Ados·Fantasy·Jeunesse·Shônen

Sword Art online tome 3 : Fini la fantasy, place au western !

sans-titre-12sword-art-online-phantom-bullet-couv-complete-ofelbe

 » Bande de fous… Rappelez-vous ce nom et craignez-le… Le nom de mon arme et le mien… Death Gun !  » Un an après son retour dans la réalité, Kazuto Kirigaya, connu sous le pseudonyme de  » Kirito, l’épéiste noir « , se voit confier une mission dans le nouveau VRMMO à la mode, Gun Gale Online, pour enquêter sur la mort réelle de joueurs tués virtuellement à l’intérieur du jeu. Il y rencontre Shinon, une mystérieuse jeune fille déterminée à remporter le fameux tournoi Bullet of Bullets, battle royale qui déterminera le meilleur joueur de GGO. S’amorce alors pour Kirito, équipé d’un sabre laser, et Shinon la snipeuse, une chasse à l’homme mortelle dans ce monde où les révolvers ont remplacé les épées.

sans-titre-12

Dès les premières pages, j’ai aimé Sword Art Online. Son univers, ses personnages, tout cela me parlait facilement, moi, la joueuse de MMORPG.  Je n’ai jamais été déçue par l’intrigue proposée par l’auteur. Voilà désormais le troisième opus. Et celui-ci change radicalement de ce que l’on a pu voir jusqu’à présent.

Exit l’univers fantasy, Phantom Bullet nous plonge, dans un jeu à l’ambiance plutôt Western futuriste. Les sabres et autres sorts sont remplacés par des armes à feu, et le PVE fait place à un PVP de haut niveau. Tandis que dans SAO et Alfheim l’immersion était complète, ici, pas de place pour cela. Pas le temps pour le plaisir, Kirito rejoint ALO pour enquêter sur une étrange affaire et faire face à ses anciens démons. Le bruit court qu’un joueur provoquerait la mort définitive des joueurs à l’intérieur du jeu, comme à l’époque de SAO.

Pour comprendre ce qui s’est réellement passé, il faut entrer dans le jeu. Bien entendu, nous prendrons toutes les mesures de sécurité nécessaires.

C’est désormais une certitude lorsque j’ouvre un nouveau tome de SAO, ma lecture sera bonne. Le plaisir est là, l’immersion est complète et je me retrouve embarquée dans les aventures incroyables de Kirito comme si j’y étais. Ce tome ne déroge pas à la règle. J’ai particulièrement aimé ce changement d’univers, même si je suis grande férue de fantasy.Là où la tension retombait dans Alfheim, la peur repointe le bout de son nez. On parle à nouveau du fléau de SAO, la mort définitive des joueurs. Ajoutant du suspens à un tome déjà captivant, on plonge d’une traite dans l’intrigue passionnante.

C’est encore une fois un carton plein pour ce troisième tome. Vivement la suite !

sans-titre-12

91uMHfb3SzL 91DWsW8vYWL sword-art-online-phantom-bullet-couv-complete-ofelbe sao4_cover_novel 516vouM-iXL

sans-titre-12

Grand Format : Ofelbe – 19,90€ / Poche : N’existe passans-titre-12

Ados·Littérature asiatique

Log Horizon, nouvelle plongée au coeur d’un RPG

sans-titre-12

51L4yxkkKaLElder Tale est le MMORPG qui rassemble le plus grand nombre de joueurs sur le net, mais lors de la sortie de sa douzième extension, tous ceux qui s’étaient connectés se retrouvent prisonniers du jeu, dont 30000 rien qu’au Japon. Ignorant comment ils sont arrivés là et s’ils pourront en sortir un jour, beaucoup perdent la volonté d’avancer. Mais Shiroe, un des joueurs les plus connus et les plus respectés du jeu refuse d’abandonner. Aidé de ses fidèles compagnons Akatsuki et Naotsugu, il va tenter de convaincre les  » Aventuriers  » de ne pas se laisser abattre et de bâtir une nouvelle société dans ce monde virtuel qui est maintenant le leur…sans-titre-12

Après Spice and Wolf et Sword art online, c’est une nouvelle licence qui débarque chez les éditions Ofelbe. Amateurs de jeux vidéos et plus particulièrement de RPG, ce titre est pour vous !

Log Horizon propose un pitch assez similaire à Sword Art Online mais avec une vraie particularité : un roleplay bien plus poussé, typique des RPG japonais tel que Final Fantasy. Là où SAO se concentre surtout sur l’aspect psychologique et sur les sentiments des personnages, Log Horizon lui, met en avant la technique des jeux japonais que l’on aime tant.

Peu de joueurs dévoilaient leur identité réelle, et, avec la hausse inquiétante de la cybercriminalité dans les années 2000, protéger ses données personnelles était même devenu la norme.

Sword art online avait été une véritable surprise lors de ma lecture et ce titre s’est rapidement inscrit comme un coup de cœur et un indispensable. Quand j’ai découvert le pitch de Log Horizon j’ai tout de suite été intriguée. L’histoire, bien que semblable à SAO se démarque très rapidement et propose une intrigue surprenante. On le voit rapidement, notamment grâce aux nombreuses fiches personnages, l’imagination de l’auteur n’a pas de limites et met même à contribution certains de ses lecteurs. Une belle idée !

Pour autant, malgré ma curiosité et mes efforts je n’ai pas accroché à Log Horizon. Tous les détails des armes et des techniques de combats, beaucoup plus nombreux m’ont rebutés très rapidement, rendant la lecture lourde et difficile. Pour autant, ce livre vaut clairement le coup d’oeil et ravira les amateurs du genre sans aucun soucis.

Merci aux éditions Ofelbe pour cette découverte !

sans-titre-12

51L4yxkkKaL 91dQSdhhGYL 91gQpfS9aUL

sans-titre-12

Grand Format : Ofelbe – 19,90 puis 20,90€ / Poche : N’existe passans-titre-12

Ados·Fantasy·Jeunesse·Shônen

Sword Art online tome 2 : Fairy Dance, C’est reparti pour un tour !

sans-titre-12

91DWsW8vYWLKazuto Kirigaya, plus connu sous le pseudonyme de Kirito, revient sain et sauf de sa quête de la forteresse d’Aincrad, alors qu’Asuna «l’Éclair Fulgurant», la fille dont il est tombé éperdument amoureux à l’intérieur de SAO ne se réveille malheureusement pas de son long coma…

Kazuto se rend à l’hôpital autant qu’il le peut pour veiller sur elle, soutenu par sa soeur Suguha.
C’est lors d’une de ces visites que Kazuto apprend de la bouche même de Nobuyuki Sugô, un ingénieur-programmeur, que ce dernier est sur le point de se marier avec Asuna sans attendre son réveil.

Au même moment, Agil, un ancien compagnon de lutte de Kazuto, lui signale qu’un avatar ressemblant étrangement à Asuna, serait retenu prisonnier dans un nouveau VRMMO qui fait fureur :
«ALfheim Online» !sans-titre-12

Enfin ! Sword Art Online, le jeu qui a emprisonné et tué de nombreux joueurs n’est plus. Kirito a troqué son épée et ses capacités extraordinaires pour un quotidien et des habitudes qu’il doit redécouvrir. Etranger dans sa propre maison, deux ans ont passées depuis la dernière fois qu’il a vu sa famille. Sa réhabilitation n’est pas simple. Encore moins depuis qu’il a retrouvé Asuna. La jeune fille, comme 300 autres joueurs de SAO, ne s’est pas réveillée. Pourquoi ? Où se trouve sa conscience et celle de tous les autres? Un indice sorti de nulle-part va mettre Kirito sur une piste. Et son fidèle NerveGear va devoir reprendre du service….

Si vous avez lu ma chronique du premier tome, vous savez à quel point j’ai accroché à l’univers de SAO. J’étais impatiente de découvrir cette suite. Merci aux éditions Ofelbe de m’avoir permis de m’y plonger à nouveau.

Je ne suis ni les manga, ni l’anime. Je n’avais donc aucune idée de ce que cette suite allait m’offrir. Surprise totale ! Dès la couverture absolument somptueuse, de nombreuses questions se sont posées et je brûlais d’en découvrir les réponses.

Tout aussi passionnant que le premier tome, Fairy Dance propose une histoire mêlant tension et rebondissement. Globalement le pitch est le même que le premier. Kirito replonge dans un nouveau jeu en ligne, ALfheim Online, ressemblant étrangement à SAO pour retrouver Asuna. Mais, contrairement à l’univers qu’il a habité pendant deux longues années, ici, la mort n’est pas réelle. Aidé de nouveaux amis, il va devoir comprendre et décortiquer les moindres aspect de ce jeu aussi envoûtant que surprenant. Et même si l’on sait que l’échec est permis, on ne peut s’empêcher d’avoir peur pour ce héros que l’on a aimé dès les premières page de Aincrad.

Tandis que le premier tome proposait un roman plus des novellas, ce second tome se concentre sur deux parties composant une seule et même histoire. Il y a donc de quoi se mettre sous la dent. Seul petit bémol (certains diront qu’il en faut bien un), cette suite contient de nombreuses coquilles. Trop pour un seul roman. Mots manquants, fautes de frappes, tant de léger soucis qui gâche un peu la lecture, mais qui, bien heureusement, n’altère en aucun cas le plaisir de ce roman que je ne peux que vous conseiller. Ce fut un véritable coup de coeur pour ma part.

On retrouve également de très nombreuses illustrations couleurs et noir & blanc, plaisir des yeux qui ne fait que donner plus envie de découvrir les autres supports de l’univers SAO.

C’est encore un carton plein pour cette suite qui nous comble tout en nous frustrant une fois la dernière page tournée. Il ne reste plus qu’à attendre le tome trois qui s’annonce tout aussi excellent !

sans-titre-12

91uMHfb3SzL 91DWsW8vYWL sword-art-online-phantom-bullet-couv-complete-ofelbe sao4_cover_novel 516vouM-iXL

sans-titre-12

Grand Format : Ofelbe – 19,90€ / Poche : N’existe passans-titre-12

sans-titre-12

Ados·Fantasy·Jeunesse

Sword Art Online : Quand le jeu vidéo devient mortel !

sans-titre-12

91uMHfb3SzLUn « game over » entraînera une mort réelle. Kirito a accepté cette certitude depuis qu’il a décidé de combattre en « solo » à l’intérieur de l’Aincrad, cette gigantesque forteresse volante qui sert d’univers au plus redoutable jeu en ligne connu sous le nom de Sword Art Online. Comme lui, des milliers de joueurs connectés, pris au piège dans ce monde virtuel où le moindre faux pas peut être fatal, luttent pour regagner leur liberté. Kirito veut conquérir seul les cent étages qui le mèneront au combat final, mais c’est sans compter sur l’obstination d’Asuna une habile épéiste avec qui il va devoir s’allier. Démarre alors une course effrénée pour survivre dans un monde où l’art de l’épée fait loi.sans-titre-12

Avant de découvrir ce roman, je connaissais SAO uniquement de nom parce que mon conjoint est un grand fan de l’anime et parce que j’avais vu les manga sur les tables de mes collègues. Mais je n’avais jamais sauté le pas. Je me suis dit, face à l’engouement général, qu’il était temps que ça change. Et je ne regrette pas une minute !

SAO, c’est un MMORPG d’un nouveau genre. Nous sommes en 2022 et l’univers du jeu vidéo à bien évolué grâce au NerveGear, un casque qui permet à son utilisateur de s’immerger complètement dans l’univers de son jeu. SAO est la première licence à utiliser à fond ce système. Les 10 000 copies en vente sur le marché se sont immédiatement vendues et est venu le temps de tester le jeu. On suit le jeune Kirito, qui connaît déjà SAO grâce à son expérience de Bêta-testeur. Une expérience qui va lui sauver la vie à mainte reprise. Car, dès le premier jour de lancement, le créateur du jeu, fou, enferme tous les joueurs dans ce monde. Il est impossible de se déconnecter ou d’être déconnecté du jeu. Et chaque mort virtuelle devient réelle. Pour sortir de SAO, un seul moyen : Atteindre le dernier niveau et battre le Boss final.

C’était cela un RPG ; un jeu où l’on vivait, où l’on mourait encore et encore, où l’on apprenait et améliorait ses techniques de jeu. Tout cela ne serait plus possible ? On succomberait une fois et tout serait terminé sans avoir au moins la possibilité d’arrêter de jouer ?
– N’importe quoi, dis-je en gémissant.

Alléchant n’est-ce pas ? Grosse fan de MMORPG, je ne pouvais qu’être tentée par ce pitch prometteur. Ni une, ni deux, je me suis plongée dans ce roman qui s’est révélé très rapidement addictif. Impossible de le lâcher, il me fallait absolument connaître la suite des aventures de Kirito. L’envie de découvrir également l’anime s’est rapidement fait sentir et j’ai pu comparer un peu les deux supports.

Là où l’anime joue sur la durée, le roman passe aisément deux ans sous silence. Exit les aventures diverses de Kirito, ce light novel se concentre surtout sur sa relation avec Asuna et sur la dernière partie de l’anime Aincrad. Un choix étrange mais qui offre un certain dynamisme à l’histoire. On regrettera juste certains passages semblant trop rapides entre les deux personnages. En effet, rien n’indique le véritable lien entre eux puisque leurs aventures passées ne sont pas très développées. Cependant, le lecteur ne connaissant pas le support original ne se retrouve pas biaisé puisque tout ce que ce premier roman « oublie » est proposé sous forme de nouvelles en seconde partie. On retrouve donc bien tous les personnages évoqués dans l’anime.

Je sais parfaitement que tout ici est virtuel, constitué de toutes pièces à partir de données informatiques, mais nos coeurs, eux, sont vrais. Alors, tout ce que nous éprouvons est bien réel aussi.

Malgré un découpage un peu déstabilisant au début, ce premier tome de Sword Art Online est convaincant. J’ai pris plaisir à découvrir l’univers de Kirito et d’Asuna et j’ai hâte de savoir ce que la suite nous réserve !

sans-titre-12

91uMHfb3SzL 91o2o1IKA7L sword-art-online-phantom-bullet-couv-complete-ofelbe sao4_cover_novel 516vouM-iXL

sans-titre-12

Grand Format : Ofelbe – 19,90€ / Poche : N’existe passans-titre-12

sans-titre-12

Fantasy·Jeunesse

Spice & Wolf : Pari réussi pour les éditions Ofelbe !

sans-titre-12

81VYZoKx40LDéesse de la moisson, Holo est une louve qui peut prendre l’apparence d’une attirante jeune fille. Délaissée par les paysans de son village pour qui les vieilles légendes ne servent plus qu’à effrayer les enfants, Holo décide de rejoindre ses terres natales du Nord à bord de la carriole d’un marchand itinérant, l’énigmatique Lawrence Kraft. Tandis qu’ils découvrent de nouveaux horizons en troquant leurs cargaisons de ville en ville, le duo va apprendre à se connaître et rapidement devenir très complice. Mais méfiance : les faux-semblants, les arnaques et les pièges bordent leur chemin… Le talent divin de Holo pour comprendre la nature humaine leur sera bien utile pour reconnaître les bonnes affaires et déjouer les tromperies. Êtes-vous prêts à suivre cette charmante déesse dans un voyage initiatique parsemé de plaisirs simples, de rencontres, mais aussi de dangers ?sans-titre-12

Alors que les light novels sont monnaie courante au Japon et même aux USA, en France, les éditeurs se sont toujours montrés frileux, ayant peur du flop. Pourtant, après les tentatives concluantes de Lumen avec King’s Game, c’est aujourd’hui, une jeune maison d’édition qui prend la suite et prouve, une fois de plus, que la demande est là. Avec Spice & Wolf et Sword Art Online, les éditions Ofelbe font une arrivée marquée sur le marché.

Non seulement ils nous propose une édition de qualité, agréable, mais en plus, nous avons le droit aux illustrations d’origine ! Quel luxe ! Avec Spice & Wolf, l’éditeur plonge son lecteur dans une ambiance fantasy surprenante et fort plaisante. On y suit le parcours difficile du jeune Lawrence, marchand ambulant qui tombe sur une jeune fille aux attributs plutôt étranges. Celle-ci possède en effet des oreilles et une queue de loup ! Il s’agit en fait d’Holo, déesse de la moisson.

– Me laisseriez-vous apercevoir votre minois…?
– Les voyages sont toujours plus exaltants avant le départ… les chiens plus effrayants à leurs simples aboiements… et les femmes plus belles de dos lorsqu’on ne peut voir leur visage. A trop vouloir lever le voile sur les mystères de son entourage, ce sont des pans de rêves entiers qui disparaissent… je ne peux accéder à votre demande.

Divisé en deux histoire, ce premier tome nous présente l’univers et les personnages. Et on le sent tout de suite, cette rencontre va nous plaire. Avec un sacré caractère, ce duo atypique nous plonge dans le monde du profit et de l’échange. Original, même si, à certains moments, les descriptions poussées peuvent lasser. On se prend néanmoins rapidement au jeu, prenant plaisir à découvrir les nombreux rebondissements concoctés par l’auteur.

Ciblant surtout le public adolescent, ce roman peut se lire sans avoir lu le manga. Mais on vous parie que vous ne pourrez résister bien longtemps à l’envie d’explorer d’une autre manière le monde de Spice & Wolf.

– Holo, c’est le nom du dieu des moissons de cette région. Es-tu une divinité?
– Voilà bien longtemps que je vis sur ces terres et que les habitants me considèrent comme leur dieu. Mais mon rang n’est pas aussi élevé que cela. Je suis Holo, rien de plus, rien de moins.

C’est en tout un carton plein pour ce premier roman qui prouve que, oui, le light novel en France peut fonctionner. On attend désormais avec impatience de savoir ce que nous réserve les éditions Ofelbe pour la suite. Quant à moi, je rêve désespérément qu’un jour, j’aurais l’occasion de lire les light novel de Fushigi Yugi et d’Ayashi no Ceres.

sans-titre-12

81VYZoKx40L 91K6EsAHsnL 51GprL5oUvL 51Yhn1Cdk6L

sans-titre-12

Grand Format : Ofelbe – 19,90€ / Poche : N’existe passans-titre-12