Forever Bitch : Diglee is on da place !

55454
Capture-d’écran-2013-08-27-à-18.47.311-600x791Louise, bientôt la trentaine, en couple, partage ses drames émotionnels avec son BGF (Best Gay Friend) et ses deux meilleures potesses aux caractères diamétralement opposés : Maud, Mère Teresa du plan cul depuis sa rupture avec l’ex-potentiel-homme-de-sa-vie, et Audrey, maquée avec son prince charmant… au grand dam de Maud, viscéralement mais secrètement jalouse de tant de niaiserie doucereuse.

55454

90005577_oDiglee, je vous en ai déjà parlé, c’est une blogueuse que je suis assidûment depuis des années, que j’adore et que j’ai même fait venir pour une dédicace ultra pailletée dans ma librairie. Après deux publications de notes issues de son blog, elle revient aujourd’hui avec une nouvelle BD totalement inédite (enfin, pour ceux n’ayant pas eu la chance d’avoir un Bisou dans les mains).

Exit les histoires persos, Diglee nous offre une BD girly, pétillante, rafraîchissante sur les trentenaires d’aujourd’hui. Avec, comme sujets d’études ses amies, la jeune femme a décidé de nous donner une vision bien loin de celle que l’on connait toute : Bridget Jones.

90005578_oFini les culottes de grand-mère, les pots de glaces et le célibat comme contrainte. Aujourd’hui, on se veut sexy, sûre de soi. Les hommes, on les croquent ! Et à pleines dents !

Bourré d’humour, dépeignant des situations cocasses, ultra embarrassantes voire la méga honte avec un H majuscule, c’est un petit bonheur de 70 pages que Diglee nous offre.

Une histoire d’amour(s), d’amitié, mais surtout de filles bien dans leur peau et libérées !

55454

Grand format : Delcourt – 15.50€ / Poche : N’existe pas

55454

Publicités

Gisèle et Béatrice, un genre inattendu pour l’auteur du Royaume !

55454 Gisèle et Béatrice coverComme beaucoup de femmes, Béatrice est moins payée et moins considérée que ses collègues masculins. Lorsque son patron saute le pas du harcèlement sexuel, elle décide de le prendre à son propre piège. Grâce à une plante magique ramenée d’Afrique, elle le transforme en femme. Devenu « Gisèle », sans statut, sans papiers, sans passé, il n’a d’autre choix que de rester chez Béatrice, qui en fait son objet sexuel, et accessoirement aussi sa femme de ménage. Débarrassée de son patron macho, Béatrice accède au poste qu’il occupait. Toute à sa revanche, elle jouit d’abord sans bornes de sa nouvelle position de pouvoir. Quant à Gisèle, elle découvre la vie quotidienne d’une femme soumise, qui vaque entre les tâches ménagères, les journées passées à la maison et les fantaisies sexuelles de Béatrice, devenue sa maîtresse dans tous les sens du terme. Sans cesse surveillée, enjointe de se soumettre à tous les désirs de Béatrice, Gisèle va pourtant réussir à compenser, peu à peu, le déséquilibre originel de leur relation.

55454

888Pour les connaisseurs, Aire Libre est une collection de Dupuis assez guindée. On y publie de la belle BD quasi littéraire. Alors c’est avec beaucoup de surprise que j’ai découvert Gisèle et Béatrice dont le format tranche avec celui, habituel d’Aire Libre.

Et s’il n’y avait que le format ! Au delà du dessin très beau et très particulier de Feroumont, l’histoire dénote. Plus proche d’un Fluide G, Gisèle et Béatrice surprendra tous les habitués d’Aire Libre.

D’abord charmée par l’édition (la BD se fait désirable dans un coffret très travaillé), j’ai rapidement accrochée à l’histoire. Car, avec une absence totale de résumé sur le coffret, c’est dans l’inconnu le plus complet que j’ai débuté cette BD.

777De Feroumont, on connait surtout sa série à succès, publiée dans le journal de Spirou : Le Royaume. A destination d’un public jeune, on y apprécie son humour. Avec Gisèle et Béatrice, l’auteur s’exprime dans un genre où ne l’attend pas. Satyre sociale, bourrée d’humour, Gisèle et Béatrice s’offre de jolies scènes coquines (d’où le Fluide G dont je vous parlais tout à l’heure).

58787On y suit donc Béatrice, jeune femme talentueuse mais dont la carrière est étouffée par un patron misogyne adepte du harcèlement sexuel. La jeune femme est bien décidée à faire changer les choses. Après une soirée, Béatrice ramène son patron chez elle et lui fait boire une étrange potion. Il devient alors Gisèle, nouvelle bonne à tout faire et objet sexuel de Béatrice. Un nouveau quotidien débute pour les deux « femmes ».

Une histoire originale, je vous avais prévenu. Ce qui m’a également plu dans cette BD, c’est la relation entre les deux personnages. Complexe, bien sûr, mais qui se révèle touchante. Car on découvre finalement une héroïne bien seule, en mal d’amour. Un amour qui va tomber de nul-part et va changer profondément notre Gisèle.

Enfin, je ne vous en dis pas plus, pour connaître le fin mot de l’histoire, il vous faudra lire Gisèle et Béatrice !

55454

Grand Format : Dupuis – Plus édité / Poche : N’existe pas

55454

Mairunovich tome 1 : La revanche d’une moche

 

665656565

55454

mairunovich_end.fw_

Mairu n’est pas coquette, ne se maquille pas, et porte des grosses lunettes. Devenue le souffre douleur de toute l’école, le garçon le plus populaire lui fait remarquer que c’est sa résignation qui la conduit où elle est. Sa meilleure amie va alors s’occuper d’elle pour faire de Mairu une bombe ! De retour au lycée, et devant l’attitude de ceux qui la raillait jadis, elle décide de se venger…

55454

mairunovich-2987849Cela faisait longtemps que Tonkam ne nous avait pas sorti un aussi bon shôjo ! Derrière ce nom étrange, Mairunovich cache une bonne tranche d’humour bien débile, non sans rappeler l’excellent Switch Girl.

Girly mais pas trop, Mairunovich met en scène une héroïne complètement barge, sûre d’être moche et s’en excusant sans arrêt. Avec sa coupe à la Mireille Matthieu, ses grosses lunettes et son étrange démarche, Mairu n’a, en effet, rien pour plaire. Et on comprend aisément pourquoi elle est la risée de son lycée, elle que l’on surnomme « affectueusement » le champignon vénéneux.

Sauf qu’à trop se moquer, les camarades de Mairu pourrait bien en prendre pour leur grade. Suite à une énième humiliation, la jeune fille est bien décidée à changer du tout au tout. Et, comme on le verra rapidement, la vengeance, Mairu, ça la connait !

mairunovich-3241653

Autre originalité : c’est bien la première fois que je découvre un personnage transsexuel dans un shôjo. Ici, on ose même parler d’opération. Et j’ai trouvé ça très bien. Un shôjo dans l’air du temps.

Même bonne surprise du côté du héros masculin. Un peu bizarre, beau mec, il n’hésite pas à quitter un boulot en cours de route pour débarquer avec son étui à maquillage sorti de nul-part.

Car c’est ça qui fait la force de Mairunovich : en plus de son humour, le manga propose des personnages charismatiques auxquels on s’attache rapidement.

Tonkam tient là un shôjo rafraîchissant, délirant, une lecture détente parfaite. On avait déjà pu profiter de l’humour débile de la mangaka avec l’excellent Obaka-chan, et on est ravis de voir qu’elle n’a pas perdu la main !

55454

Mangaka : Zakuri Sato / Nombre de tomes : 12 (6,99€ – Fini) / Anime : Non

55454

La page blanche

55454

lapageblanche-coverUne jeune femme reprend ses esprits sur un banc sans se rappeler ni son nom ni ce qu’elle fait là. Menant l’enquête tant bien que mal, elle tente de retrouver la mémoire et son identité. Mais que va-t-elle découvrir ?

Un passé romanesque fait de drames et de romances ou l’existence banale d’une femme ordinaire ? Et dans ce cas, saura-t-elle devenir quelqu’un après avoir été quelconque ?

55454

EX1C’est une bd attendue depuis longtemps par les fans que nous offre Boulet et Pénélope Bagieu en ce 18 janvier. À l’image du Cadavre Exquis de Pénélope, La Page Blanche offre une lecture différente des réalisations habituelles des deux auteurs.

C’est l’histoire d’une jeune femme qui perd la mémoire. Elle sait tout, sauf ce qui la concerne (un peu comme la série John Doe en somme). C’est sous la forme d’une enquête minutieuse, d’une reconstitution de la vie d’une autre que notre jeune femme entame sa quête d’identité .


La Page Blanche est une œuvre poétique et mélancolique à la fois. Avec une touche comique comme seul sait le faire Boulet qui s’occupe ici du scénario et une ambiance typiquement parisienne signée Pénélope Bagieu, ce one-shot offre une lecture plaisante, divertissante et même apaisante.

EX4Ici, la déprime fait place à l’espoir. L’espoir d’un renouveau, d’une nouvelle vie, d’un nouveau soi. Mais aussi la possibilité de faire un choix qui déterminera le reste de sa vie. Doit-on continuer de courir après une personne inconnue ou aller de l’avant ? Se construire une nouvelle identité, repartir de zéro ?

C’est simple, des lectures comme celle-ci, on aimerait en avoir plus souvent. La Page Blanche est une association entre deux auteurs de talent, un petit bonheur à se procurer de toute urgence. Laissez-vous envoûter par cette jolie leçon de vie ! 

55454

Grand Format : Delcourt – 24.95€ / Poche : Livre de poche – 9.90€

55454

Moi vivant vous n’aurez jamais de pauses

55454

BD---Moi-vivant-vous-n-aurez-jamais-de-pauses« Moi vivant, vous n’aurez jamais de pauses », voici la phrase inouïe qu’osa un jour prononcer le chef de Leslie, vendeuse dans une « grande surface de produits culturels ».
Leslie Plée a utilisé son blog et ses dessins pour dépeindre ce quotidien surréaliste : les chefs décomplexés comparent les livres à des bouteilles de bière, managent leurs équipes avec cynisme, il y a de quoi rire… jaune.
Son expérience dans la grande distribution va la traumatiser et l’inspirer pour son blog. Repérée par Pénélope Bagieu, auteur de Ma vie est tout à fait fascinante et devenue directrice de la collection BD chez Jean-Claude Gawsewitch, Leslie Plée peut enfin toucher le grand public et raconter les dessous inavouables d’un monde bien à part…

55454

Voilà un livre que tout les amateurs de lecture feraient bien de lire ! On rêve tous, en tant que fous de bouquins, de travailler dans une librairie, voire d’avoir la sienne. On se dit que travailler dans un cadre que l’on aime ne peut qu’être idyllique et que les soucis ne sont là que pour ceux qui n’aiment pas leur métier.

Leslie Plée nous prouve le contraire avec son Moi Vivant, Vous n’aurez jamais de pauses ou comment j’ai cru devenir libraire. Un titre long mais qui met tout de suite dans l’ambiance de cette petite BD bien sympathique. L’autrice nous livre, sous forme d’un journal, son quotidien en tant qu’embauchée chez une grande filiale de produits culturels.

Communicative, Leslie Plée nous offre une lecture drôle, même quand le sujet ne s’y prête pourtant pas ! On sent dans ce petit livre tous les sentiments de stress mais surtout de soulagement dans les dernières pages où la jeune femme se livre sans concession.

Moi Vivant, vous n’aurez jamais de pauses… fait réfléchir. Lire ce livre vous fera peut-être changer sur vos manières de consommateurs ou voir la réalité en face si vous idéalisez trop ce secteur. L’oeuvre de Leslie Plée est une lecture sympathique, agréable que l’on peut étendre en suivant régulièrement le blog de la jeune femme.

Avis aux amateurs ! 😉

55454

Grand Format : Delcourt Tapas – 17.95€ / Poche : N’existe pas

55454