’aurait jamais dû voir le jour. Enfin, selon les dires de la mangaka. Peu convaincue en premier lieu (bien qu’aimant l’idée), Yuu Watase ne voyait ni comment le faire, ni quand. Fushigi Yuugi Genbu Kaiden, bien que faisant partie de l’univers de Fushigi Yuugi, peut être lue sans avoir, au préalable découvert la première série. (Mais je vous conseille fortement de la lire avant).

Prépubliée dans le Sho-Comi Zoukan chez Shogakukan, FY Genbu obtient son propre magazine dès le volume 7. Le Fushigi Yuugi Perfect World est né. Entièrement consacré aux oeuvres de la mangaka, on peut y découvrir des petits goodies et des tonnes d’informations en plus des chapitres inédits du manga. Malheureusement, seuls les japonais ont la chance de pouvoir en profiter. Pendant quatre ans, entre 2004 et 2008, le magazine sortira tous les deux-trois mois. Mais un événement va chambouler le rythme de parution…

mag12_calendrier_01En 2008, après neuf tomes, Yuu Watase tombe malade et décide de mettre sa série en pause pour se reposer mais également pour réaliser un autre projet : Sakura-Gari, son premier yaoi.

Après la fin de ce dernier, elle reprend la parution de sa série malchanceuse. Il faudra tout de même se montrer patient, celle-ci étant plutôt lente. Malgré la jeunesse de la série, FY Genbu Kaiden a déjà eu le droit à une adaptation en roman en deux tomes. Le lecteur a la possibilité de découvrir ainsi le passé de Rimudo et Soluènn, mis en scène par Madoka Takadono et illustré, bien sûr, par Yuu Watase. Un jeu vidéo est également sorti, exclusivement au Japon encore une fois. Il existe également un fanbook, intitulé Fushigi Yuugi Genbu Kaiden 9.5 – Fanbook – Hoshi no Rasen. Sorti en 2009 entre le tome 9 et le tome 10 (d’où son nom), il possède de nombreuses informations sur la série et ses personnages mais aussi des illustrations couleurs, une interview de la mangaka mais aussi des ateliers réalisations (comme pour faire son Namame soi-même par exemple). Malheureusement, seul le public japonais peut, pour le moment en tout cas, profiter de ce fanbook. Espérons que Tonkam ai l’idée de le publier un jour !

Personnellement je suis une fan de Yuu Watase, je n’ai été déçue qu’une seule fois, par Appare Jipangu, mais ses oeuvres m’ont toujours plue. J’avais un peu peur que Genbu Kaiden soit une pale copie de son prédécesseur, mais Yuu Watase réussit à nous surprendre, devant ce manga plein de finesse, et beaucoup plus touchant que Fushigi Yuugi ( il contient moins d’humour), on pleure plus avec Takiko, qu’on ne rit avec Miaka.

Et puis c’est toujours un plaisir de chercher avec la prêtresse, les sept étoiles. Avec FY, on en connaissait déjà deux ( souvenez vous la scène de la caverne, après l’une des scènes les plus fortes du manga), mais j’ai adorée spéculer sur les autres étoiles. Ce que j’apprécie le plus chez Yuu Watase, hormis ses dessins, c’est la personnalité qu’elle insuffle à ses personnages. On les sent vivants, presque comme si ils pouvaient sortir du papier.

 Vu ce que l’on apprend sur Takiko dans Fushigi Yugi, il n’est pas difficile d’imaginer la fin de ce préquel, cependant, Yuu Watase arrive à insuffler suffisamment de mystère dans son manga pour nous surprendre jusqu’à la dernière page. Genbu Kaiden, c’est fort, frustrant, incroyablement palpitant. Yuu Watase m’étonnera toujours. Elle traite d’ailleurs les décors de façon sublime. On ne voit pas seulement la Chine Ancienne, on la parcourt, comme s’y on y était, tellement les décors sont réalistes.

Ce préquel prouve encore une fois que Yuu Watase tient sa force dans la fantasy. Tout aussi épique que sa première série, Genbu Kaiden tient toutes ses promesses. On attend désormais avec impatience la dernière série concluant la saga et basée sur la prêtresse de Byakko. Yuu Watase l’ayant annoncée prochainement.

55454

Mangaka : Yuu Watase / Nombre de tomes : 12 (Plus édité – Fini) / Anime : Non

55454

Fushigi Yugi, oeuvre culte du shôjo fantasy

55454

artbook-08

Miaka est une collégienne insouciante comme les autres. En attendant le grand amour, elle mange beaucoup et travaille dur pour rentrer dans un lycée réputé et faire plaisir à sa mère. Mais sa vie bascule lorsqu’avec son amie Yui, elles se retrouvent propulsées à l’intérieur d’un livre dont elles deviennent malgré elle les principales héroïnes. Miaka en tant que prêtresse du dieu Suzaku, doit l’invoquer pour sauver le pays de Kônan et découvrir le moyen de rentrer chez elle.

55454

Voici sans doute, l’oeuvre phare de Yuu Watase (avec, bien entendu,  Ayashi no Ceres et le plus récent Sakura-Gari). Fushigi Yuugi (ふしぎ遊戯) est un manga en 18 tomes, paru pour la première fois au Japon en 1991 chez Shogakukan. Il s’agit du premier grand succès de Yuu Watase.

Déjà connue pour son Shishunki Miman Okotowari (Contes d’Adolescence), c’est avec ce titre qu’elle accède à la renommée. Fushigi Yuugi est un tel succès que de nombreux dérivés sortent rapidement. Artbooks, CD’s soundtracks et drama, Postcards, romans (treize au total) et jeux vidéos permettent aux fans d’étancher leur passion. Mais c’est l’anime composé de deux saisons (56 épisodes) et ses trois OAV de 13 épisodes qui ancrent la série dans la case phénomène.

En France, la série est publiée par Tonkam depuis 1998 et possède deux éditions. La première, possédait des couvertures proches de la version simple japonaise. On dit de la série, qu’elle est le premier shôjo à avoir été publié en France. A l’époque, la parution est fluide et compte en moyenne un tome chaque mois. Prenant un soin tout particulier à l’édition du titre, Tonkam offre une édition de qualité encore très recherchée aujourd’hui. On y trouvait également le courrier des lecteurs et des dessins de fans français (comme faisait Kana pour Inu Yasha ou encore Naruto).

La deuxième édition de Fushigi Yuugi (également épuisée) est parue, quant à elle en 2003. Tonkam décide à sa publication de changer les couvertures pour donner un côté moderne à la série comme l’explique l’éditeur :  » On a réfléchi un peu sur les VO et on s’est dit qu’on les trouvait vieillottes avec ce cadre de Suzaku et cette couleur jaune pâle. Dans le même temps, on voulait homogénéiser le design avec les jaquettes d’Ayashi no Ceres et de Imadoki. De là, on a creusé et ça a donné ces nouvelles jaquettes. » Un choix plutôt décrié par certains fans qui le trouve mauvais et regrettent de ne pouvoir avoir les si jolies couvertures originales.

Alors que Tonkam réédite la série dans sa nouvelle édition, Yuu Watase sort au Japon un spin-off de Fushigi Fushigi Yuugi Genbu Kaiden. On y suit les aventures de la prêtresse de Genbu dont on a pu avoir un aperçu de l’histoire dans la première série. Mais FY Genbu est victime d’une succession de malchance et voit sa publication hachée par périodes (la série est aujourd’hui achevée et disponible dans son intégralité en France).

Pour les 15 ans de Tonkam, en 2008, une édition limitée du premier tome de Fushigi Yugi parait. Celle-ci reprend la couverture de l’édition deluxe japonaise et propose 6 cartes postales exclusives. Edition introuvable aujourd’hui.

Fushigi Yugi mérite largement son titre de plus gros succès de Yuu Watase. La mangaka s’est inspirée de la chine médiévale pour ce manga atypique. Mélangeant humour, sentiments, action, drame, cette série a une place très spéciale dans mon coeur. C’est lui qui m’a fait devenir fan de Yuu Watase.

Pour Fushigi Yugi, non seulement l’idée est originale, mais en plus les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres (même les méchants). Ici, pas de personnages secondaires, ils possèdent tous quelque chose qui leur permet de postuler pour le rôle de personnage principal. Ils sont tellement recherchés que Yuu Watase pourrait passer toute sa carrière à développer les nombreuses histoires citées dans FY.

Si j’apprécie tous les personnages (à part Yui), il y en a un dans lequel je me reconnais particulièrement, c’est Miaka. Elle a tout de la jeune fille niaise au possible, et pourtant, les obstacles qu’elle va avoir à franchir vont la faire évoluer et montrer sa vraie nature. C’est un personnage des plus admirables. Si Fushigi Yugi est une bonne série, je trouve tout de même la fin un peu décevante. En effet, à partir du tome 14, la mangaka prolonge son histoire avec des éléments peu intéressants. Le manga aurait très bien pu s’arrêter au 13e tome qui concluait parfaitement la série.

Mais le vrai point fort de ce titre, c’est l’humour, et plus particulièrement les SD (c’est à dire les chibis, ses petits personnages au visage amusant) permettant d’alléger les séquences parfois très lourdes.  Yuu Watase allie humour et sérieux avec brillo, on ne tombe pas dans l’absurde et les scènes les plus dramatiques gardent toute leur intensité, même si elles contiennent quelques sd, placés ici et là pour détendre l’atmosphère.

Inégalée, Fushigi Yugi est une oeuvre classique du shôjo. A posséder absolument dans sa bibliothèque. Si vous avez débuté la lecture de Fushigi Yugi : La Légende de Guembu, je vous invite à vous procurer rapidement la série principale. Yuu Watase a annoncé en 2014, l’arrivée prochaine d’un nouvel épisode de sa saga, cette fois consacré à la dernière prêtresse : celle de Byakko.

55454
 Mangaka : Yuu Watase / Nombre de tomes : 18 (Plus édité – Fini) / Anime : Oui
55454