Barbie, The Icon : La bible référence pour tous les nostalgiques !

51NPanOiDoLUne poupée Barbie est vendue toutes les trois secondes quelque part dans le monde.

Créée en 1959, symbole de la femme libre dans toutes les cultures et tous les pays, elle n’a pas pris une ride et a su rester moderne grâce à ses nombreux changements de style et de physionomie. Dans ce magnifique recueil, on suit l’évolution de la poupée Barbie, sur fond d’événements mondiaux historiquement et culturellement importants. Au fil du temps, Barbie a incarné près de 150 professions et représenté plus de 40 nationalités différentes. Icône de la mode, elle a collaboré avec plus de 75 designers, dont Valentino, Versace, Dior, Gucci, Calvin Klein, Prada et Givenchy.  Barbie a brisé les barrières culturelles, sociales et linguistiques, tout en faisant preuve d’un fabuleux sens de la mode. Organisé en cinq chapitres – Barbie au fil du temps, Chronologie, Barbara Millicent Roberts, Icône du style, Forever… Superstar – Barbie, The Icon célèbre l’impact qu’a eu Barbie sur trois générations : mode de vie, style, culture pop…

55454Ce livre me faisait de l’oeil depuis sa sortie. Barbie, j’ai grandie avec, c’est une part de mon enfance, alors forcément, la nostalgie s’est emparée de moi lorsque je l’ai vu. Lire la suite de « Barbie, The Icon : La bible référence pour tous les nostalgiques ! »

Publicités

Rozen Maiden, Réédition culte pour série culte !

rozen-maiden-manga-volume-1-deluxe-67177

55454

rozen-maiden-illustration-3

Jun Sakurada est un adolescent qui vit seul avec sa sœur. Peu sociable et refusant de se rendre à l’école, il passe ses journées sur Internet. Son unique passion est d’acheter de multiples objets ésotériques envoyés des quatre coins de la planète. Jusqu’au jour où il reçoit par erreur une poupée gothic pour le moins étrange. À peine l’a-t-il sortie de sa boîte qu’elle se met à le gifler, lui faisant la morale sur ses mauvaises manières. D’incidents en chantages, la jeune poupée parvient à faire de son maître son esclave…

55454

dyn010_original_576_757_pjpeg__95c10ef2c32fdb959e5ca1aad64228a2Enfin ! Après plusieurs années sans nouvelles, Rozen Maiden refait parler de lui ! Ce seinen de Peach-Pit (Dears, Shugo Chara, Zombie Loan, Di Gi Charat) est initialement sorti dans nos vertes contrées en 2006. Mais voilà, après 8 tomes prenants, c’est la douche froide : Peach-Pit met en pose sa série. Peu de temps cependant. Mais tandis que les fans accueillent la reprise au Japon avec joie, Soleil n’annonce rien concernant une publication en France.

Rien, jusqu’à aujourd’hui. Avec, pour l’occasion, une nouvelle édition de luxe (et celle-ci porte très bien son nom), Rozen Maiden s’offre une nouvelle mise en avant dans les rayons des librairies. L’occasion de redécouvrir cette oeuvre culte et d’en suivre enfin la suite.

Et quelle édition ! Couvertures inédites sur papier cartonné, dorures présentes partout (couverture et tranches), papier calque avec effet, pages couleurs (absentes de la première édition) et une impression supérieure permettant de révéler des trames invisibles dans l’édition précédente. Oui, clairement, Soleil n’a pas fait les choses à moitié ! De quoi faire plaisir aux fans de la série qui se sentiront obligés de racheter cette réédition au vu de tout ces bons points.

rozen-maiden-ii-2196869Il faut dire que Rozen Maiden n’est pas une série comme les autres. Adaptée en anime, série phare de l’éditeur, le titre de Peach-Pit est un classique. Classé aujourd’hui dans la collection Gothic de l’éditeur, il en est, en réalité, le précurseur.

Mais qu’est-ce qui plait dans cette série ? Outre son originalité et son humour, c’est bien sa palette de personnages divers et variés qui en est la clé. De la méchante très méchante à la ninja ratée potache, en passant par le bourreau colérique, impossible de ne pas craquer pour l’un des protagonistes imaginés par Peach-Pit.

rozen_maiden_ii_c03_19Contrairement à leur titre précédent  Dears, Rozen Maiden ne contient aucun fan service. Une bouffée d’air frais qui fait du bien tant on avait trouvé l’utilisation de ce style bien trop lourd. Ici, place est faite aux combats et au mystère entourant la malédiction des poupées. De quoi prouver que le studio s’améliore de séries en séries, n’hésitant pas à tester de nouvelles choses et à ne garder que le meilleur.

55454

Mangaka : Peach-pit / Nombre de tomes : 8 (8,99€ – Fini) / Anime : Oui

55454

J’ai une passion… que mon homme déteste !

topsecret__span

Je vous l’avais promis, je vais aujourd’hui vous parler d’une passion qui est en train de naître. Une passion à laquelle je ne m’attendais pas et que mon homme, pourtant fan de Disney jusqu’au bout des doigts, n’apprécie vraiment pas.

Mais quelle est cette passion ?

i-lcs4kkw-x2Les designers collection en mode croquis.

Depuis peu, je collectionne les poupées Disney. Voilà. MAIS ATTENTION ! Pas n’importe quelles poupées. Pas celles que vous acheteriez pour vos filles, nièces, cousines. Non, non. Des poupées de collections. Et je suis très tatillon sur les modèles que je selectionne. Car je refuse que mon appartement devienne un magasin de jouet (faut savoir s’arrêter à un moment dans la limite du raisonnable).

Bref, je suis donc devenue accro aux poupées Disney. Pourtant à la base, ce n’était vraiment pas mon genre et je trouvais même ça un peu ridicule. Comme quoi, il ne faut parler trop vite ! La faute à une collection très recherchée aujourd’hui : les Designers collection. Cette collection de poupées est sortie en 2012 et présente les princesses Disney redesignées dans des tenues somptueuses et aux looks assez surprenants pour certaines. Limité à un très petit nombre d’exemplaires, celles-ci son rapidement devenues sold-out et je suis passée à côté (la faute à l’homme qui, à l’époque, refusait catégoriquement que la moindre poupée passe le pas de la porte). J’ai donc raté une superbe Ariel dont je m’arrache les cheveux à chaque photo postée sur le forum Disney où je vais flâner.

Princess-Designer-Collection-550x275Et le résultat final. Mes préférées sont Blanche-neige et Ariel.

Heureusement, une autre collection Designer a fini par sortir, consacrée cette fois, aux vilaines de chez Disney. Seule une m’avait tapé dans l’oeil : Gothel, la plus belle et ressemblante de la collection (même si j’avoue que l’Evil Queen est pas mal du tout !), et mon homme me l’a offerte ! 😀

disney-villainsLes Villains. Globalement je ne les trouve pas belles. Reste Gothel et Evil Queen qui se démarquent grandement du lot.

Après cette collection est parue, pour mon plus grand plaisir, les Animator’s. Le concept ? Chaque princesse Disney est redissinée enfant et produite en poupée. Cela donne un résultat ultra choupi et les poupées sont d’une incroyable qualité. Les princesses ont de sacrées bouilles et je ne m’en lasse pas. Ma collection a débutée avec l’une de ces poupées : Belle. J’avais craquée dessus et mon homme, qui ne peut s’empêcher de me faire plaisir, a fini par passer outre ses préjugés en me l’offrant (oui oui, carrèment). Monsieur a d’ailleurs bien spécifié à ce moment-là : C’est la seule ! (Oui mon chéri ! Promis). Le malheureux…

Aujourd’hui, je possède toutes les Animato’rs qui me plaisaient à l’origine : Jasmine, Belle, Cendrillon et Ariel. Toutes offertes par mon homme (à l’exception de Jasmine). Comme quoi ! Elles trônent fièrement dans ma chambre en face du lit, au dessus de ma bibliothèque. Et je dois avouer que j’en suis fière, elles sont splendides vous ne trouvez pas ?

disney

Mais je dois vous avouer une chose. Une chose dont j’ai un peu honte. Parmi toutes mes poupées, il s’en trouve une qui n’aurait jamais dû arriver là. Une poupée qui, clairement, est destinée aux petites filles. Jasmine de la collection Singing Doll. En gros, donc, elle chante. Mais que voulez-vous, elle est si belle et fait si bien à côté de l’Animato’rs ! !

princesas-disney-merida-animators-bebe-valiente-brave_MLM-O-2838218638_062012

Maintenant, je pense pouvoir le dire : je suis une passionnée des poupées Disney. Et je n’en ai pas honte, non ! D’ailleurs, j’ai très envie mardi de me prendre la Animator’s like de Merida. Seulement, mon homme n’est pas d’accord, je lui ai promis d’arrêter là les achats de poupées. Mais oups ! Je pense recommencer ! 😀

.

.

.

.

.

.

.

.

.

En fait non, j’ai déjà prévue de l’acheter ! Elle est si craquante ! >___<

PS : Je crois que j’ai des vues aussi sur Blanche-Neige, c’est grave docteur ?

EDIT : Bien, les choses ont beaucoup changées depuis la publication de cet article. Il s’avère que je possède donc toutes les designers villains, plus Cendrillon et Jasmine Designer, plus Cendrillon et Raiponce Mariée (Editions limitées Disney Store). Car OUI ! J’ai réussi ! L’homme a plié sous le poids de l’envie et m’a laissé commander tout ça ! Mes villains prônent désormais dans le salon (si si) sur deux étagères noires spécialement achetées et installées pour l’occasion. Des photos bientôt, très bientôt. Mouhahahaha

Sans-titre-7